Politique locale | Saint-Maurice | 22/02
Réagir Par

Avec le ralliement de l’ex-PS Malik Yettou, Christian Cambon (LR) frise le grand chelem à Saint-Maurice

Avant la fin 2017, Christian Cambon, sénateur-maire LR de Saint-Maurice, laissera son écharpe de maire pour continuer à siéger au Sénat. En attendant, il a pu savourer ce lundi 20 février le ralliement de l’ancien élu PS Malik Yettou à l’occasion du Conseil municipal.

Ce dernier avait rendu sa carte au parti courant mars 2016, en désaccord avec la politique du gouvernement. Depuis, il a soutenu Nathalie Koscisusko-Morizet aux primaires, partageant sa ligne programmatique, avant de s’engager pleinement dans la campagne LR pour les échéances 2017, au niveau local comme national. « Je reste en cohérence avec mon parcours et ma logique. Je renie pas mon passé mais je ne peux pas trahir mes valeurs pour un parti qui n’a pas tenu ses engagements, qui a mené une politique du un pas devant deux pas derrière. Localement, j’ai été séduit par la politique de Christian Cambon. Concernant François Fillon, je le soutiens en tant que candidat des Républicains, par discipline de parti« , motive le conseiller municipal passé à la majorité. Un an plus tôt, au printemps 2015, Patricia Richard, également élue dans l’ex groupe PS du Conseil municipal, avait claqué la porte du parti, indiquant ne plus se reconnaître « dans une partie de l’équipe dirigeante du PS Val-de-Marne », continuant à siéger au Conseil sans étiquette. Depuis, il n’y avait déjà plus de représentation socialiste au sein du Conseil municipal de Saint-Maurice, les deux élus ayant conservé leur siège.

« Je suis toujours étonné par les gens de gauche qui passent à droite, même si je n’ai jamais eu de problème avec Malik Yettou. Passer du PS à LR, ce n’est tout de même pas comme passer du PS au PRG ou à EELV… « , réagit pour sa part Jonathan Kienzlen, premier fédéral du PS 94, reconnaissant que Saint Maurice, comme Ormesson, sont les villes les plus compliquées du département pour faire une liste.

Principal intéressé, Christian Cambon, lui, ne boude pas son plaisir, reconnaissant éprouver « un légitime sentiment de fierté« , dans la lignée de son dernier score aux municipales de 2014 (plus de 76% dès le premier tour)

Même le dernier opposant de gauche, Claude Nicolas, conseiller d’opposition PCF élu dans le cadre d’une alliance avec le PG, EELV et des représentants de la société civile, ne remet pas en cause l’ambiance « constructive » du Conseil, alors que son voeu, déposé ce lundi pour défendre les bureaux de Poste de proximité, a été adopté à l’unanimité. L’élu n’en oublie pas pour autant qu’il est dans l’opposition et compte bien exercer ses points de vigilance sur plusieurs dossiers en cours, citant la reconstruction du cinéma Le Capitole ou l’utilisation du résultat positif du budget, un matelas de quelques 8 millions d’euros qu’il aimerait voir réinvesti dans la transition énergétique et la rénovation thermique, plaidant également pour un bilan des activités extra-scolaires concernant en particulier la participation des populations les plus défavorisées. L’élu, qui en est à son quatrième mandat, exprime même un vrai désaccord au niveau de la sécurité. « Je ne trouve pas normal que la municipalité accepte un transfert de charge pour développer sa police municipale pour compenser les effectifs en diminution du commissariat de police nationale de Charenton. »

 

Cet article est publié dans avec comme tags , Claude Nicolas, François Fillon, , , , , Saint-Maurice
8 commentaires pour Avec le ralliement de l’ex-PS Malik Yettou, Christian Cambon (LR) frise le grand chelem à Saint-Maurice
  • Je suis toujours étonné par les gens de l’UDF qui passent à l’UMP puis au LR – Passer de l’UDF à LR, ce n’est tout de même pas comme passer de l’UDF au PR ou à l’UDI

  • Incroyable manquement au principe de déontologie politique.
    Rappelons ici que le scrutin municipal permet d’élire des citoyens appartenant à une même liste. Donc quitter son groupe doit aussitôt permettre au suivant d’accéder et de siéger au Conseil.
    Les 2 élus de la liste socialiste auraient dû tout simplement démissionner et permettre ainsi au groupe de continuer à siéger.
    Ce n’est pas un comportement ni démocratique ni…citoyen. Quant à la morale de l’histoire, je vous laisse la définir….

  • Christian Cambon a vraiment des joies simples. Rentier de la politique, collectionneur de mandats qu’il cumule depuis des années, il a évidemment davantage de raisons de se réjouir de ce ralliement que de la campagne électorale pitoyable de son champion Fillon……

  • en 2000 Christian Cambon ou sénateur de l’eau était UDF selon l’article : http://www.leparisien.fr/val-de-marne/des-maires-udf-et-dl-flinguent-la-loi-gayssot-08-05-2000-2001360676.php

    Le Sénat : Enquête sur les superprivilégiés de la République Par Robert Colonna d’Istria,Yvan Stefanovitch : https://www.youtube.com/watch?v=HCyHXabZJoY

    « Citoyens » : ont peux parfaitement quitter son groupe et siéger dans l’opposition en cas de désaccord.

    • Personne ne dit le contraire. Apprenez à lire plutôt que de copier/coller des liens bêtement…
      Je m’insurge contre ce principe qui déroge à toute règle vis à vis des membres de la liste d’une part, et des gens qui votent pour elle…
      Cambon ou tartampion compris…
      What else ?…

  • il n’y a d’intérêt pour ce type de principe vis à vis des membres de la liste et des gens qui votent pour elle … que dans le cadre d’ une loi dans le cadre d’un contrat avec des obligations et des devoirs ce qui n’est pas le cas.

  • Les commentaires démontrent la perversité d’un système qui gangrène la politique locale, même dans la commune la moins peuplée de la petite couronne : les attitudes partisanes bipolaires, qui ne laissent pas de place au seul parti utile à cet échelon, qui serait le simple parti du bon sens.
    Alors que siégeant au conseil municipal, Christian Cambon me classait dans l’opposition, je corrigeais toujours en m’affirmant comme élu minoritaire. Il suffit de constater le nombre de résolutions adoptées à l’unanimité dans un petit Conseil Municipal, pour comprendre comment ça fonctionne lorsqu’un élu n’a pas peur d’adopter les suggestions des élus minoritaires, y compris parfois en déroutant quelques soldats de ses propres troupes. On peut appeler ça du courage politique ou de la stratégie, peu importe, le résultat reste.
    Ceci posé, je suis quand même étonné qu’on puisse se faire élire sur une liste soutenue par le PS même si elle n’est pas présentée ainsi, et rallier LR sans se sentir gêné vis à vis d’électeurs qui peut-être auraient aimé qu’on les consulte sur ce sujet. L’élu appartient quand même un peu à ses électeurs. La remarque vaut pour le postulant à changer de cercle amical, et vaut également pour le mouvement qui l’accueille. je ne suis pas véritablement certain que tous les électeurs LR voient ça d’un œil plus favorable que les électeurs socialistes. Car enfin, à part la démission de l’élu dans l’attente d’un possible élection lors du prochain scrutin, ça ne coutait rien d’accueillir dans un ce Conseil Municipal un(e) élu(e) d’éventuelle opposition, fût-il -elle éventuellement dogmatique. Comme dit la chanson, il faut y penser car ça arrive !
    Ç’aurait été mieux respecter les électeurs de la liste en question, et n’aurait pas fait tache : M. Le Maire sait bien reconnaitre que sa liste a permis l’élection de quelques personnages tout aussi attachés aux dogmes.
    Quant à la politique de la ville, un élu minoritaire, voire de réelle opposition n’y aurait rien changé, à part peut-être quelques prises de bec de nature à réveiller l’ambiance.
    Christian Ouvray

    • Tout à fait cher Christian. Pour faire simple, il y ceux qui jouent collectifs et ceux qui jouent individuel.
      Ma démarche en tant que démissionnaire du Conseil à l’époque, n’avait d’autre but que celui de laisser ma place à un autre membre de notre liste pour perpétuer le message et les idées pour lesquelles les citoyens de la Ville avaient voté.
      Ton mandat et tes résultats obtenus auprès de la gouvernance locale sont reconnus de toutes et tous y compris de la Majorité actuelle…Maire inclus 😉
      Aucun regret, donc.
      Certains devraient s’inspirer de ce passage de témoin réussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *