Publicité
Environnement | Orly | 09/11
Réagir Par

Baisse des crédits pour insonoriser les riverains d’Orly

Les riverains de l’aéroport d’Orly devront se contenter de bouchons auditifs. La direction générale de l’aviation civile (DGAC) a proposé ce mardi 7 novembre une baisse de 1 million €, sur un montant total de 15 millions €, 

de la taxe sur les nuisances sonores aériennes (TNSA) qui sert à financer l’insonorisation des logements et bâtiments publics soumis aux nuisances de l’aéroport d’Orly, à l’occasion de la commission consultative de l’environnement de l’aéroport. De quoi mettre vent debout les élus riverains.

« Déjà, en 2012, une mesure similaire avait été prise par les pouvoirs publics contre l’avis des élus et des riverains. La conséquence ne s’était pas faite attendre: les délais de financement de l’aide à l’insonorisation avaient été portés à 3 ans ! Le ministère des transports avait finalement dû revenir en arrière », dénoncent Nathalie Dinner et Daniel Guérin, conseillers départementaux de Villeneuve-Saint-Georges, Choisy-le-Roi, Villeneuve-le-Roi, Ablon-sur-Seine et Orly. « C’est une nouvelle remise en cause des droits élémentaires des riverains soumis au bruit des avions alors que plus de 12.000 logements restent à insonoriser dans le plan de gêne sonore d’Orly », regrettent les élus qui exigent le maintien du produit de la taxe à son niveau actuel mais aussi « la réévaluation des plafonds de l’aide et le retour à une prise en charge des travaux d’insonorisation à 100 %, telle qu’elle existait jusqu’en 2014″.

« L’insonorisation est un enjeu majeur pour le cadre de vie des riverains d’un aéroport et surtout pour leur santé. Les nuisances sonores c’est pour l’ensemble des Franciliens 75 000 années de bonne santé perdues. Pour le seul bruit dû aux transports cela représente entre 7 mois et deux ans de bonne santé en moins pour chaque habitant. Alors que le bruit représente un coût de 16,7 milliards d’euros pour la seule Ile de France, l’Etat baisse d’un million d’euros les recettes de l’insonorisation, seul élément de protection des riverains face aux nuisances de l’aéroport. Il s’agit d’une décision choquante alors qu’il reste plus d’une dizaine de milliers de logements à isoler autour de cette plateforme enclavée dans un tissu urbain dense et pré-existant », renchérit de son côté Didier Gonzales, maire et conseiller régional LR de Villeneuve-le-Roi.

A lire aussi 

Indemnisation des riverains de l’aéroport d’Orly : le retard va se résorber

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *