Publicité
Loisirs | Alfortville | 13/11
Réagir Par

Alfortville vend son chalet de Valmorel

Alfortville vend son chalet de Valmorel © Vile Alfortville

Ce n’est pas la première et ce ne sera pas la dernière ville à vendre ses centres de vacances. Ce jeudi 16 novembre, le Conseil municipal d’Alfortville votera la revente de son chalet de Valmorel.

Ouverte en 1988, cette belle bâtisse de 1600 m2 située au pied de pistes a vu séjourner des milliers d’élèves. Cette vaste propriété qui pouvait accueillir une soixantaine d’enfants en même temps, l’équivalent de deux classes, avait été construite par la commune après qu’elle ait revendu quatre établissements situés un peu plus loin. Des premiers chalets qui avaient aussi marqué l’histoire de la ville car ils avaient été donnés par l’association d’un professeur de mathématiques, M. Goujon, lequel y emmenait les élèves prendre l’air de la montagne dans les années 1930. Depuis près d’un siècle, ce-sont ainsi succédé des générations d’Alfortvillais à Valmorel.

« Mois qui suis quasiment né à Alfortville, j’ y ai aussi séjourné et je comprends l’attachement affectif que l’on peut avoir pour ce site, je le partage moi-même, témoigne Michel Gerchinovitz, maire PS de la ville. Mais nous souhaitons pouvoir proposer des activités plus diversifiées à nos écoles afin qu’ils puissent non seulement aller à la montagne, mais aussi à la mer, à la campagne… « , motive l’élu. Il s’agit aussi de modérer les dépenses. « Le coût de fonctionnement de Valmorel est de l’ordre de 500 000 euros par an, sans compter les travaux de réparation. Il y a quelques années, nous avons dû investir quelque 500 000 euros pour le toit par exemple », détaille le maire.

C’est dans ce contexte qu’Alfortville, comme d’autres communes avant elle, a décidé de vendre le chalet et d’externaliser les prestations de classes transplantées, des années après s’être déjà séparée de son domaine en Dordogne en raison de coûts de réparation trop importants. « Nous ferons toujours partir autant d’élèves, en général les 20 classes de CM2, mais dans le cadre de classes plus variées. » Un premier marché de trois ans a d’ores et déjà été prévu avec trois prestataires, Cap Monde, La ligue de l’enseignement et le syndicat mixe de l’Ailette.  Les trois prestataires seront néanmoins remis en concurrence chaque année pour déterminer quels séjours sont attribués à qui, en fonction des propositions. Coût total estimé : environ 250 000 euros.

En outre, le domaine de Valmorel a été conclu pour environ 1,4 millions d’euros. « Et une partie de personnel sur place sera repris par l’acquéreur », précise Michel Gerchinovitz.

L’ancien conseiller municipal de la majorité, Jean-François Coquet, désormais dans l’opposition, regrette pour sa part la revente de ce patrimoine et a lancé ce lundi une pétition sur Mes Opinions qui a pour l’heure obtenu 35 signatures (lundi 13/11 20h). « Non à la vente du Chalet de Valmorel ! Les Alfortvillais ne sont pas responsables de la dette de la ville. Valmorel c’est notre patrimoine commun celui de dizaines de milliers d’Alfortvillais(es).

Cet article est publié dans avec comme tags Alfortville, Campagne, Conseil municipal, Michel Gerchinovitz, pétition, vacances
7 commentaires pour Alfortville vend son chalet de Valmorel
  • Oh encore la lIgue de l’enseignement. Le hasard fait bien les choses.

  • Pétition signée ! Pour que les enfants conservent un lieu pour passer leurs vacances été comme hiver, que notre ville conserve son patrimoine et son histoire. Beaucoup d’Alfortvillais ont gardé d’excellents souvenirs de ce chalet et de l’ancien 🛷🎿⛷🏂🧗‍♂️🏅

  • Comment essayer de faire avaler la pilule aux moutons d’Alfortville ?
    5 ans de gestion Carvounas, une ville endettée. Un rapport de la CRC accablant.
    Voici le résultat de la gestion catastrophique du pharaon et de ses troupes, dont l’ancien conseiller municipal de la majorité, Jean-François Coquet a bien profité des largesses auparavant (qu’il nous parle de son emploi chez Logial, de l’appartement neuf dont il a bénéficié avec ce bailleur, de ce qu’il percevait comme indemnité revalorisée à la hausse le concernant comme conseiller municipal). Facile de cracher dans la soupe ensuite, lorsqu’on a bénéficié des largesses et qu’on se prenait pour plus haut qu’on ce l’on est !
    Tout cela est bien triste, quelle sera la prochaine étape de cette politique d’épuration du patrimoine alfortvillais ?

    • Sans compter le coût annoncé de la remise en état de la péniche, pardon la Maison des cérémonies familiales 2, l’état au bout de quelques mois d’utilisation est déplorable : sanitaires, cuisines, sono, revêtements… Tout va à vau l’eau.
      Faute d’entretien (personnel non formé, ménage bâclé) et de contrôle du concesssionnaire, nos impôts vont certainement contribuer à la remise en état régulière de ce lieu inauguré en grande pompe.

  • Bonjour à tous

    pas fatigués de toujours critiquer les décisions communales… je sais cela s’appelle la démocratie !!!!
    si le chalet n’est pas vendu, coût excessif d’entretien… il faut mieux offrir aux petits alfortvillais
    autre chose … (vacances vertes à la campagne, à la plage, et autres…) C’est vrai que je n’ai pas de souvenir de ce chalet, n’y étant jamais allée…

  • Cette nouvelle m’attriste. Réellement. « Le chalet » , chaque enfant et maintenant adulte alfortvillais le connaît. Colos, classe verte ou de neige, stage de basket ou de hand, ….
    Des souvenirs et presque « une culture » commune, qui nous liait tous.Beaucoup plus qu’une simple vente …. un morceau de vie des alfortvillais.

  • Il faut avouer que lorsqu’on a grandi à alfortville, il est impossible de ne pas connaître valmorel et difficile de ne pas y avoir eu de bons souvenirs et même si on justifie en outre la vente du chalet par une diversification des lieux de vacances, la destination montagne reste souvent la plus inaccessible l’hiver et la moins choisie l’été alors qu’elle a tant à nous offrir… dommage, c’est une belle page qui se tourne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *