Publicité
Education | Créteil | 10/11
Réagir Par

De la maternelle au lycée, les projets écolo cartonnent

De la maternelle au lycée, les projets écolo cartonnent © fleroy

Accueillir les petits oiseaux et les insectes, réduire les consommations d’énergie, apprendre à trier, composter, faire de la pédagogie sur les bons réflexes écologiques… Les micro-projets écolo se multiplient dans les établissements scolaires, encouragés par un label, le diplôme  Education au développement durable (E3D). Zoom dans le Val-de-Marne.

Dans le Val-de-Marne cette année, 49 nouveaux établissements ont ainsi été labellisés. Ils étaient récompensés ce jeudi, pour la moitié d’entre eux, par une cérémonie de remise de diplômes par la rectrice Béatrice Gille, au collège Albert Schweitzer de Créteil.

Compostage, circuit court dans les cantines et tri des poubelles, les élèves de la maternelle Jean Rostand de Boissy Saint-Léger ont réalisé une vidéo pédagogique pour présenter tous leurs projets, dont notamment un potager rempli de tomates, pommes de terre et  radis, mais aussi un hôtel à insectes fabriqués de leurs mains. A l’école primaire Barbara de Fresnes, on s’est attelé à faire revenir la mésange charbonnière et le rouge-queue noir grâce à un nouvel abri. « Et on nourrit nos poules ! » lâche un élève, diplôme à la main. Au collège Jean Moulin de Chevilly-la-Rue, ce sont les élèves de troisième qui ont réduit leur consommation d’énergie grâce à des lampes à basse consommation. Quant aux lycéens Brévannais de Guillaume Budé, ils ont adopté une charte du développement durable, présente désormais dans tous les carnets de correspondance, et l’ont offerte pour l’occasion à Béatrice Gille, rectrice de l’Académie de Créteil, en plus d’un bac à papier.

« Ce type de projet est nécessaire, et dans l’air du temps. Les élèves se montrent emballés et intéressés, et se prennent au jeu. On peut mieux les former, et leur permettre de s’ouvrir à un monde plus harmonieux« , motive Vincent Sadot, professeur documentaliste au collège Simone Veil de Mandres-les-Roses.

Les critères pour obtenir le label E3D

« Le label donne une visibilité pour les établissements, et permet de nouer un bon contact avec les partenaires comme la mairie, mais aussi les parents qui sont très satisfaits de voir que l’école s’engage sur le développement durable. On aimerait être un exemple dans le Val-de-Marne« , confie Claude Chat, ex-conseiller pédagogique à l’éducation et au développement durable, fondateur du label. Pour ce faire, un premier niveau « engagement » est attribué dès lors qu’un projet pédagogique parvient à fédérer plusieurs classes de l’école. Puis, un deuxième niveau « approfondissement » consiste à enclencher de nouvelles actions, et à faire en sorte que les enseignants reçoivent une formation. Enfin, un troisième niveau « déploiement » vient récompenser les efforts fournis dans la communication du projet, notamment via le journal ou le blog local.

103 établissements déjà labellisés en Val-de-Marne

D’ores et déjà, 103 établissements ont été labellisés en Val-de-Marne. « On a encore beaucoup de route devant nous » reconnaît Jean-Max Girault, coordonnateur académique Education au développement durable (EDD), alors que le Val-de-Marne compte 875 établissements scolaires. La rectrice Béatrice Gille note toutefois le « succès du label » dont le nombre d’obtention a triplé de 2015 à cette année, en passant de 117 à 357 labellisés à l’échelle de l’Académie de Créteil (Seine Saint-Denis et Seine-et-Marne compris). Ce jeudi, 24 établissements ont reçu leur label ou obtenu un label de niveau supérieur, les 25 autres nouveaux labellisés de l’année auront leur cérémonie ce lundi 13 novembre. 

A lire aussi : 

Les collèges et lycées fêtent leur label écolo

 

 

Cet article est publié dans , avec comme tags Collège, Créteil, développement durable, remise des prix
2 commentaires pour De la maternelle au lycée, les projets écolo cartonnent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *