Publicité
9 commentaires pour Sophie Besnard, des laboratoires de Sanofi à sa ferme du Plateau briard
  • J’ai 54 ans ingénieur, et j’aimerais ben faire de même, me lancer dans le même genre de passion, car c’est une passion, et je comprends que pour en vivre il faut être aider pour avoir du foncier, les branchements en fluides et eau , les évacuations, je suis partant sur un projet avec des personnes passionnés comme moi par les animaux, la nature, la culture, je suis petit fils de paysans, et sans doute envie de retourner aux sources de mon enfance sans grand chose, mais si heureux de vivre ,
    Alors si vous avez des adresses pour moi pour mon projet et bien je suis preneur!
    merci!!!!
    Pascal

  • tout plaquer pour vivre du massacre de gallinacés!
    on a connu mieux en matière de conversion éthique …

    • Bonsoir Paul,

      Sans doute êtes-vous végétarien voir végétalien ou même vegan et si tel est le cas je respecte totalement votre choix. Tolérance et respect s’il vous plait pour ceux qui ne partagent pas votre mode de vie. Merci.

      Janick

      • bonsoir Janick,
        Je ne vois pas en quoi parler de massacre ferait de moi un intolérant ou un irrespectueux. Il s’agit ici de la mise à mort planifiée d’êtres sensibles pour notre simple plaisir gustatif. Qu’il soit bio, paysan ou non l’élevage vit de ce massacre. Et il me semble tout à fait justifié d’en questionner le vernis éthique …

        • Visiblement, l’évolution n’a pas retenu votre point de vue « éthique » en faisant des humains des herbivores.
          Peut-être conviendrait-il pour vous d’inviter vos amis poulets à s’organiser afin de remplacer l’homme au sommet de la chaîne alimentaire. Ils pourraient ainsi nous élever en batterie à leur place pour leur plaisir gustatif.
          Je suis bien entendu contre les souffrances exagérées ou inutiles des animaux lorsqu’elles ne sont pas nécessitées par le but purement alimentaire de leur existence (ces poulets n’existeraient même pas si personne ne les mangeait).

          • http://www.liberation.fr/sciences/2013/12/04/chaine-alimentaire-l-homme-un-anchois-comme-les-autres_964185

          • Un avis partagé par les requins de la Réunion. La preuve que les poules n’ont besoin d’aucune protection de notre part puisqu’elles peuvent nous remplacer dès qu’elles le souhaitent.
            Je ne m’attarde pas, l’anchois à un steak à faire cuire.

  • Bonsoir Paul,

    Vous êtes végétarien?

  • il faut esperer que Sophie besnard qui veut installer un abattoir pour ses poulets saura respecter leurs fins de vie sans soufrance c est tout ce que je souhaites pour ces poulets

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *