Publicité
Environnement | Val de Marne | 22/10
Réagir Par

Eau potable: Que Choisir 94 pétitionne pour un principe pollueur-payeur

Eau potable: Que Choisir 94 pétitionne pour un principe pollueur-payeur © ia_64

La fédération Que Choisir Val-de-Marne relaie en ce moment la pétition nationale lancée par le mouvement de consommateurs, appelant au respect du principe pollueur-payeur concernant le traitement de l’eau potable.

« La réparation des dommages environnementaux reste très majoritairement financée par les consommateurs de l’Agence de l’Eau Seine-Normandie qui, par le biais de leur facture d’eau, payent 90% de la redevance ‘pollutions’ et 87% de la redevance ‘prélèvement’, soit au total 716 millions d’euros par an. Quant à l’agriculture, pourtant responsable à elle seule de 70% des pollutions en pesticides, de 75% des pollutions en nitrates et de la moitié des consommations nettes en eau, elle ne paie que la plus faible partie de ces sommes (5% de la redevance ‘pollutions’ et 2% de la redevance ‘prélèvement’) en violation flagrante du principe ‘préleveur-pollueur-payeur’ ! Cette politique est non seulement pénalisante pour les consommateurs, mais elle n’incite aucunement l’agriculture intensive à modifier ses pratiques« , dénonce l’UFC Que choisir qui indique que « les données fournies par les professionnels eux-mêmes montrent que les quantités d’engrais à l’origine des nitrates n’ont pas baissé en vingt ans et que l’utilisation des pesticides a même augmenté de 18% en 5 ans. »

La fédération s’inquiète par ailleurs d’une baisse du budget des agences de l’eau, établissements publics en charge de la protection et l’utilisation des ressources liées à un grand bassin hydrographique (un fleuve et ses affluents), en charge notamment des schémas directeurs d’aménagement et de gestion des eaux (SDAGE) ou d’aménagement et de gestion des eaux (SAGE). « Le projet de Loi de finance 2018 prévoit un prélèvement de 300 millions d’euros par an, soit 15% du budget prévisionnel des agences de l’eau pour des utilisations sans lien direct avec la gestion de l’eau. On est loin du principe fondateur des agences : ‘l’eau paye l’eau’ ! », s’inquiète Que choisir qui exige  « une stricte application du principe « préleveur-pollueur-payeur » ; la mise en place de véritables mesures de prévention des pollutions agricoles ; une aide à la reconversion vers des cultures moins consommatrices d’eau et de pesticides et l’arrêt des ponctions de l’État sur le budget des agences de l’eau. »

Voir la pétition en ligne, déjà signée par plus de 13 000 personnes.

Cet article est publié dans avec comme tags consommation, Eau potable, environnement, pétition, , Que choisir

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *