Publicité
Publicité: Forfait améthyste Val-de-Marne
Initiative | Maisons-Alfort | 01/06/2017
Réagir Par

Défense et illustration de la langue française en Val-de-Marne

Ce mercredi 31 mai, c’est au Nouvel espace culturel Charentonneau (Necc) de Maisons-Alfort que quatre-vingt quinze élèves scolarisés dans 18 villes du département ont été récompensés par l’Association des Membres de l’Ordre des Palmes Académiques (AMOPA) du Val-de-Marne pour leur maîtrise de la langue française, dans le cadre du Concours des Palmes Académiques du Val-de-Marne.

Au total ce concours intitulé Défense et illustration de la langue française a réuni 338 élèves, le double de participants de l’an dernier, allant de l’école élémentaire au lycée. L’AMOPA a décerné des prix et un accessit dans les catégorie de l’expression écrite, de la poésie et de la jeune nouvelle à quatre élèves ou étudiants de chaque âge. Des élèves de CM2 ont aussi participé à un concours d’éloquence, et, pour la première fois depuis l’inauguration de ce concours (2001), deux femmes, nouvellement docteures en Lettres, ont reçu le prix de la meilleure thèse en littérature à l’échelle du Val-de-Marne. La récompense : un diplôme et des livres.

Les élèves avaient le choix entre écrire sur un thème imposé pour chaque niveau et un thème choisi librement par leur professeur, mais commun à la classe. C’est le cas de la rédaction de Thomas, 10 ans, élève de CM2 de l’école Pasteur à Chevilly-la-Rue et premier prix ex-æquo de la catégorie expression écrite. Il s’est inspiré du règlement de sa classe pour démarrer son histoire ainsi :  « Lundi, un nouveau camarade est arrivé en classe, il s’appelle Paul. La maîtresse nous a expliqué qu’il fallait être gentil avec lui, car sinon, on aurait une croix. Vous vous demandez sûrement ce qu’est une croix ? Je vais vous expliquer le règlement des croix. »

En poésie, c’est Nathan Delaire, 13 ans, qui a remporté le premier prix ex-æquo pour les classes de quatrième. Élève du collège Plaisance à Créteil, il a écrit une élégie sur les mathématiques s’achevant par : « Plus me plaît l’algorithme calculé des aïeux/Plus mon théorème grec que le carré latin /Plus mon beau postulat qu’une bouteille de vin /Plus que la poésie, algèbre, géométrie. »

Cet article est publié dans avec comme tags collèges, concours d'écriture, Ecole, Initiatives, Lycées, Maisons-Alfort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *