Politique locale | Villejuif | 08/11/2017
Réagir Par

Bourse du travail de Villejuif : 21 élus saisissent la procureure

S’il y a un point qui met d’accord l’opposition plurielle de Villejuif, c’est bien la Bourse du travail. Ce lundi 6 novembre,  21 élus d’opposition ont écrit à la procureure de la République pour faux et usage de faux en écriture publique dans le cadre de cette affaire polémique.

Pour rappel du contexte, un bras de fer s’est engagé entre la ville et les syndicats alors que la commune a décidé de récupérer le local qui était mis à leur disposition. Alors qu’aucun accord n’a été trouvé, le maire a décidé d’accélérer le processus en saisissant cet été le Tribunal administratif en référé (procédure d’urgence). Le tribunal lui a donné raison en ordonnant aux syndicats de quitter les lieux avant le 10 septembre dernier.

C’est cette requête en justice que les élus d’opposition ont décidé d’attaquer en faisant un signalement à la procureure de la République. Alors que la mairie a indiqué au tribunal qu’il n’y avait pas de convention d’occupation entre la ville et les syndicats, et que ceux-ci occupaient donc le bâtiment à titre précaire, les élus d’opposition s’inscrivent en faux en rappelant qu’un règlement a été institué en 1963 au moment de la création de la Bourse du travail, qui n’a jamais été remis en cause en Conseil municipal depuis. Et les élus de joindre copie du document d’origine. Depuis, le règlement intérieur a été spécifié en 1986, expliquent les signataires.

De son côté, le maire s’est expliqué, notamment dans une lettre aux habitants, rappelant que la perte des recettes locatives liée à l’occupation gratuite par les syndicats du 16 rue Jean Jaurès, une propriété de 1000 m2 accueillant deux pavillons, s’élève à 70 000 euros chaque année, en plus des charges du bâtiment (entretien, mise à disposition d’un agent de la ville à temps plein, eau et électricité).

La lettre à la procureure a été envoyée par Alain Lipietz, conseiller EELV, et cosignée par 20 élus d’opposition : Sophie Taillé-Polian, également sénatrice, Marc Badel, Guillaume Bulcourt, Anne-Lise Boyer, Claudine Cordillot (ancienne maire de Villejuif), Sandra Da Silva Pereira, Natalie Gandais, Dominique Girard, Isabelle Hamidi, Jean-François Harel, Mamilla Kadri, Gilles Lafon, Monique Lambert-Dauvergne, Anne-Gaëlle Leydier, Alain Lipietz, Paulo Nunes, Franck Perillat-Bottonet, Patrick Stagnetto, Sylvie Thomas, Monique Tijeras et Philippe Vidal.

« Manifestement certains élus ne savent plus quoi faire pour exister… Un « signalement au procureur » est une procédure assez précise et encadrée : on signale une personne à protéger, un état d’insalubrité ou un danger imminent. Dans le cas précis ces élus recourent au « signalement » tout simplement car ils ont épuisé les recours judiciaires et qu’ils n’ont aucune base d’action« , réagit le maire LR, Franck Le Bohellec, indiquant être « parfaitement serein ».

Voir la lettre à la procureure
Voir la délibération de 1963
Voir le règlement de 1986
Voir le référé de la ville été 2017
Voir le courrier du maire aux Villejuifois à ce sujet

Voir notre dossier complet sur cette polémique

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement
et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

9 commentaires pour Bourse du travail de Villejuif : 21 élus saisissent la procureure

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *