Publicité
Publicité: Fête des Solidarités 2017
Loisirs | Bois de Vincennes | 16/11
Réagir Par

75 000 baigneurs attendus au lac Daumesnil dès 2019

75 000 baigneurs attendus au lac Daumesnil dès 2019 © thubault-doucerain-illustration-pour-green-concept

Avant de plonger dans la Seine et dans la Marne d’ici aux Jeux olympiques de 2024, les grands-parisiens pourront déjà goûter à la baignade dans le bois de Vincennes dès le printemps 2019, dans une belle portion de 8000 m2 du lac Daumesnil –  un espace de plus de six fois la taille d’une piscine olympique… 

Un espace baignade spécialement filtré de manière biologique, sans chlore et sans chauffage, qui se décomposera en une première zone pour patauger à maximum 40 centimètres de profondeur (sur une surface d’environ 1500 m2, l’équivalent d’une grande piscine olympique); deux petits bains de chacun 1400 m2, d’une profondeur de 70 cm, une première zone pour nager de de 2900 m2, d’une profondeur moyenne (1,50 mètres), et enfin un grand bain de 2200 m2, d’une profondeur de 2,50 m.

Cette plage du lac Daumesnil sera située sur la rive opposée à celle du zoo de Vincennes, au niveau de la promenade Maurice Boitel, face à l’île de Bercy, juste à côté de la pelouse de Reuilly.

La baignade aménagée, gratuite et ouverte à tous, sera limitée aux beaux jours, entre le 15 juin et le 15 septembre environ, et nécessitera une période préalable de montage et de mise en service d’environ cinq semaines ainsi qu’une période de démontage de trois semaines. Sur une saison complète, la mairie de Paris estime que 75 000 baigneurs devraient plonger dans ce lac du bois de Vincennes. La bonne nouvelle, pour les promeneurs et joggeurs de toutes saisons, est que les toilettes qui seront aménagées pour les baigneurs resteront ouvertes toute l’année.  Pas question en revanche de nager en nocturne, l’espace baignade ne sera praticable qu’en journée et aucun éclairage extérieur n’est prévu.

Le reste du lac Daumesnil, qui s’étire au total sur 12 hectares (120 000 m2), demeurera le domaine des oiseaux, des poissons et des pêcheurs. Un système rétractable à base de géomembrane sera installé pour isoler l’eau de l’espace baignade et un local technique enterré sous l’île de Bercy gérera l’alimentation en eau. Pour filtrer l’eau de manière biologique, deux bassins filtrants seront implantés un peu plus loin, du côté de la pelouse de Reuilly, dans des clairières forestières. « Ces bassins filtrants constitueront des milieux aquatiques particulièrement intéressants qui viendront compléter la trame bleue du bois de Vincennes et enrichir les habitats favorables à la biodiversité« , motive Anne Hidalgo, la maire PS de Paris, dans l’exposé des motifs du projet de délibération sur ce dossier qui doit être voté au Conseil de Paris qui se tient du 22 au 22 novembre. Le projet ayant déjà fait l’objet d’un vote en septembre 2016, le Conseil doit donner acte de la communication sur son avancement et émettre un avis favorable sur son dossier de présentation, en vue de son passage en enquête publique début 2018. Pour la ville de Paris, cette création de baignade en plein air correspond à l’un des 104 mesures (la 9e) du plan Nager à Paris. « Cet aménagement contribuera à l’essor de la baignade en plein air à Paris et à offrir des îlots de fraicheur s’inscrivant pleinement dans la stratégie municipale d’adaptation au changement climatique« , insiste Anne Hidalgo.

En parallèle de sa composante loisirs, la dimension écologique du projet consistera en une revégétalisation d’environ 4 200 m² aux alentours, qui passera par la plantation d’arbres et d’arbustes  sur la rive sud du lac pour désimperméabiliser le sol et reconstituer le paysage original en bosquets tel que conçu à l’origine par Jean-Charles Alphand, le grand spécialiste des parcs et espaces verts de Paris à l’époque du baron Haussmann.

9,5 millions d’euros

Financièrement, le coût total du projet est estimé à 9,5 millions d’euros (toutes dépenses confondues en valeur finale estimée). D’ores et déjà, un marché de maîtrise d’œuvre a été attribué fin 2016 au groupement Setec hydratec (mandataire),  Green Concept, Les Fontainiers de Paris et Atelier 32, pour un montant de 366 000 euros.

Première baignade à l’été 2019

La prochaine étape du projet passera par l’enquête publique, en février-mars 2018, afin de mettre le PLU en compatibilité. Le permis d’aménager est ensuite attendu à l’été pour un démarrage des travaux à l’automne prochain et une ouverture au public à l’été 2019.

Voir le projet de délibération complet qui sera soumis au Conseil de Paris.

Voir l’ordre du jour complet du Conseil de Paris des 20 au 22 novembre

A lire aussi :

A poil au bois de Vincennes, c’est maintenant !

Le modèle économique plombé du zoo de Vincennes

Le nouveau zoo de Vincennes en images

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *