Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
Politique | Val de Marne | 11/11/2016
Réagir Par

Soutiens nuancés des élus PCF à Jean-Luc Mélenchon en Val-de-Marne

Le PCF soutiendra-t-il la candidature de Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle de 2017 ? La question sera tranchée par les militants d’ici le 26 novembre. Dans le Val-de-Marne, certains élus affichent déjà ouvertement leur soutien, avec un enthousiasme nuancé et quelques pincettes.

L’ex-candidat du Front de Gauche de 2012 a écarté l’idée d’une alliance de partis pour se lancer personnellement dans la campagne dès le début 2016, créant un nouveau mouvement, La France insoumise. Le temps de recueillir quelques 130 000 parrainages citoyens et de jeter les bases d’un programme  nourri  du projet de 2012, L’Humain d’abord, mais aussi des thèses du Parti de Gauche et des quelques 3 000 propositions postées sur son site entre février et août. Cette pré-candidature a franchi une nouvelle étape cet automne avec la Convention de la France insoumise. Au vu des derniers sondages qui le créditent de 13% à 15% des intentions de vote, la mayonnaise a pris et l’ancien ministre PS (entre 2000 et 2002 dans le gouvernement de cohabitation de Lionel Jospin), cofondateur du Parti de Gauche en 2009, est devenu incontournable.

Soutenu par les habitants en direct, Jean-Luc Mélenchon peut aussi s’appuyer sur son propre parti, le PG. Dans le département, le bureau récemment réélu du PG a réaffirmé son soutien  à la candidature Mélenchon et à son objectif de disposer de candidats France insoumise dans toutes les circonscriptions du Val-de-Marne en juin 2017. Les militants PG sont aussi à l’initiative de la grande majorité des comités de soutien locaux à Jean-Luc Mélenchon dans le département. L’Insoumis en chef peut aussi compter sur Clémentine Autain, porte-parole d’Ensemble, qui a appelé à le rallier dès le mois de septembre, même si son parti doit se prononcer en conférence nationale le 19 novembre prochain. En Val-de-Marne, Ensemble tiendra son AG à ce sujet ce mercredi 16 novembre, indique son responsable départemental Bernard Galin. Au sein du PCF, gros morceau du FG, c’est plus compliqué. Le secrétaire national, Pierre Laurent, a appelé à soutenir le candidat PG malgré ses réserves, mais les dirigeants du parti ont voté pour une candidature PCF lors de la conférence nationale qui se tenait samedi 5 novembre. Le vote des militants départagera les positions d’ici la fin novembre.

Dans le Val-de-Marne, le débat suscité par la conférence nationale a donné lieu cette semaine à une série de communiqués d’élus PCF désireux d’afficher leur soutien à Jean-Luc Mélenchon, de Gilles Saint-Gal, conseiller départemental et municipal PCF de Fontenay-sous-Bois, à Stéphanie Daumin, Christian Hervy et Guy Petenatti, maire et anciens maires PCF de Chevilly-Larue, en passant par Nathalie Dinner, vice-présidente FG (non encartée au PCF) du Conseil départemental, qui vient d’annoncer qu’elle lui donnait son parrainage, ou encore Sylvie Altman, maire PCF de Villeneuve-Saint-Georges qui a signé un appel en ce sens. Sans aller jusqu’à publier des déclarations, d’autres élus, à l’instar du président du Conseil départemental, Christian Favier, du maire de Choisy-le-Roi Didier Guillaume ou de celui d’Ivry-sur-Seine, Philippe Bouyssou, indiquent, lorsqu’ils sont questionnés sur la question, qu’ils se rangent à cette position. A Champigny-sur-Marne en revanche, le maire Dominique Adenot souhaite attendre le vote des militants. Au-delà du PS, l’ancien directeur de cabinet du maire PS de Boissy-Saint-Léger, Nicolas Georges, exclus du parti après avoir créé un groupe dissident au sein du Conseil municipal, a lui aussi déclaré son ralliement.

Des divergences de méthode

Dire que l’enthousiasme est béat au sein des communistes serait exagéré. « Cela ne veut pas dire que nous adhérons à toutes ces positions ainsi qu’à sa stratégie de candidature sans concertation avec les autres composantes du Front de Gauche« , souligne Christian Favier. Et le sénateur communiste de citer quelques différences de vues comme la notion de « planification » écologique,  méthode jugée un peu dépassée, ou la demande d’engagement des parlementaires France insoumise à discipliner leurs positions au programme du mouvement.  « Je pense qu’il faut faire confiance aux élus même si c’est sur la base d’un engagement« , pointe le président du Conseil départemental. Sur l’analyse sociétale, l’élu distingue également les visions. « Nous restons plutôt sur une analyse d’une société divisée en classes sociales avec une opposition entre ceux qui possèdent les richesses et ceux qui n’ont que de leur force de travail à faire valoir, et ne lui substituons pas une opposition entre oligarchie et peuple« , poursuit le parlementaire qui refuse également de voir deux gauches irréconciliables, « car il faudra bien se rassembler  un moment« . Ceci étant posé, le feu est au vert. « Les questions qui font débat ne sont pas insurmontables« , motive le sénateur.

Le Front commun se positionne pour Mélenchon mais au-delà de France insoumise

Pour soutenir Jean-Luc Mélenchon sans rentrer dans la canal France insoumise, un certain nombre d’élus ont décidé d’élargir le cercle en appelant à un Front Commun, signant un appel en ce sens. C’est le cas notamment de Sylvie Altman, maire PCF de Villeneuve-Saint-Georges, qui fait partie des 100 premières signataires de l’appel.« Quels que soient les arguments des uns et des autres ou les divergences que nous pouvons avoir avec lui, la candidature de Jean-Luc Mélenchon est dans les circonstances actuelles installée dans le paysage politique. Elle exprime dans les classes populaires le refus à gauche de la politique mise en œuvre par François Hollande. A six mois de l’échéance, il serait, à nos yeux, irresponsable de ne pas prendre acte de cette situation. Cependant son mouvement « La France insoumise » ne représente qu’une partie des forces disponibles« , pose l’appel qui compte à ce jour un millier de signatures dont un peu plus d’une trentaine dans le Val-de-Marne. Ont également signé Marc Thiberville et Elsa Bardeaux, élus à Villeneuve-Saint-Georges, Nora Saint-Gal, élue à Fontenay-sous-Bois, mais aussi un certain nombre de militants d’Ensemble, dont son responsable départemental, Bernard Galin.

Rejet d’une partie de la gauche, peur de la division et temps qui presse

Quels sont les constats partagés par les communistes pour soutenir Jean-Luc Mélenchon? Il y a d’abord le rejet de la gauche gouvernementale actuelle. « Les différents gouvernements de François Hollande ont dès leurs premiers actes tournés le dos à tous les engagements pris en 2012. (…) La candidature de Jean-Luc Mélenchon,  qui déjà en 2012 nous rassemblait avec le programme l’humain d’abord,  est la seule en rupture avec le social-libéralisme, et la seule sur laquelle peut se construire un rassemblement qui permettra d’éviter un scénario catastrophe pour notre peuple« ,  pose Gilles Saint-Gal.

Le risque d’une division au sein de la gauche alternative prolonge ce premier argument. « Nous devons remiser nos égos pour  jouer collectif », enjoint Philippe Bouyssou, maire PCF d’Ivry-sur-Seine, qui invite à commencer par se plonger dans le programme, et, à défaut de converger sur tous les plans, rejoint Jean-Luc Mélenchon dans son appel à une nouvelle République.. « Cette candidature aura d’autant plus de chance de rassembler et d’aboutir si le PCF s’y investit« , poursuit l’élu.  « J’ai commencé ma vie politique en 2008, dans ma ville, Villeneuve-Saint-Georges, dans une dynamique ouverte, rassembleuse et citoyenne. A l’époque c’était les prémices du Front de Gauche, et cette démarche nous a permis d’être élus, avec Sylvie Altman, maire communiste. En 2012, avec la constitution du Front de Gauche, la candidature de Jean-Luc Mélenchon aux Présidentielles et des candidats aux législatives sous l’appellation Front de Gauche, j’ai connu, comme beaucoup, une campagne dans laquelle de très nombreux citoyens se sont retrouvés et de fait engagés. Elle a redonné de l’envie, de l’espoir, celui de changer la donne, de créer un autre monde », rappelle de son côté Nathalie Dinner.

Le troisième argument partagé concerne le timing, alors qu’il ne reste que six mois avant les élections. « Le temps n’est pas aux décisions mi-chèvre mi-chou ni aux tergiversations« , insistent les maire et anciens maires de Chevilly-Larue. La réalité politique, c’est que Jean-Luc Mélenchon marque aujourd’hui de manière crédible le paysage politique en tant qu’alternative de gauche à la politique actuelle« , défendent les élus. C’est aussi dans ce contexte que se positionne le maire PCF de Choisy-le-Roi, Didier Guillaume, qui a attendu une réunion avec les militants ce jeudi soir pour donner son point de vue. « Hier, une quarantaine de militants étaient présents et il s’est dégagé une grande majorité en faveur de cette option. Il est temps aujourd’hui  de réfléchir  à un pacte fort de rassemblement pour lutter contre la finance, défendre l’égalité hommes-femmes, travailler à une nouvelle république… », insiste l’élu, pour qui il n’est pas question en revanche de rentrer dans un moule France insoumise aux élections législatives mais plutôt de présenter un candidat, soutenu aussi par France insoumise.

Refus de la primaire

Et si un Montebourg sortait vainqueur de la primaire, cela ne serait-il pas de nature à changer la donne ? Pour Nicolas Georges, longtemps au PS, c’est justement les primaires qui posent problème. « Cette mécanique ne sert qu’à celui qui tient le parti, avec des trublions et des faire-valoir au premier tour. Il faut partir sur un autre modèle, clair pour tout le monde. Mélenchon, c’est clair!« , insiste l’élu boisséen sans étiquette. Et les positions sur la sortie de l’Europe ? « Personnellement, je suis plutôt pour changer les choses de l’intérieur. Mais la joute oratoire est nécessaire en politique, il faut mettre les pieds dans le plat pour réveiller les électeurs à gauche« , répond le conseiller d’opposition.

En attendant le vote militant

Maire PCF de Champigny-sur-Marne, Dominique Adenot ne se prononce pas encore. « Je respecterai le vote des militants. On n’est pas seul dans sa tour d’ivoire et je n’ai pas un statut spécial en tant que maire », pose l’élu, tout en reconnaissant être très interrogatif sur la question. « Je suis pour une gauche de la gauche sans compromis avec Hollande, Valls ou Macron, mais il peut y avoir des convergences avec des écologistes, des frondeurs du PS, des gens issus du mouvement social, notamment celui qui s’est développé contre la loi Travail, des gens fatigués du 49.3 et qui veulent se vacciner des politiques qui font le contraire de ce qu’ils promettent« , développe l’élu.  Quid du timing serré? « Il est vrai que plus on se rapproche des échéances, plus il sera difficile d’imaginer une convergence, mais l’histoire a parfois plus d’imagination que nous. Quelques mois avant la victoire du Front populaire en 1936, tout le monde était en berne après les événements de février 1934… »

Secrétaire départemental du PCF, Fabien Guillaud-Bataille ne souhaite pas non plus rendre sa position publique avant que les militants ne se prononcent, mais veut recadrer le sujet. « On pose un regard déformant sur le débat en ne s’intéressant qu’à la question sur la candidature Mélenchon, alors qu’une position préalable a recueilli l’assentiment de 94% des participants à la conférence nationale, qui propose de continuer d’agir jusqu’au bout pour parvenir à une candidature commune, en appelant tout le monde à se mettre autour de la table : Jean-Luc Mélenchon, mais aussi les frondeurs, Yannick Jadot, Arnaud Montebourg, Gérard Filoche, Marie-Noëlle Lienemann… Il faut que tout le monde se parle« , plaide le secrétaire départemental.

Du côté d’EELV, la possibilité d’un rapprochement sous les fourches caudines de la France insoumise semble pour l’heure compliquée alors que le parti vient d’achever des primaires pour désigner son candidat, lé député européen Yannick Jadot, et que certaines positions de Jean-Luc Mélenchon sont peu compatibles avec le parti, notamment sur le plan international.

 

 

Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
28 commentaires pour Soutiens nuancés des élus PCF à Jean-Luc Mélenchon en Val-de-Marne
  • Avec l’aide des principaux médias départementaux , une campagne semble être menée par de nombreux élus communistes du département pour peser sur le choix que doivent faire à la fin du mois les communistes de la base du PCF quant à leur positionnement pour l’élection présidentielle. Ils ont naturellement le droit de donner leur avis dans le débat que mènent les communistes , mais leur statut d’élu ne leur confère pas plus d’autorité qu’aux adhérents de base du PCF , dont je suis , qui par respect pour la démocratie dans leur parti n’ont pas voulu s’exprimer publiquement . Pourtant beaucoup d’entre eux portent un choix différent , celui d’un soutien à une candidature communiste à l’élection présidentielle qui, que cela plaise ou non ,structure la vie politique de pays . Leurs représentants l’ont montré à la conférence nationale de samedi dernier , avec un vote largement majoritaire ( plus de 55% des exprimés) en faveur de cette option. Alors, mesdames et messieurs les élus communistes laissez vivre et décider vos camarades de parti en toute liberté ! Nous ne sommes pas que des petits soldats juste bon à obéir sans discernement dans les campagnes électorales, y compris celles qui vous conduisentaux postes que vous occupez…

    •  » Alors, mesdames et messieurs les élus communistes laissez vivre et décider vos camarades de parti en toute liberté ! »
      La bonne blague ! La « liberté » est un concept inconnu chez les communistes. Souvenez-vous la liberté qu’ont eue les tchèques du Printemps de Prague écrasés par les chars communistes de l’URSS ! Et les allemands de l’Est qui voulaient passer à l’Ouest, vous croyez qu’ils ont eu la « liberté » de le faire ?!

    • J’aimerai vous demander à quoi cela sert-il de faire voter les représentants du partit si c’est le vote des militants qui compte à la fin ? N’est-ce pas finalement un coup de pression envers les militants ? Et dans ce cas, n’auriez-vous pas une indignation à géométrie variable ?

    • quand des communistes avec des usagers des postiers s’organisent pour garder un bureau de Poste à BOISSY est ce présidentiel? ou utile

  • Avec le Mélanchon tout est bon

  • Le PC à deux doigts de l’extinction , G. Marchais défendait encore la France et les salariés Français, depuis c’est une succession de traitres et d’opportunistes qui ont dégoûté la base .

    • Je vais t’expliquer comment les élus PCF défendent les salariés français:

      -Les députés européens PCF ont voté contre la directive sur les travailleurs détachés… mais les eurodéputés FN ont voté pour …. drôle de patriotisme !

      -les mêmes députés européens PCF ont voté contre la directive sur le secret des affaires…. le FN a voté pour, ils ont donc voté en faveur des intérêts de la finance (dont font partie les milliardaires Le Pen, soi dit en passant)

      -les élus PCF se sont opposés à la loi El-Khomri. Où étaient les élus FN? En manif pour soutenir le mouvement? NON !! Il s étaient trop occupés au Sénat à pondre des amendements encore plus libéraux que la loi El Khomri elle-même (ce n’est pas resté très longtemps sur le site internet des sénateurs FN, vu que vous vous êtres rendu compte que ça n’allait pas dans le sens du vent).

      S’ailleurs, on n’a jamais vu un quelconque élu FN dans une usine aux côtés des travailleurs pour s’opposer à un plan de licenciement. Parfois Marine le Pen prend la parole sur les plateaux de télé, mais après, elle rentre dans son petit manoir payé avec les millions de papa (enfin… il y a polémique sur l’origine des millions, semble-t-il…).

      C’est qui les traîtres, tête de nœud?

      • @Robot-Spier remettons les pendules à l’heure .Marine le Pen n’a pas voulu voter contre un renforcement des contrôles qui pèsent sur la directive. D’où l’abstention. Premier mensonge de votre part. Concernant la directive sur le secret des affaires celle-ci vise à lutter contre l’espionnage industriel. Réclamé par certaines multinationales et des PME, il doit permettre aux entreprises d’obtenir réparation en justice en cas de vol ou d’utilisation abusive de leurs secrets commerciaux. Pour ses tenants, il s’agit de combler un vide dans la législation européenne: au contraire de la Chine, des Etats-Unis ou du Japon, la plupart des pays européens n’offrent pas de disposition pour protéger les entreprises contre le vol ou le détournement des secrets commerciaux. Deuxième mensonge de votre part. Les amendements de la loi El Khomri un simple « couac technique »« Il n’y a qu’une seule ligne au Front national, c’est l’hostilité claire à cette loi El Khomri ».Troisième mensonge de votre part. Enfin, quant à la présence du FN vous savez très bien que notre présence auprès des syndicats et particulièrement la CGT qui manifestent , ceux-ci nous insultent et même nous agressent physiquement attaque physiquement .La violence est dans votre camp.

  • Avec 1% comme probable résultat d’un candidat communiste aux prochaines présidentielles, pense-t-on redonner de l’espoir aux citoyens victimes du capitalisme ?

    • Et quel espoir donnez-vous aux victimes du communisme en Corée du Nord, au Vietnam et ailleurs ? Demandez aux émigrés du sud-est asiatique (ex boat people) ce qu’ils pensent de ce totalitarisme sanguinaire. Partout où le communisme est arrivé au pouvoir, ça n’a été que éliminations physiques des opposants politiques (les khmers rouges par exemple ça vous parle ?), désastres économique et écologique. Puisse-un jour cette idéologie disparaître à jamais de la surface du globe et en premier de notre département.

      • Probablement que votre mémoire ne comporte pas suffisamment de neurones pour se souvenir des massacres perpétrés par les pays capitalistes au viet nam, en Afrique, en Amérique du Sud, et en tant d’autres lieux dont la France (le massacre des 10000 communards vous en avez entendu parler ?)

        Mais compter les morts d’où qu’ils soient n’aide pas à comprendre. Les communistes français ont-ils une seule fois attenté aux libertés en France ?/

        • Greco ,apprenez votre Histoire ,les communards de 1871 n’avait rien à voir avec les communistes .

          • Pierrette, apprenez à lire avant de donner des leçons d’histoire. Je n’ai jamais dit que les communards étaient des communistes quoiqu’ils appartiennent à la même ligne historique des luttes ouvrières. Je faisais un court rappel des massacres perpétrés dans les régimes capitalistes. Et la liste est longue dans l’espace et dans le temps.

        • Vous dites que les communistes n’ont commis aucune atteinte à la liberté en France. C’est vrai et pour une seule et bonne raison: ils n’ont jamais présidé notre pays (encore heureux !). Partout ailleurs où ils ont été en situation de diriger, systématiquement les atteintes aux droits de l’homme, les catastrophes économiques sont constatées. Citer moi un pays où les communistes au pouvoir n’ont pas violenté leurs opposants !!!!

          Nous devons nous battre contre tous les totalitarismes (communisme, nazisme et salafisme), le pire étant comme à Ivry où les communistes font alliance avec les extrémistes musulmans pour par exemple promouvoir le boycott d’Israël.

          • Si vous voulez nous faire dire du mal de l’URSS et de la Corée du Nord , il n’y a qu’à demander… je suis tout à fait d’accord avec vous. Il y a cependant des endroits où le communisme n’a pas donné lieu à une violation des droits démocratiques (le Népal, Chypre ou encore le Portugal, par exemple).

            Après, ce que vous dites sur le Parti Communiste Français est faux :

            Les communistes ont bien été au pouvoir en France… En 1936 et en 1945….

            Et en guise d’atteinte aux droits de l’homme, ils nous ont légué la durée légale du temps de travail, les congés payés et la sécurité sociale, entre autres….

            Alors que à la même époque, les socialistes et la droite votaient les pleins pouvoirs à Pétain.

        • « Les communistes français ont-ils une seule fois attenté aux libertés en France ? »

          OUI, puisque les communistes s’oppose systématique aux votes démocratiques d’un bons nombres de Français …

  • Pour moi la parole d’ un militant vaut autant que la parole d’un élu, chacun compte pour un, ce qui me pose problème, c’est déclaration de soutient publique JL Mélenchon, serait-il pas une façon de faire pression sur les adhérents avant le vote ? La réponse et dans la question

  • Laissé les militants décide sans pressions, sa ne seras les élus qui déciderons mais les communistes
    Mais il serais bien aussi que les média donnent la parole aux militants

  • La France insoumise ? Laissez moi hurler ! combien de donneurs d’idées, se prétendant être aux côtés des Français pour dire qu’ils sont les meilleurs, les plus beaux, les plus compétents pour gérer les affaires du pays ? Mais ce qu’ils ne nous diront pas, ce que les journalistes ne poseront jamais comme question : à combien émargez vous ? Quels sont vos avantages matériels ? Silence radio !! Quelques montants mensuels pour vous faire rêver un peu, pauvres salariés des secteurs public et privé : Hollande : 12396 Euros par mois, Sarkozy : 22200, Juppé comme Marine Le Pen :15550, NKM : 20000, Fillon : 13500 et Mélanchon : 12200. Quand se décideront ils à diminuer le train de vie de l’Etat. Faites le calcul à la fin d’une année, y compris quand ils auront pris leur retraite ? C’est énorme !
    Et pour aller voter à la primaire de la droite et du centre, il faut payer 2 Euros, plus que le prix d’un pain au chocolat ? JAMAIS !!!

  • VERONIQUE MARQUER pour être crédible il faut justifier les montants .Donc ,pourriez -vous me préciser sur quelle base vous avez trouvé 15550 euros pou Mrine Le Penpar moi en tant qu’élu, en France ?

  • @ Pierrette : cette information, comme pour les autres politiques, je l’ai glanée sur Internet. Vous voulez plus de précisions ? Allons-y ! Je ne le ferai pas pour les autres politiques mais pour la N°1 du FN.
    Nous serons d’accord pour dire qu’elle est député européen et conseiller régional de Nord-Pas de Calais.

    Pour son premier mandat, elle touche 6200 Euros net, par mois. Il s’y ajoute 304 Euros d’indemnité forfaitaire pour la présence aux séances, et ce, par … JOUR. Combien de jours de présence ? C’est à voir. Ensuite, des frais de transport évalués à 4243 Euros par an et des frais généraux qui s’élèvent à 4300 Euros .

    Au titre de son mandat de conseiller régional, elle touche 2661 Euros, brut, par mois. et d’autres avantages. Je doute fort que son mandat de leader frontiste ne soit pas rémunéré, c’est comme dans les autres formations politiques. Egalement, je doute fort qu’elle ne bénéficie pas de prix avantageux pour ses repas, chambre d’hôtel, bref, son train de vie.

    Enfin, je ne sais combien d’années vous avez travaillé. Je suis en activité depuis une vingtaine d’années, alors que pour elle, comme pour d’autres, un minimum d’années de travail avant d’être des « pourvoyeurs d’idées grassement payés à nos frais ».

    VM

    • Je vous ai demandé la justification « en tant qu’élu en FRANCE « et non de son mandat Européen. On est loin de vos 15550euros .Je vous signale comme vous déformez la réalité que ,la fonction de Présidente du FN reste bénévole, elle ne touche aucun salaire du parti. Quant aux indemnités que lui procure son mandat européen il est écrêté compte tenu de ses indemnités de conseillère régionale, déduction faite de sa réversion au parti je vous laisse le soin de faire les calculs .Madame ,je suis encore bien gentille de répondre à vos insinuations glanées dans les journaux poubelles .

      • Pierrette qui demande des justifications. Clownesque.

      • @ Pierrette : je m’interroge. Pourquoi différencier les revenus issus de France de ceux du Parlement européen basé, je crois à Strasbourg. Nous sommes dans la zone Euro, me semble-t-il ? Mais pour lire vos arguties, je comprends pourquoi vous ne supportez pas que l’on attaque votre idole. Mais c’est votre choix. La toile se trompe ? Oui, c’est vrai, c’est une pauvre fille qui habite dans un logement social dans les 4000 logements de la Courneuve. Ses rémunérations ? Oui, elle émarge au SMIC, et comme elle est d’origine bretonne, elle bénéficie de la CMU. Je la vois souvent manger de la nourriture de bas de gamme dans un resto où l’on sert de la viande halal, à Saint Ouen et à Aubervilliers. Ses vacances ? Mais elle ne part pas, une pauvre travailleuse qui n’a pas de voiture ! La réalité ? Aux antipodes de cette brève description ! Si vous réfléchissiez un peu, alors qu’elle est copropriétaire de parts de SCI qui à Saint Cloud (faut payer le foncier qui n’est pas donné), qui dans les Pyrénées Orientales (pareil) et dans le Morbihan, excusez moi, mais il faut du blé. Il en faut aussi pour faire la fête pas avec du vin de bas de gamme mais avec du champagne, qui n’est pas donné. Bref, une grande bourgeoise qui se fait rémunérer avec nos impôts. Quant à ses idées, comme celles de son père ? Elle n’a fait qu’un copier-coller de celles du Colonel de la Rocque avec les Croix de Feu : chasser l’étranger hors de notre pays !

  • Bonjour, camarades n’oubliez jamais que la différence entre un citoyen et un élu, c’est que l’élu il a un statut et que suivant ses choix, il peut le perdre ! C’est donc l’équation à résoudre, avec lequel candidat j’ai le plus de chance de garder mon siège… Ce qui est rigolo dans tout ce cirque, c’est que des élus dit de gauche, vouent une confiance aux sondages qui donnent un score à deux chiffres à JLM. C’est bien connu, les boites de sondages appartiennent à l’extrême gauche et le seul but que les sondeurs poursuivent, c’est de préparer l’élection d’un progressiste au sommet de l’état. Tout est bidonné et franchement de voir que la connerie et la médiocrité sont autant partagées par les représentants de droite que ceux de la gauche, il y a de quoi désespérer ! Et si c’était Filoche, le bon candidat ?

  • Vu que les clowns extrémistes ont le vent en poupe, il aurait tort de ne pas se présenter.

  • Il est vrai derf que vous êtes bien placé et qualifié pour juger MdR

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *