Politique locale | Val de Marne | 12/09/2016
Réagir Par

Sénatoriale, présidentielle… questions à Christian Favier

Sénatoriale, présidentielle…   questions à Christian Favier

Comment trouver un candidat de rassemblement à la présidentielle 2017 ? Quel mandat choisir entre le Sénat et le Conseil départemental ? Questions à Christian Favier, sénateur PCF et président du Conseil départemental du Val-de-Marne,  à l’occasion de la Fête de l’Huma.

 

94 Citoyens : Comment pensez-vous faire entendre la voix du Parti communiste à l’élection présidentielle de 2017, alors que les prétendants à gauche comme à droite sont nombreux et que les sondages pronostiquent tous la présence du FN au second tour?

Christian Favier  : La présence de multiples candidats de gauche serait suicidaire mais nous avons besoin d’un candidat qui représente la gauche alternative. Aujourd’hui, notre préoccupation est moins la désignation immédiate d’un candidat, même si cela agace certains partenaires, que la définition de la politique que nous souhaitons mettre en oeuvre. Le PCF n’entend pas rallier sa candidature comme un parti godillot. Nous voulons que le candidat que nous soutiendrons s’engage sur des contenus politiques. Nous ne souhaitons pas revivre ce que nous avons vécu pendant cinq ans. Bien sûr, il faudra ensuite une candidature de rassemblement, que ce soit Jean-Luc Mélenchon ou quelqu’un d’autre.

Une personnalité comme Arnaud Montebourg serait-elle susceptible de rassembler ?

 

Christian Favier  :Lorsque l’on écoute les discours de Benoit Hamon, Arnaud Montebourg, Cécile Duflot, il y a beaucoup de choses avec lesquelles nous sommes d’accord mais il y a blocage des militants car ils ont été au gouvernement. Il faut trouver le candidat qui soulève le moins de réticence et je crains qu’une candidature comme celle d’Arnaud Montebourg ne conduise à déposer des candidatures plus à gauche, ce qui ne facilitera pas le rassemblement.

 

La Sénatoriale 2017 aussi va être compliquée pour la gauche, y compris dans le Val-de-Marne. Comment l’envisagez-vous?

Christian Favier  : C’était déjà compliqué en 2011 mais nous avons réussi car nous n’avons pas fait un préalable des questions de personne. J’avais par exemple accepté de ne pas mener la liste, laissant cette place à Luc Carvounas (sénateur-maire PS d’Alfortville). Nous voulions à tout prix favoriser l’union et cela a marché. Aujourd’hui, le contexte est plus compliqué. On ne pas pas faire comme si le PS n’avait pas été au pouvoir pendant cinq ans, et nous avons eu une appréciation très critique de ce mandat présidentiel. Mais il reste encore du temps.

Serez-vous candidat à la Sénatoriale 2017?

Christian Favier  : Ce n’est pas certain, je suis favorable à la loi sur le non cumul des mandats. Je mesure qu’il est compliqué d’assumer les deux fonctions à fond. Le département demande beaucoup de disponibilité, notamment dans le cadre d’une réforme territoriale qui bouge beaucoup. Il est de même du travail parlementaire. Il y a beaucoup de textes et nous sommes un petit groupe donc cela demande beaucoup d’investissement.

Avez-vous choisi entre le mandat de sénateur et celui de président du Conseil départemental ?

Christian Favier  : Je n’ai pas encore fait mon choix.  Il y a beaucoup d’incertitudes concernant la présidentielle et les législatives.  Nous ne savons pas encore si nous serons en mesure de conserver notre groupe. J’irai là où je serai le plus utile.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
2 commentaires pour Sénatoriale, présidentielle… questions à Christian Favier
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi