Publicité
Société | Villeneuve-le-Roi | 21/12/2016
Réagir Par

Voeu polémique contre l’hébergement d’urgence hivernal à Villeneuve-le-Roi

Voeu polémique contre l’hébergement d’urgence hivernal à Villeneuve-le-Roi © JM Leclercq

Deux projets d’hébergement d’urgence, destinés à abriter la nuit des personnes sans domicile pendant l’hiver, ont suscité la colère de la municipalité de Villeneuve-le-Roi, inquiète que ces centres n’accueillent en réalité des migrants. Un voeu contre leur réalisation a été voté à la majorité lors du Conseil municipal de ce mardi 20 décembre. L’opposition dénonce pour sa part une opération de manipulation et reproche au maire d' »inventer des migrants« .

Comme chaque hiver, le service du 115 (numéro d’appel d’urgence destiné aux personnes sans domicile) s’organise pour disposer de centres d’accueil pour héberger les personnes la nuit, dans le cadre du plan grand froid. C’est dans ce contexte que deux bâtiments de la DGAC (Direction générale de l’aviation civile), situés dans l’enceinte aéroportuaire, sur la commune de Villeneuve-le-Roi, ont été mis à disposition de la Croix rouge, qui gère le SIAO (Service Intégré d’Accueil et d’Orientation) dans le Val-de-Marne, pour accueillir jusqu’à 70 personnes en cas de nécessité. Ces personnes sont accueillies de 17 heures à 9 heures du matin.

Par ailleurs, le bailleur social Novigère envisage d’installer un centre d’hébergement d’urgence, toujours pour les personnes sans logement, à la place d’un hôtel low-cost situé près de l’avenue Le Foll, d’une capacité d’accueil de 150 places.

Deux projets qui ont suscité la colère en mairie, où l’on s’interroge sur les publics qui se rendront sur place et où l’on s’agace d’un « manque de concertation ». Afin de marquer sa désapprobation, la municipalité a donc fait voter un voeu à la majorité, « considérant que le préfet du Val-de-Marne a décidé unilatéralement de réquisitionner deux bâtiments situés rue Charles Nungesser et de faire des travaux dans l’hôtel Formule 1 pour créer plus de 220 places d’accueil d’urgence et de migrants« , lui demandant de reconsidérer ses projets, insistant notamment sur le fait « que ces deux équipements sont inclus dans les périmètres du Plan d’Exposition au Bruit et/ou du Plan de Prévention des Risques d’Inondation dont les prescriptions limitent l’augmentation des capacités d’accueil des populations« , et faisant valoir « qu’existent déjà sur la commune des dizaines de places d’hébergement d’urgence gérés par l’association Aide d’Urgence du Val-de-Marne (A.U.V.M.)« . Télécharger le voeu présenté par le maire LR, Didier Gonzales, et voté à la majorité.

De son côté, l’opposition PS-MRC-EELV, représentée par Eric Chamault, Marie-Christine Francini, Rachid Hallaf et Béatrice Bidoux, tout comme le conseiller départemental Daniel Guérin, dénonce un voeu  « mensonger », rappelant  que le compromis signé entre les propriétaires de l’hôtel et le bailleur social correspond à un projet privé et non préfectoral. « Le maire en est tout à fait informé puisqu’il a rencontré l’actuelle propriétaire il y a déjà plusieurs mois et que les acquéreurs lui ont présenté leur projet« , dénoncent les élus d’opposition. Et les élus d’insister également sur le fait que les locaux de la DGAC mis à la disposition de la Croix rouge n’ont pas non plus été réquisitionnés pour installer des migrants. « Il est d’ailleurs tout à fait scandaleux que le maire ait utilisé la police municipale armée pour tenter de faire obstacle à l’accès de la Croix Rouge à ce site« , reprennent les élus qui considèrent ce voeu comme un acte de « pré campagne législative (…) en s’appuyant sur les plus bas instincts pour surfer sur les inquiétudes. »

« On peut être à la fois SDF et migrant. C’est le cas d’un certain nombre de personnes actuellement à la rue. Et que vont faire ces personnes le matin lorsqu’elles sortiront du centre ? La ville devra-t-elle mettre à disposition son CCAS pour les accueillir ?« , rétorque-t-on dans l’entourage du maire.

5 commentaires pour Voeu polémique contre l’hébergement d’urgence hivernal à Villeneuve-le-Roi
  • Que Mr le Maire se souvienne quelles places ont été faites, pour accueillir les rapatriés d’Algérie, au détriment de tous les demandeurs de logement de l’époque, et quelles places dans les emplois publics;, y compris d’écarter de leur poste des enseignants professionnels, comme j’en ai connu…
    c’est vrai que les bons sentiments ne sont pas le fort de certains rapatriés!…

  • Cette comparaison entre des pieds noirs français pour lesquels c’était  » la valise ou le cercueil  » et des arrivants incontrôlables ( voir en Allemagne ) est hors de propos De quoi, en effet, s’interroger, à juste raison, sur ce projet douteux et, comme suggéré , s’abstenir afin d’être certain d’exercer une charité efficace en des endroits mieux appropriés et soulager le tourment de tous nos compatriotes trop souvent délaissés des préoccupations des bonnes consciences,errant l’hiver dans les rues parce qu’ayant perdu leur emploi ou victimes d’un  » accident de la vie  » ils ne peuvent payer un loyer et ne trouvant pas de place pour eux dans des lieux d’accueils qui sont déjà surpeuplés .

  • Je connais ce quartier calme, j’y habite et beaucoup d’enfants prennent le chemin devant ces immeubles pour aller à l’école . Quoi penser ?

  • En quoi le fait d’aider des gens dans le besoin pourrait traumatiser les enfants ?

    C’est une erreur d’assimiler les réfugiés avec les personnes qui ont commis des attentats de masse en France (ils étaient français, belge)

    Bonne journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *