Publicité
Publicité: Fête des Solidarités 2017
Initiative | Val de Marne | 30/05
Réagir Par

Comment les collégiens du Val-de-Marne font bouger leur bahut

Comment les collégiens du Val-de-Marne font bouger leur bahut © Fb

Créer des réseaux d’échange de savoirs, intégrer les élèves allophones en écrivant des chansons… Élus depuis deux ans pour siéger au sein du Conseil départemental des collégiens, une instance créée en 2005, les 158 jeunes issus de 80 établissements du Val-de-Marne n’ont pas chômé et présentaient leurs travaux ce lundi matin en assemblée plénière, devant les vrais élus adultes du département… 

Des projets sur lesquels les élèves ont travaillé avec des référents de la Ligue de l’enseignement, des Francas et d’associations diverses. Objectif : faire bouger leur bahut en impulsant des initiatives de nature à s’enrichir mutuellement. Pendant deux ans, les collégiens ont planché sur l’une des 6 thématiques suivantes : la consommation responsable et la restauration scolaire ; la protection de l’environnement ; le numérique et ses usages ; le vivre ensemble ; la citoyenneté et la solidarité internationale et la liberté d’expression.

Réseaux d’échanges de savoirs du côté du Val-de-Bièvre

La commission Moi et les autres rassemblant les représentants des collèges de Cachan, Arcueil, le Kremlin-Bicêtre, Villejuif, Fresnes et L’Haÿ-les-Roses, a travaillé sur la construction d’un réseau d’échange de savoir. «Au cours de nos réunions, nous nous sommes rendus compte que tout le monde savait faire quelque chose que les autres ne connaissait pas. A partir de ce constat, nous avons imaginé des échanges au cours desquels deux collégiens pourraient apprendre l’un de l’autre. Je pourrais par exemple apprendre à danser à un camarade qui m’enseignerait à parler Maya», illustre Sidy du collège fresnois Jean Charcot. La quinzaine d’adolescents a pu compter notamment sur le soutien d’Annie Ramariavelo, responsable d’un centre d’accueil et de médiation sociale à Orly affilié à la ligue de l’enseignement. «Cette expérience leur a montré qu’à une époque où l’on a l’illusion d’un accès immédiat au savoir grâce aux nouvelles technologies, il est possible d’apprendre et d’échanger par la rencontre et la communication avec l’autre. Quelques établissements ont déjà lancé ces ateliers d’échanges réciproque des savoirs,  au collège Pasteur de Villejuif ou Chevreul à L’Haÿ-les-Roses. Ce-sont des initiatives qui reposent beaucoup sur le volontariat des principaux, des assistants d’éducation ou des CPE.»

© Fb

Intégrer les élèves qui parlent une autre langue par le chant

A quelques pas de là, se dresse le stand de la commission Moi et le monde, qui rassemble les collèges de La Queue-en-Brie, Le Plessis-Trévise, Chennevières-sur-Marne, Ormesson-sur-Marne, Sucy-en-Brie, Boissy-Saint-Léger, Villecresnes et Limeil-Brévannes. Ici, les jeunes élus se sont consacrés aux élèves non-francophones du collège canavérois Molière. «Au départ, tous ces jeunes arrivent dans ce collège et personne ne sait d’où ils viennent, qui ils sont. Nous avons donc travaillé sur des chansons avec un compositeur et avons écrit nous même les textes avec des mots de langue maternelle de chacun des élèves. Il y a de l’Ukrainien, du Portugais, du Comorien, de l’Arabe et du Français. Au fur et à mesure des rencontres, nous avons appris à nous connaître. C’était vraiment une bonne expérience», relate Benjamin, élève de troisième au collège Jean Moulin de La Queue-en-Brie. «Nous avons l’habitude avec notre association de travailler avec des adultes étrangers. Lorsqu’ils arrivent en France, ces gens ont tendance à avoir honte de là où ils viennent. A travers ce travail, nous tentons de leur montrer que c’est un atout, une richesse. C’est la même démarche avec ces adolescents», expose Gabriel Lebrun, compositeur et directeur de la Fabrik, une association œuvrant pour le lien social à travers les arts scéniques, plastiques et graphiques.

© Fb

Un peu plus loin encore, le groupe de travail Moi et ma planète (Bry-sur-Marne, Champigny-sur-Marne, Fontenay-sous-Bois, Le Perreux-sur-Marne et Nogent-sur-Marne) a créé le Zombu, un jardin ambulant…

«C’est la première fois que nous organisons ce forum, et les nombreux élus présents aujourd’hui ont constaté la qualité du travail effectué par ces commissions», a félicité le président du Conseil départemental, Christian Favier, venu voir les travaux avec les autres élus.

2 commentaires pour Comment les collégiens du Val-de-Marne font bouger leur bahut

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *