Politique locale | Accueil Val de Marne (94) Villejuif | 13/01/2016
Réagir Par

Villejuif, la place Georges Marchais renaît, après la décision du Tribunal

Villejuif, la place Georges Marchais renaît, après la décision du Tribunal
Publicité

Le Tribunal administratif de Melun a tranché. Le parvis Georges Marchais de Villejuif pourra garder sa plaque.  Mi décembre 2014, le Conseil municipal de la ville avait décidé de débaptiser cette placette inaugurée un an plus tôt par la précédente maire, pour la renommer Georges Mathé,

en hommage à un professeur cancérologue et immunologue qui a travaillé à l’Institut Gustave-Roussy et à l’Hôpital Paul-Brousse de la ville.  Cette décision avait heurté la population et les élus, au-delà des seuls militants communistes. Premier secrétaire national du PCF de 1972 à 1994, Georges Marchais avait en effet été député de la circonscription comprenant Villejuif pendant 26 ans, de 1973 à 1997.  Quelques jours après le vote de la décision municipale, une manifestation contre cette décision avait réuni habitants, élus et parlementaires de tous bords politiques, aux côtés de la famille de l’homme politique. A Villejuif, cette polémique s’inscrivait dans un contexte déjà tendu depuis la victoire du maire UMP Franck Le Bohellec sur la maire sortante PCF Claudine Cordillot, aux municipales de mars 2014, grâce à une alliance de second tour avec une partie de la gauche.

Le tribunal a tranché contre la ville

Après plusieurs échanges de courriers et recours gracieux contre la décision, la famille a porté l’affaires devant le tribunal administratif de Melun.

Ce mercredi 13 janvier, le Tribunal a rendu son verdict et cassé la décision de la ville.

« Un immense soulagement »

« C’est un immense soulagement car cette décision était une blessure pour les Villejuifois« , réagit Pierre Garzon, secrétaire de la section PCF de Villejuif et conseiller départemental. »Cette décision revêt un caractère exceptionnel et crée une jurisprudence « Marchais » car ce n’est pas le fait de changer un nom qui a été remis en question mais le fond des motivations« , insiste l’élu. « Si nous sommes soulagés, nous conservons en revanche un sentiment d’inachevé, car cette affaire a mis en opposition deux hommes qui s’appréciaient et sont tous deux honorables, Georges Mathé et Georges Marchais, et il n’est pas question de voir là une victoire de Georges Marchais sur Georges Mathé. Nous pensons également à la famille de Georges Mathé qui a été solidaire de notre cause et souhaitons que cette personnalité dispose d’un équipement ou un lieu à son nom dans la ville. Nous allons faire une proposition en ce sens« , ajoute Pierre Garzon.

Président PCF du Conseil départemental, Christian Favier a réagi de la même manière. « Je salue cette décision de justice qui respecte la mémoire et les proches de Georges Marchais et de Georges Mathé. L’histoire des grandes personnalités du Val-de-Marne ne s’efface pas ainsi comme le confirme la justice. C’est la reconnaissance du rôle joué par Georges Marchais comme député du Val-de-Marne et de son apport à la commune de Villejuif dans sa modernisation et son développement. Cette jurisprudence fera date. Toutefois, elle ne doit pas éclipser la juste reconnaissance des combats et du travail de Georges Mathé, résistant et grand homme de science, dont je souhaite que la mémoire puisse être honorée en associant sa famille à toute décision« , a ainsi commenté le sénateur communiste.

Un nouveau baptême symbolique

En attendant, rendez-vous avait été donné ce mercredi à 18h30 pour »rebaptiser » symboliquement le parvis du site des Barmonts, qui dessert la résidence étudiante et le bâtiment Villejuif BioPark, même si la plaque n’avait pas encore été enlevée. S’y sont retrouvés des élus et habitants du département mais aussi des membres de la famille de Georges Marchais et le secrétaire national du PCF, le sénateur Pierre Laurent. Dans le Val-de-Marne, deux sites portent le nom de l’ancien secrétaire national du PCF, le parvis de Villejuif et une place de Champigny-sur-Marne, où il avait longtemps résidé.

Rassemeblement Gorges Marchais

La ville étudie la possibilité de faire appel

Du côté de la muncipalité, une réunion s’est tenue avec les avocats pour étudier les possibilités de faire appel, mais aucune décision n’a encore été prise à cette heure.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans avec comme tags
9 commentaires pour Villejuif, la place Georges Marchais renaît, après la décision du Tribunal
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi