Initiative | Nogent-Sur-Marne | 24/10/2016
Réagir Par

Un médiateur en insertion pour faire passer les désagréments des chantiers d’électricité

Pour expliquer les travaux d’électricité qui vont trouer les rues de Nogent-sur-Marne pendant trois mois, Enedis (ex ERDF) a fait appel à un médiateur en insertion. Une aubaine pour Emmanuel, arrivé de Roumanie en 2014, et qui il y a peu dormait encore dans sa voiture avec sa femme.

C’est lui qui a été choisi par le prestataire, une association d’insertion (Insertion services prestations) basée à Saint-Maur-des-Fossés. Au programme : 80 heures de présence sur le marché de Nogent-sur-Marne, tous les jeudis, de 10h à 12h. « Je suis là pour répondre aux questions des habitants. Ils s’inquiètent de savoir s’il y aura des coupures de courant, si leur voiture risque d’être enlevée car elle gêne la progression des travaux, … Je distribue aussi des flyers – 10000 au total – avec des informations pratiques comme les rues concernées mais aussi une ligne téléphonique d’assistance » , explique Emanuel, qui vient de mener une mission similaire à Saint-Maur-des-Fossés. « On mène ces actions sur les chantiers qui sont un peu sensibles car ils impactent les centres-villes, les écoles, les commerces… Les habitants acceptent mieux les petits tracas du quotidien si on leur donne du sens » , indique Robert Poggi, le nouveau directeur territorial d’Enedis pour la Seine-Saint-Denis et le Val-de-Marne. « Ce sont des chantiers difficiles, qui s’apparentent à de vrais slaloms en plein centre-ville. On est là pour gérer la partie humaine. On veut aussi qu’il n’y ait pas le moindre transfert de responsabilités vers la mairie » , précise Arnaud Weber, interlocuteur d’Enedis pour les institutions.

Après une première expérience professionnelle en France « gâchée par un patron malhonnête » ,  se confie le jeune homme, Emmanuel a contacté l’association d’insertion sur les conseils d’un ami. « J’ai vécu un an dans ma voiture, avec ma femme. Depuis que je suis dans l’association, j’ai pu travailler, maîtriser totalement le Français et trouver un petit appartement à Villecresnes » , témoigne-t-il.

« On accompagne les bénéficiaires sur un parcours d’insertion étalé sur 24 mois. Si l’emploi est notre priorité, on les aide aussi sur les autres aspects (administratifs, santé, logement, …) » , explique Raphaël Balluet, directeur d’ISP94 et d’Insertion Service. Au bout de 24 mois, si le programme n’a pas porté ses fruits, ISP94 ne prend plus en charge les bénéficiaires. Justement, Emanuel Varga arrive en fin de parcours, et n’a pas spécialement de pistes pour la suite. « Je suis un peu inquiet, j’aurais vraiment aimé devenir contrôleur des boîtiers de façon permanente… Mais je vais trouver, je n’en doute pas ! » se motive Emanuel.

Visite-Enedis-mediation-sociale-Nogent-octobre-2016 (1)

D’un point de vue purement technique, les travaux engagés à Nogent-sur-Marne, estimés à hauteur de 950 000 euros, visent à renforcer le réseau de distribution électrique, et notamment le renouvellement des câbles moyenne tension (20000 volts) et des boîtiers publics qui l’accompagnent. Au total, 4 kilomètres de câbles seront installés sur 2 kilomètres de tranchée. La douzaine d’ouvriers qui se relayent sur le terrain progressent d’une quinzaine de mètres par jour de travail. Objectif : réduire les coupures et dépanner plus rapidement. Tout le territoire national est concerné par cette modernisation. Dans le Val-de-Marne, Enedis espère avoir réalisé l’ensemble des travaux d’ici à la fin 2017. Des travaux sont déjà engagés à Ormesson-sur-Marne, Sucy-en-Brie, Chennevières-sur-Marne, Le Perreux-sur-Marne, Champigny-sur-Marne, Saint-Maur-des-Fossés, Fontenay-sous-Bois, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *