Environnement | Rungis | 31/03/2017
Réagir Par

Avec leur station de gaz naturel, les camions du MIN Rungis vont pouvoir rouler vert

Publicité

"Grâce à cette station nous allons épargner nos enfants des particules fines, de 15% de CO2 et de 70% d'oxyde d'azote." Ce jeudi 30 mars, Stéphane Layani, président de la Semmaris, la société qui exploite le MIN de Rungis, n'a pas boudé son plaisir à l'occasion de l'inauguration par  Gnvert  (une filiale d'Engie) de la première station de gaz naturel de ce marché de gros qui voit défiler 20 000 véhicules par jour, essentiellement des camions.

Jusqu’à présent, les camions verts pouvaient déjà s’approvisionner dans le secteur, mais devaient se rendre sur la station de la plate-forme logistique de la Sogaris. Pour le Val-de-Marne, il s’agit de la troisième station publique de gaz naturel véhicule (GNV) après celle de Champigny-sur-Marne depuis déjà plusieurs années, et celle du port de Bonneuil-sur-Marne inaugurée en novembre dernier. Une quatrième devrait ouvrir à Orly, au relais des Halles, d’ici la fin de l’année, opérée par le groupe Total, et également disponible aux poids lourds. Pour quadriller le département de manière efficace, l’objectif serait d’atteindre la dizaine. Pour les transporteurs qui ont misé sur cette énergie propre, comme par exemple le groupe Ecolotrans, l’approvisionnement reste en effet la pierre d’achoppement.  Seulement une cinquantaine de stations publiques GNV sont actuellement opérationnelles en France contre près de 300 en Allemagne et un millier en Italie. Voir carte européenne ci-dessous. Un maillage qui devrait toutefois s’accélérer. En juillet 2016, l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) a lancé un appel à projets qui s’achevait ce même jeudi 30 mars pour aider financièrement le déploiement de nouvelles stations et flottes de véhicules afin de pouvoir répondre aux objectifs de l’Union européenne en la matière.

Carte réalisée par l’association NGVA Europe. Les données sont régulièrement mises à jour à l’adresse suivante : http://www.ngva.eu/get-directions

Reste aussi à verdir les flottes. Outre des transporteurs comme Ecolotrans, plusieurs distributeurs ont sur ce plan montré la voie. Le groupe Casino notamment, s’est fixé un objectif de 400 camions roulant au gaz d’ici 2020, espérant devenir la première flotte de véhicules au gaz naturel d’Europe, dont 200 dès 2017. En janvier, l’une de ses enseignes, Monoprix, s’est notamment engagée à livrer la moitié de ses volumes destinés aux magasins parisiens au GNV d’ici la fin de l’année, et prévoit qu’à cette date, 20% de la flotte totale des camions qui livrent Monoprix et Naturalia rouleront au GNV.Au niveau du MIN de Rungis, on encourage le mouvement en proposant la gratuite du péage d’accès au marché aux véhicules propres. Sur place, cette station d’approvisionnement en gaz naturel n’est du reste qu’une première étape.  «Nous allons poursuivre cette première réalisation avec la construction, en 2018, d’une station Hydrogène Vert (H2 d’origine renouvelable)», s’est ainsi engagé Philippe Van Deven, directeur général de Gnvert.

A lire aussi : 

La première station GNV publique d’Ile-de-France inaugurée au port de Bonneuil-sur-Marne

 

 

  

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi