Publicité
Publicité: Fête des Solidarités 2017
Exposition | Ivry-sur-Seine | 23/11
Réagir Par

Alexandre Bircken s’approprie les stéréotypes au Credac

Lorsque l’humain fait corps avec la machine, il n’est plus tout à fait homme ou femme. Le centre d’art contemporain d’Ivry-sur-Seine, le Credac, propose jusqu’au 17 décembre l’exposition Stretch, de l’artiste allemande Alexandra Bircken. Motarde, elle se joue des stéréotypes pour afficher son appartenance à cette communauté testostéronée à souhait.

Carcasses de motos découpées et armes explosées avec une précision chirurgicale. Combinaisons limées par les chutes sur le bitume et corps décharnés. Même s’il se convainc de sa puissance en domptant ces dangereuses machines vrombissantes, l’humain reste désespéramment fragile. Alexandra Bircken, elle, semble n’avoir eu aucun mal à trouver sa place dans ce groupe de mecs alignés les uns derrière les autres dans la première salle de l’exposition.

La libre déambulation autour des œuvres de l’artiste offre une vision parfois angoissante, un peu glauque, cocasse lorsqu’elle nous place devant trois monstres phalliques aux noms de bombes des forces armées américaines (Big Ugly Fat Fellow). Mais Alexandra Bircken, styliste de formation, offre également des moments plus rassurants  autour de ses structures en laine noire en forme de cocons protecteurs, ou devant cette vidéo qui montre en boucle une machine fabricant un vêtement en maille, les cliquetis du mouvement mécanique évoquant les bruits de la Manufacture des œillets lorsqu’elle était encore en activité. Un clin d’œil au lieu d’accueil de l’exposition, le Credac (Centre d’art contemporain d’Ivry), l’une des trois institutions culturelles qui peuplent l’ancienne fabrique ivryenne avec l’Epsaa, une école d’arts graphiques, et le Théâtre des Quartiers d’Ivry, centre dramatique national.

Avant de présenter cette première exposition personnelle en France, Stretch a été conçue au Kunstverein de Hanovre, puis présentée dans le Museum Abteiberg de Mönchengladbach. «C’est toute la spécificité du Credac, nous permettons aux artistes encore peu exposés en France de faire leur première ici. Il n’est pas toujours pertinent de compter les entrées mais avec environ 4000 visiteurs en deux mois, Stretch est une réussite. Cette œuvre représentative d’une femme par elle-même prend une dimension particulière à la lumière de l’actualité», souligne Claire Le Restif, commissaire de l’exposition et directrice du Credac.

A voir jusqu’au 17 décembre
Entrée libre. 25-29 rue Raspail à Ivry-sur-Seine
Plus d’infos

Cet article est publié dans avec comme tags art contemporain, Credac, ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *