Santé | Saint-Mandé | 16/03/2017
Réagir Par

A Saint-Mandé, l’hôpital Bégin a achevé sa mue

Le concours d’architecte avait été lancé en 2004. Ce mercredi 15 mars 2017, le ministre de La Défense, Jean-Yves Le Drian, a inauguré un hôpital Bégin comme neuf, avec de nouveaux bâtiments et une restructuration de l’organisation complète.

Entre ces deux dates, l’hôpital des armées a connu des sueurs froides. Sur la sellette après qu’un rapport de la Cour des comptes ait épinglé le coût des hôpitaux militaires, l’hôpital a craint pour sa fermeture fin 2012, suscitant une forte mobilisation des élus. Ouvert en 1858 suite à un décret de Napoléon III afin d’accueillir les blessés de guerre que les hôpitaux militaires de la capitale ne pouvaient plus accueillir faute de place, l’Hôpital Bégin s’est, comme la plupart des hôpitaux militaires, progressivement ouvert au grand public pour accueillir désormais 80 % de patients civils. La nécessité d’hôpitaux militaires demeure néanmoins, en lien avec les opérations militaires extérieures. Récemment, les hôpitaux ont aussi accueilli des victimes d’attentat. Finalement, c’est l’hôpital parisien du Val-de-Grâce qui a fermé ses portes en juin 2016, étoffant au passage l’activité de son confrère saint-mandéen qui a récupéré ses services ophtalmologie, chirurgie et robotique. Fin 2015 en revanche, la maternité a été fermée, malgré les manifestations.

La rénovation-extension de cet hôpital du 19e siècle, a été menée par l’architecte Jean-Philippe Pargade en plusieurs étapes. Elle a d’abord consisté à construire une nouvelle aile Sud pour accueillir les services des urgences, les blocs opératoires et les services maladies infectieuses et tropicales. On y trouve notamment les chambres d’isolement à pression négative où ont été accueillis des patients Ebola en 2015. Ce nouveau bâtiment de  25 000 m2 a été inauguré dès juillet 2011.

Une capacité de 338 lits

Le bâtiment historique, lui, a vu son aile Ouest entièrement réaménagée pour accueillir les services chirurgicaux, médicaux et de réanimation. Une étape achevée fin 2013. Restait la dernière phase, celle de l’aile Est, arrivée à terme début 2017. Cette partie accueille les services endocrinologie, rhumatologie, psychiatrie, ophtalmologie et médecine interne. La partie centrale est pour sa part dédiée aux services d’accueil. Une série de travaux qui ont permis au passage d’améliorer le confort avec notamment de nombreuses chambres individuelles avec salle de douche attenante. L’hôpital accueille désormais 338 lits, avec possibilité d’augmenter sa capacité en cas de crise. Coût du lifting : 150 millions d’euros.

«Chaque année, environ 80 personnes de Bégin sont projetées sur les différents théâtres d’opérations extérieures. A l’inverse, près de 250 patients militaires y ont été pris en charge en retour d’opération», a rappelé le ministre de la Défense, guidé dans sa visite par le médecin général Jean-Claude Rigal-Sastourne, à la tête de l’hôpital depuis septembre 2016.

Chambre d’isolement

Cet article est publié dans avec comme tags , , , ,
2 commentaires pour A Saint-Mandé, l’hôpital Bégin a achevé sa mue

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *