Education | Val de Marne | 07/06/2016
Réagir Par

Rentrée scolaire 2016: pas de rallonge à l’horizon pour le nombre de profs en Val-de-Marne

Alors que les élus de droite et gauche ont demandé à l’unanimité une dotation exceptionnelle pour les écoles du Val-de-Marne à la rentrée 2016, à l’occasion du Conseil départemental de l’Education nationale (CDEN) de mars lors duquel étaient présentées les mesures définitives de carte scolaire, la sénatrice PCF Laurence Cohen est à nouveau montée au créneau sur le sujet lors d’une séance de questions-réponses au gouvernement ce mardi 7 juin.

Rappelant que 88 suppressions et 89 ouvertures de classes sont prévues en septembre 2016 dans le premier degré alors qu’il y aura mille élèves de plus, donnant lieu dans certaines écoles à des classes de plus de 31 élèves, la sénatrice communiste a relayé l’appel des élus, syndicats et parents d’élèves. Concernant le second degré, elle a fait valoir que l’augmentation de la dotation heure globale de 3 471 heures ne correspondait à peine qu’« à la moitié des besoins, étant donné les 5 215 élèves supplémentaires pour l’année 2016-2017 ». Afin d’anticiper les besoins en enseignants, l’élue a également suggéré le recours au pré-recrutement, qui consiste à inciter des jeunes gens à passer les concours de l’enseignement en contrepartie d’une rémunération et d’un certain nombre d’heures dans les établissements scolaires.

Répondant à la place de la ministre de l’Education nationale Najat Vallaud-Belkacem, la secrétaire d’Etat Martine Pinville a rappelé que le département avait bénéficié de 67 emplois temps plein (ETP) supplémentaires dans le premier degré et 24 ETP dans le second degré. La secrétaire d’Etat a également indiqué à la parlementaire que le CDEN avait acté les mesures de carte scolaire en mars dernier.S’agissant des recrutements, Martine Pinville a précisé que les admissions aux concours ont progressé de 20 % entre 2014 et 2015. Elle a par ailleurs reconnu qu’il était difficile de bien estimer les effectifs dans le Val-de-Marne en raison de la mobilité des populations mais aussi de l’adoption par de nombreuses communes, de secteurs dits «flottants», c’es à dire que les affectations dans telle ou telle école ne sont pas absolument définis par l’adresse mais peuvent varier en fonction de la place disponible.

Laurence Cohen Senatrice PCF Val de Marne« Vous avez été mal informée » a réagi la sénatrice, qui a rappelé que l’ensemble des élus du CDEN s’étaient opposés aux mesures de carte scolaire en mars dernier. Et la sénatrice de rappeler que se tenait à Arcueil un Conseil municipal extraordinaire ce lundi 6 juin pour dénoncer les fermetures de classe prévues dans la ville.  Laurence Cohen a également regretté que la ministre ne lui réponde pas sur les pré-recrutements.

Pour rappel de la situation, environ 136 400 élèves de maternelle et élémentaire sont attendus dans le public dans le Val-de-Marne en septembre 2016, selon les estimations de février de la direction départementale de l’Education nationale, doit 1000 de plus qu’en septembre 2015. En face, sont prévues 88 fermetures et 89 ouvertures de classes, ainsi que quelques postes plus de maîtres que de classe mais aussi 15 enseignants remplaçants supplémentaires. Initialement, il devait y avoir 30 remplaçants supplémentaires pour faire face à la crise des remplacements qui a touché de nombreux établissements durant l’année 2015-2016, avec notamment des congés maternité non remplacés durant plusieurs semaines. Afin de limiter le nombre de fermetures de classes, le nombre de remplaçants a toute fois été diminué par deux. Pour les syndicats enseignants et parents d’élèves, le compte n’y est pas. Ces derniers réclament une dotation exceptionnelle comme cela a été le cas en Seine-Saint-Denis qui a obtenu 503 postes contre 80 pour la Seine-et-Marne et 67 en Val-de-Marne. A ce jour, aucun nouveau CDEN n’est prévu sur le sujet dans le Val-de-Marne. Celui qui est prévu le 9 juin actera des derniers changements de rythmes scolaire et portera également sur le bilan d’Ordival, mais pas sur les mesures de carte scolaire. Un CTSD (Comité technique paritaire), qui réunit la Direction académique et les représentants de syndicats enseignants et fédérations de parents d’élèves, doit en revanche se tenir le 23 juin pour faire le point. Les derniers ajustements seront ensuite décidés au moment de la rentrée, en fonction des effectifs réellement constatés dans les classes. Car sur ce point aussi, il y a désaccord. Les effectifs évalués par l’Académie, déjà au-dessus de ceux estimés par le Ministère, ne correspondent pas à ceux estimés par les communes, généralement plus importants.

Voir tous les articles publiés sur les mesures de carte scolaire prévues pour septembre 2016 en Val-de-Marne.

Un commentaire pour Rentrée scolaire 2016: pas de rallonge à l’horizon pour le nombre de profs en Val-de-Marne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *