Politique | Villejuif | 12/02/2017
Réagir Par

A Villejuif, Maryse Dumont-Monnet quitte le groupe politique du maire

Nouveau tremblement au sein de la majorité plurielle à Villejuif. Après un conseil municipal mouvementé le 3 février dernier, Maryse Dumont Monnet, conseillère municipale déléguée à la performance publique, a claqué la porte du groupe Nouvelle Dynamique pour Villejuif, celui du maire LR de la commune, Franck Le Bohellec.

Ne se considérant plus en phase avec l’exécutif municipal, elle indique avoir subi des pressions lorsqu’elle exprimait des désaccords. L’élue n’a pour l’instant rejoint aucun autre groupe.

Ce vendredi 3 février, une goutte d’eau a fait déborder le vase. L’élue a précipitamment quitté la séance de conseil municipal et indique avoir été rattrapée par un élu de son groupe , lui intimant l’ordre de déléguer son pouvoir de vote sur le ton de la menace. Ce vote concernait l’octroi d’un logement de fonction au nouveau directeur général des services, avalisé par 21 voies contre 20.

«C‘est comme cela depuis que j’ai refusé que mon nom n’apparaisse dans la pétition des 17 élus contre les agents municipaux, même chose lorsque je n’ai pas voulu soutenir la candidature du maire aux régionales. Les élus se sont permis de demander le retrait de mes délégations. On m’a mis à bout», témoigne Maryse Dumont-Monnet, qui souhaite néanmoins continuer à s’impliquer dans la majorité et conserver sa délégation auprès de l’adjoint aux finances, Philippe Vidal

Mis en cause par Maryse Dumont-Monnet, Marhouf Bounegta, président du groupe Nouvelle Dynamique pour Villejuif se défend d’avoir menacé l’élue pour obtenir son pouvoir de vote.  «Nous avons fait une réunion de groupe avant le conseil municipal pour se concerter sur le vote des futurs rapports à l’ordre du jour. A Villejuif, les conseils débutent à 20h30 mais finissent souvent tard dans la nuit, comme ce vendredi où nous avons clôt la séance vers 4 heures du matin. A minuit, je vois Mme Dumont-Monnet, qui, fatiguée, quitte le conseil municipal. Je suis donc aller lui demander de donner son pouvoir de vote».

Lors des municipales de 2014, Maryse Dumont-Monnet avait fait campagne sur le liste de Jean-François Harel (cf photo de campagne à la une), le candidat UDI. Pour rappel, quatre candidats de premier tour – Franck Le Bohellec (LR), Jean-François Harel (UDI), Philippe Vidal (DVG) et Natalie Gandais (EELV dissidente dans cette élection)  -s’étaient alliés au second tour pour enlever la ville à la maire PCF Claudine Cordillot. Depuis, cette majorité pluriel droite-gauche a été fragilisée par plusieurs dissensions. Après l’éviction de Jean-François Harel dès le début du mandat, ce qui a donné lieu à une scission au sein de la sa liste, ce-sont les écologistes qui ont claqué la porte en 2015, suite à un conflit sur l’appel d’offres de la Halle des sports.

 

 

Cet article est publié dans avec comme tags , , ,
4 commentaires pour A Villejuif, Maryse Dumont-Monnet quitte le groupe politique du maire
  • encore un couac. Ces rebondissements prouvent que les alliances « contre nature « ne durent jamais longtemps.
    Seul un groupe « citoyen » issu de la Société civile sans appartenance à un parti peut
    tenir sur la durée. Ce qui est à réprouver c’est la médiatisation des divergences de cet exécutif cela donne une image déplorable de notre ville.
    Il y a tellement à faire sur le terrain au lieu de s’acharner à vouloir être « le Kalif à la place du Kalif ».

  • Maryse Dumont Monnet, comme la plupart de candidats des 4 listes de feu l’Union citoyenne, était « inorganisée » dans un parti. Elle avait quitté le groupe de MM Harel et Obadia, est restée un certain temps hors-groupe, puis avait donc (d’après l’article) rejoint le groupe du maire, puis le quitte parce que on l’a obligée à voter (à travers son mandat) pour l’achat d’un logement de fonction pour le futur DGS, alors u’elle était plutôt contre.
    Cet incident pose deux problèmes « locaux » :
    – les raisons de ce « logement de fonction »
    – la fragilité de la majorité le Bohellec-Obadia-Vidal-Casel
    et un problème de fond : la « discipline de groupe ».

    On trouvera ici , dans le compte-rendu de ce vote sur le logement de fonction , une analyse des deux problèmes locaux : http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article700
    On constate que la majorité n’est restée majoritaire qu’en étant plus rigoureuse dans la chasse aux mandats des absents !
    Ce qui nous amène au problème de fond.

    Notre groupe « L’avenir à Villejuif », comme son ancêtre Villejuif-Autrement, regroupe des écologistes et des associatifs. Nous discutons évidemment de nos votes avant les conseils municipaux, de nos tribunes dans le journal de la Ville, etc. Mais chacune et chacun conserve sa pleine liberté de vote.
    Comme le dit Jeanine Rollin, un groupe fondé sur les engagements dans la société civile, sur le terrain, peut tenir sur la durée et même croitre pendant un mandat, mais cela exige de concilier la liberté de conscience de chacun et le débat pour arriver à des positions convergentes.

    En revanche, la nécessité d’alliances au second tour est inévitable : seul le PCF, jadis , arrivait à Villejuif à l’emporter au premier tour. Ce n’est pas un défaut de la démocratie, mais cela oblige chacun à admettre que les autres ne pensent pas comme lui et que pourtant on peut faire « des choses » ensemble, pour sa cité.
    Ce qui a fait exploser l’Union citoyenne, ce n’est pas qu’il y avait quelques membres encartés dans des partis nationaux. C’est que MM le Bohellec et Monin pensaient pouvoir imposer à l’Avenir à Villjuif une opération de favoritisme sur le marché de la Halle des Sports. Or pour nous la probité est une question essentielle, préalable à toutes les autres.

  • Bonjour,

    Ce qui est extraordinaire avec Me Lipietz c’est vouloir prendre des vessies pour des lanternes . Il n’a y pas que parmi les lus de l’Avenir à Villejuif que règne la démocratie qui est je lui rappelle le mode de gouvernement de la majorité. Les élus de la majorité municipale discutent, votent en réunion de groupe et en Bureau Politique. Il faut une solidarité gouvernemental ou il n’ y a pas de gouvernance possible. Les élus de l’Avenir à Villejuif peuvent ne pas voter tous la même chose celà ne va pas changer grand chose puisque c’est le choix entre contre ou abstention. Quant au groupe VNV, il est là pour affaiblir me Maire et rêve de le mettre en minorité lors du vote important.
    Quant au problème de fond du logement de fonction, c’est un autre débat .
    PS: une remarque à AL , il a oublié Mr Lecavalier dans la « fragile » majorité

  • Ainsi va la vie à Villejuif, les opportunistes qui se sont emparés de la Mairie après leur mariage de la carpe et le lapin continue à s’entre-déchirer en fonction de leur égo et de leurs insatisfactions conduisant la gestion de la ville au bord du précipice. M. Lipietz comme à son habitude nous offre son petit cours dogmatique avec son petit lien à consulter comme si nous étions bien sûr des imbéciles incapables de comprendre la situation sans son éclairage. Eh oui nous n’étions guère bien loti avec Madame Cordillot et un système verrouillé mais au moins il y avait de la cohérence. On a au final échangé les anguilles parfois difficiles à suivre contre le panier de crabes actuel. Ca c’est sûr on n’a rien gagné du tout!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *