Publicité
Publicité: Entrepreneur#Leader CCI Ile-de-France
Politique | Alfortville | 01/12/2017
Réagir Par

Depuis Alfortville, Carvounas part à la conquête du PS

Publicité

C'est devant plusieurs centaines de sympathisants réunis à l'espace culturel d'Alfortville que Luc Carvounas, député PS du Val-de-Marne et ancien maire de la ville, a officiellement lancé sa campagne pour prendre la tête du Parti socialiste. 

Le député du Val-de-Marne est le premier candidat à se déclarer pour devenir premier secrétaire. Les instances dirigeantes du PS seront élues au cours du prochain congrès qui se tiendra au mois de mars.

Ancien proche de Manuel Valls, directeur de campagne de ce dernier dès les primaires de 2011, Luc Carvounas avait intégré le staff de campagne de Benoit Hamon dès sa victoire aux primaires de 2017, puis rejoint la direction collégiale intérimaire du PS, bien décidé à réformer le parti, mais de l’intérieur. Le soir de sa victoire aux législatives, il reconnaissait ainsi que le succès du mouvement En Marche avait  «rendu vintage le parti socialiste», mais qu’il avait choisi de rester fidèle à ses valeurs. Depuis, l’elu, qui a enchaîné les étapes à vitesse rapide depuis son entrée en politique, et était sénateur-maire avant la quarantaine, a tracé sa route nationale sans négliger son ancrage.

«L’histoire du parti est intimement liée à Alfortville. Nous avons accueilli trois congrès, c’est dire ! Luc Carvounas est né et a grandi ici, c’est tout un symbole, il incarne quelque chose de nouveau», s’enthousiasme déjà Pierre, l’un des militants les plus anciens de la section PS d’Alfortville avec ses 50 ans d’engagement, venu soutenir son candidat avec une pancarte au slogan de sa campagne « Libre et libéré-e-s ». «Je trouve qu’il a fait preuve de loyauté envers le PS et qu’il se présente à un moment où il y a un grand besoin d’avoir de nouvelles personnalités pour reconstruire le parti. Et au passage, je suis assez fier du coup de projecteur que sa candidature apporte à notre ville. Son action en tant que maire d’Alfortville fait aussi parti de ses atouts dans cette élection», se réjouit également Wilfried.

Lancé par Julien Boudin, le secrétaire de section et premier adjoint à la mairie, puis Michel Gerchinovitz, le nouveau maire, Luc Carvounas fait son apparition sur scène sous les applaudissements des participants. Au premier rang, quelques élus ont fait le déplacement comme la sénatrice socialiste du Val-de-Marne Sophie Tallié-Polian, le sénateur socialiste des Haut-de-Seine Xavier Iacovelli, Mourad Papazian, représentant le parti socialiste arménien, le premier secrétaire fédéral, Jonathan Kienzlen ou encore, le maire de Boissy-Saint-Léger, Régis Charbonnier.

«Ce soir, je ne suis pas venu vous parler du passé. Par définition, il est derrière nous. Je ne suis pas venu vous parler de celles et ceux qui nous ont quittés, ils sont déjà partis», lance le député, après un accueil du maire actuel, Michel Gerchinovitz. «Je suis fier d’incarner la gauche qui gagne», défie-t-il, après avoir rappelé lors de ses interviews de la journée qu’il n’a jamais perdu une élection.

 

 

L’ancien fidèle de Valls plaide pour la synthèse. «Pour moi, si la gauche doit être irréconciliable, c’est avec la droite ! (…) Franchement, on ne va pas rejouer le match réformistes contre frondeurs, ce n’est pas en jouant le match retour, parfumé d’un goût de revanche, que nous ferons avancer nos idées. Le bilan, je suis prêt à le conduire avec sérénité, nous devrons nommer nos réussites comme nos erreurs passées. Pour analyser et ne pas les reproduire ensuite, mais pas pour condamner ad hominem».

Sur un plan plus programmatique, le député du Val-de-Marne joue la carte de la base militante contre une «certaine élite socialiste», estimant que les fédérations auraient du être consultées sur la vente du siège du parti rue de Solférino, conspuant les parachutages ou «les accords de couloirs entre caciques». Il se projette ensuite, sur la prochaine échéance électorale : les Européennes, promettant d’être au rendez-vous.

Le député, qui s’est lancé depuis quelques mois dans un tour de France à la rencontre de «ses camarades socialistes», compte poursuivre ce tour de France du terrain désormais préalable de tout lancement de campagne. D’autres candidats devraient rapidement se déclarer mais son entourage ne panique pas,  surtout lorsque des noms d’anciens ministres de François Hollande sont émis en hypothèse, «c’est l’outsider de cette campagne, il a toute ses chances».

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

19 commentaires pour Depuis Alfortville, Carvounas part à la conquête du PS
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi