Publicité
Publicité : Ordival 94
Politique | Villejuif | 16/01/2017
Réagir Par

Après un premier débat local, les militants PS restent indécis

Après un premier débat local, les militants PS restent indécis
Publicité

Vendredi soir pendant quelques heures, des élus de Villejuif et des communes voisines ainsi qu’une quarantaine de militants et sympathisants socialistes ont pu écouter six représentants des candidats à la primaire de la Belle alliance populaire, à l’occasion d’un débat organisé par la section PS de Villejuif. Au terme de ces trois heures d’échange, les participants restaient toutefois indécis.

Bernard Chappelier, 6e adjoint au maire du Kremlin-Bicêtre et conseiller territorial, a représenté Jean-Luc Bennhamias pour l’Union Démocrate et Ecologiste. Hervé Amoussouga a parlé au nom de François de Rugy et son parti écologiste. Sophie Taillé-Polian, conseillère municipale à Villejuif et conseillère régionale, a représenté Benoît Hamon (Parti socialiste). Christine Revault-D’Allonnes Bonnefoy, députée européenne d’Île-de-France, a représenté Vincent Peillon (Parti socialiste). Mickael Bellance, chargé de mission auprès du maire d’Evry, Francis Chouat, a représenté Manuel Valls (Parti socialiste). Kévin Parra, militant socialiste du Val-de-Marne, a représenté Arnaud Montebourg (Parti socialiste). Le représentant de Sylvia Pinel, candidate du PRG s’est désisté.

Pendant de longues minutes, les participants ont énoncé quelques points de programmes de leurs candidats sur deux grands thèmes, l’économie et le social puis l’Union européenne, ponctués de quelques questions-remarques du public. A l’instar des débats télévisés entre les candidats, les représentants n’ont pas véritablement débattu, se contentant de déclarations plus ou moins concrètes laissant les spectateurs parfois perplexes. «Et qu’est-ce qu’il se passe si l’on est derrière Macron ou Mélenchon ?» demandent certains. Les représentants bottent en touche, expliquant d’une part qu’ils souhaitent d’abord se rallier au vainqueur de cette primaire, et qu’en général, il y a ralliement derrière la formation politique de gauche qui arrive en tête au premier tour d’une élection quelconque.

A l’issue de cette réunion publique, rien ne semble avoir fait pencher la balance vers l’un des candidats. «Au PS, nous connaissons la plupart des intervenants. Des rencontres comme celle de ce soir donnent l’occasion de vivifier le débat mais personnellement je n’ai pas appris grand chose», estime Jacques, retraité et adhérent au parti socialiste, qui n’a pas encore choisi son candidat. «J’ai regardé le débat à la télévision et comme tout le monde, j’ai trouvé ça morne et plat. A mon avis, il y a trop de candidats et cela ne permet pas de poser des questions trop pointues. Au final, nous ne sommes pas plus avancés. Je n’ai toujours pas fait de choix», déplore Bernadette, elle aussi retraitée et adhérente. Enfin, il y a des participants à la réunion publique qui ne comprennent pas que l’on ne fasse pas davantage l’inventaire du quinquennat passé et des déceptions qu’il a causé chez les sympathisants de gauche «Beaucoup de gens se sont sentis trahis par Hollande et je n’ai pas entendu chez les candidats de regrets, d’analyse de ce qu’il s’est passé pendant ses cinq ans. Aujourd’hui le projet de Hamon me correspond le plus mais ce n’est pas normal que l’on n’ait pas autorisé Filoche à se présenter», regrette Charles, un ancien militant qui a œuvré dans le milieu associatif.

Un débat organisé au niveau départemental se tiendra également ce mardi 17 janvier à 19h30 à l’auditorium Marcel Dadi de Créteil, rue Maurice Déménitroux.

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans avec comme tags Groupe PS, Primaires, Primaires PS,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi