Publicité
Manifestation | Val de Marne | 18/10
Réagir Par

Les bailleurs sociaux du Val-de-Marne ont manifesté à Paris

Bailleurs sociaux, locataires et élus … Aux Invalides, à quelques pas du Palais Bourbon, des milliers de personnes étaient dans la rue ce mardi 17 octobre pour manifester contre la baisse des APL (Aides Pour le Logement) que les offices publics de l’habitat devront compenser en baissant les loyers. Les OPH du Val-de-Marne n’étaient pas en reste.

« C’est la fin du logement social ! » s’alarme Olivier Guérin, agent administratif de l’OPH Arcueil-Gentilly (Opaly) qui compte 5 106 logements sociaux. Pour Opaly, une baisse de loyers de 60 euros en compensation une baisse des aides personnalisées au logement représentera une perte de recettes de 1,3 millions d’euros par an, soit au minimum  6,5 millions sur 5 ans a calculé l’office. « 6,5 millions représentent l’intégralité du budget prévu pour le gros entretien de notre patrimoine sur la période de 2017 à 2021. Sur cette même période, d’importants investissements en fonds propres ont également été budgétés (4,8 millions euros) pour la réhabilitation de logements et nos projets de développement de l’offre de logements », indique l’office dans un communiqué. Le gel des loyers en 2018 représenterait pour sa part une perte de 180 000 euros « On ne peut pas entretenir le patrimoine, nos fournisseurs vont être impactés. Le HLM ne veut pas dire « bas de gamme ». On a une mission d’accompagnement, de conseil, d’écoute, de proximité. On tape sur les logements les moins chers du parc et les familles les plus pauvres ! » s’indigne Olivier Guérin. « Cela aura un impact quotidien pour les habitants » prévient de son côté Ahmed Ghanam, technicien à la maintenance.

Ahmed Ghanam et Olivier Guérin, Opaly Arcueil-Gentilly.

« Concrètement, on pourra faire zéro travaux dans les parties communes et chez les locataires d’ici les prochaines années » explique à son tour Pascal Portecop, responsable technique à Cachan Habitat.  « La compensation de ces baisses d’APL représentera 800 00 € par an pour le budget de Cachan Habitat, soit 8,5% des loyers qui sont la seule ressource de l’organisme. Cette perte rend impossible en l’état la réalisation des travaux d’acquisition-amélioration des 500 logements acquis en 2016 avec un programme de réhabilitation (plomberie, électricité) et d’amélioration des performances énergétiques (isolation thermique par l’extérieur) de 12 millions €. Elle compromet gravement les travaux prévus par ailleurs au programme pluriannuel de travaux de l’organisme (soit plus de 20 millions €) », développe l’office cachanais dans un communiqué, rappelant que 51% de ses locataires sont bénéficiaires des APL. C’est dire son caractère injuste. Et en cas d’emprunt souscrit par les bailleurs avec impossibilité de rembourser, ce sont alors les collectivités qui seraient appelées en garantie. « Ce qu’on essaye de faire passer dans l’esprit des gens, c’est qu’on ne dort pas sur un matelas d’argent« , explique le professionnel, qui réclame une table ronde pour réfléchir à d’autres propositions. « Nous voulons faire en sorte d’assurer la qualité de notre service. »

« C’est une attaque en règle du modèle économique et social du HLM« , dénonce pour sa part Nathalie Dinner, présidente de l’OPH de Villeneuve Saint-Georges et adjointe FDG de la ville. Selon l’élue, la mise en oeuvre du NPNRU (Nouveau Plan National de Rénovation Urbaine), dont devaient bénéficier certains quartiers de la commune, comme la cité Sellier, pourrait être impactée par la perte d’1, 2 millions d’euros de l’OPH. « Cet argent était destiné à la réhabilitation des façades, à la rénovation des cages d’escaliers, aux portes des paliers … Au lieu de cela, on va construire des logements low-cost ! » regrette l’élue. « Nous ne les laisserons pas casser un modèle de mixité » prévient encore Carine Delahaie, présidente de l’OPH d’Arcueil-Gentilly (Opaly) et adjointe PCF de la ville.

Les OPH du Val-de-Marne lancent un appel commun

Dans la rue hier, il y avait aussi Valophis habitat, l’OPH départemental, IDF Habitat, Logial, l’OPH du territoire Grand Paris Sud Est Avenir,  les OPH d’Ivry-sur-Seine, de Vitry-sur-Seine. Ces derniers, aux côtés de ceux de Villeneuve-Saint-Georges et d’Opaly, ont signé hier un appel commun. « Même bénéficiaires d’une baisse de loyer, nos locataires ne seraient pas gagnants pour autant : leurs logements seraient moins bien entretenus ; les services de proximité plus difficilement assurés ; et 10 à 15% des allocataires passeraient au-dessus des plafonds et perdraient l’intégralité de leurs droits à l’APL », préviennent notamment les signataires qui  réclament de « revenir sur les baisses successives de l’APL, rétablir de réelles aides à la pierre et  assurer un haut niveau de financement des projets de rénovation urbaine. »

Pascal Savoldelli questionne Jacques Mézard au Sénat

Hier, à l’occasion de la séance des questions de parlementaires au gouvernement, le sénateur PCF Pascal Savoldelli a interpellé Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, sur le sujet. « Les déclarations du président de la République dimanche dernier ont suscité une profonde indignation. Il y aurait de l’argent dans certains organismes HLM… On aurait construit une forme de rente… Quel est le montant de cette rente ? Peut-on me citer un chiffre à l’appui de ces graves accusations ? (…) À quoi serviront, les 3,2 milliards d’euros pris au logement social et aux bailleurs durant deux ans ? » s’est enquis Pascal Savoldelli. « L’État consacre plus de 40 milliards d’euros au logement, notre pays compte encore plus de 4 millions de mal-logés. Il y a là une responsabilité collective qui ne date pas d’aujourd’hui. Je ne m’abriterai pas derrière les rapports de la Cour des comptes mais quand même… Dans cet hémicycle, j’ai parfois entendu parler de « dodus dormants ». Toutes les structures ne sont pas dans ce cas mais cela signifie qu’il y a une grande diversité et donc nécessité de restructuration et de mutualisation« , a répondu  Jacques Mézard. « Pour reprendre les mots de Jules Renard, « si on doit fêter votre politique du logement, la plus grande pièce sera la salle d’attente ! » a taclé en retour le sénateur.

La mobilisation d’hier en images

 

 

2 commentaires pour Les bailleurs sociaux du Val-de-Marne ont manifesté à Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *