Politique locale | Accueil Val de Marne (94) Arcueil | 22/06/2017
Réagir Par

Crise politique à Arcueil après le maintien de l’adjointe condamnée au pénal

Crise politique à Arcueil après le maintien de l’adjointe condamnée au pénal © WCC Besopha
Publicité

Quatre élus PS ont démissionné de l’exécutif municipal d’Arcueil ce jeudi 22 juin après que la majorité ait voté le maintien des délégations d’Anne-Marie Gilger, la première adjointe, condamnée au pénal pour avoir occupé une maison de la ville à un prix inférieur au marché.

La question, premier point à l’ordre du jour, ne faisait pas consensus au sein de la majorité municipale.

Du côté des cinq élus socialistes qui ont voté contre le maintien des délégations, le choix a été clair. « Un élu tient son mandat de ses électeurs et leur en est redevable. Le mandat qui nous a été confié par les Arcueillais ne nous est pas dû.  Un mandat est une responsabilité noble, dont chacun sait ici à quel point, chacun de nous, chacun de notre groupe, tient et pour lequel il s’investit au quotidien. Mais la responsabilité d’un élu s’incarne également par l’exemplarité, la probité et l’honnêteté.  Il faut savoir assumer autant ses idées que ses responsabilités politiques. Car au-delà de la responsabilité pénale, il y a la responsabilité tout court » a motivé Sophie Lericq (PS) en séance, dans une salle bondée.

Du côté du PCF en revanche, on a fait bloc autour de la veuve de l’ancien maire, Marcel Trigon, dont la mémoire a été largement évoquée. « Anne-Marie Gilger a fait beaucoup pour la ville depuis des années et n’a pas été condamnée en inéligibilité », indiquait avant le conseil Carine Delahaie.

 

 

Maryvone Rocheteau (France insoumise) a elle voté contre le maintien.

Chez les écologistes, aucune consigne de vote n’avait été donnée et les étaient positions partagées. Le maire EELV, Christian Métairie, a voté pour le maintien de sa première adjointe. « Il s’agit de problèmes compliqués et je comprends toutes les positions sans les juger. Pour ma part, j’ai estimé que sa condamnation de quatre mois de prison avec sursis et de 1000 euros d’amende, non assortie d’inéligibilité ne justifiait pas qu’elle soit démise de ses fonctions« , explique Christian Métairie, au lendemain du conseil.  Une position suivie par les autres écologistes à l’exception d’Hélène Peccolo et de Simon Burkovic, qui ont voté contre et prévenu qu’ils prendraient leurs responsabilités.

Les élus Modem, eux, ont choisi de maintenir l’élue dans ses délégations, tandis que le FN s’est prononcé contre.

Au final, le scrutin, qui n’a pu se tenir à bulletins secrets malgré la demande de Simon Burkovic et Maryvonne Rocheteau, faute d’un nombre suffisant des voix pour l’obtenir, a donné lieu à 21 voix pour le maintien dans ses attributions de la première adjointe et 9 voix contre (les 5 PS, 2 EELV, 1 LFI et 1 FN) tandis que 4 personnes ne prenaient pas part au vote.

Le maintien de la première adjointe a provoqué une crise politique au sein du Conseil municipal, avec l’annonce par les quatre élus socialistes de l’exécutif (3 adjoints et 1 conseiller délégué) de l’abandon de leurs délégations. « L’action publique nous passionne et nous savons à quel point aujourd’hui, défendre les politiques publiques, le service public, est essentiel pour plus de justice, de progrès et d’égalité dans cette société si brutale. Nous venons de voter contre le maintien de Anne-Marie Gilger dans ses délégations. Alors comment objectivement pourrions-nous rester dans un exécutif dont elle a la charge de l’animation ? Monsieur le Maire, nous allons donc vous rendre nos délégations et nos écharpes. Echarpes que nous portons avec respect et honneur depuis 3 ans. Parce que nous considérons que nous n’avons pas à assumer des décisions que nous n’avons pas prises et qui heurtent profondément  nos valeurs, notre vision de l’exercice de notre mandat politique« , a expliqué Sophie Lericq.

Des délégations qui n’étaient pas des moindres alors que Ludovic Sot s’occupait des finances, Sophie Lericq des écoles, Constance Blanchard du logement et Juliette Mant de la culture. Un départ « regretté » par le maire qui indique que l’exécutif va devoir complètement se réorganiser.

La semaine dernière, une citoyenne de la ville a mis en ligne une pétition pour réclamer le départ de l’exécutif de l’adjointe, au nom dune « République exemplaire ». Voir la pétition.

Télécharger l’ordre du jour complet du Conseil

A lire aussi

L’adjointe au maire d’Arcueil condamnée pour avoir habité une maison de la municipalité

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans avec comme tags , Carine Delahaie, Inéligibilité, Sophie Lericq
9 commentaires pour Crise politique à Arcueil après le maintien de l’adjointe condamnée au pénal
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi