Histoire | Créteil | 12/07
Réagir Par

Etudiant à l’Upec, Redha Zaouche donne une seconde vie à la radio Fréquence 94

Etudiant à l’Upec, Redha Zaouche donne une seconde vie à la radio Fréquence 94 © Fb

Apparues dans la foulée de la libéralisation des ondes radio de 1981, l’une des promesses de François Mitterrand, Radio Créteil, Radio Cristal FM, basée à Saint-Maurice et Radio Dragon, à Villeneuve-Saint-Georges, ont fusionné  dès 1983 pour constituer Fréquence 94, une radio émettant sur l’ensemble du Val-de-Marne jusqu’en 1986.

Si la grille était essentiellement composée de plages musicales, la radio proposait également deux rendez-vous quotidiens avec l’information locale, et a été particulièrement active durant l’année 1984. Comme beaucoup de ses consoeurs de l’époque, la radio n’est plus aujourd’hui, mais des traces en sont restées, précieusement conservées. Ancien directeur de Fréquence 94, Thierry Herrbach-Vidal a en effet eu la bonne idée de confier les enregistrements sur cassette ainsi que les conducteurs des bulletins d’informations réalisés par la rédaction de la radio aux Archives départementales.

Trente-trois ans plus tard, un étudiant en histoire de l’Upec (Université Paris Est Créteil), Redha Zaouche,  s’est replongé dans ces archives afin de leur donner une seconde vie. Dans le cadre d’un stage de six mois aux Archives départementales, il a écouté tous les journaux de l’année 1984 déjà numérisés par les Archives, afin d’enrichir le fond en éléments descriptifs manquants et le communiquer au public.

Originaire de Dammarie-les-Lys, en Seine-et-Marne, Redha Zaouche avait découvert les archives en préparant un mémoire sur l’intégration des travailleurs algériens et de leurs familles en Val-de-Marne grâce au milieu associatif entre 1962 et 1981. «Lorsque j’ai commandé mes premiers fonds, j’ai immédiatement apprécié ce rapport direct avec ces traces du passé. Ce n’est pas comme lorsque l’on consulte un manuel d’histoire où quelqu’un à déjà compilé des documents et les a organisés à sa façon. Ces sources à l’état brut m’ont impressionné et c’est comme cela qu’est née mon envie de travailler dans l’archivistique», motive l’étudiant, désormais inscrit en master histoire et média, conservation et documentation de l’image et du son.

La voix de Patrick Montel, déjà commentateur sportif, l’annulation des municipales de Limeil…

Pour commencer, l’étudiant de 26 ans entame l’écoute de ces émissions et note scrupuleusement les moindre détails sur un carnet. Sa mission : indexer les journaux de l’année 84, qui représentent les deux tiers du fond sonore de la radio (90 heures sur 140). «J’étais chargé d’établir une méthode de description des émissions car les conducteurs ne comprenaient que quelques informations présentées de façon chronologique, comme les noms des personnes interviewées.  Nous avons opté pour une organisation thématique en mettant l’accent sur ce qui a fait la richesse de la production des journalistes de Fréquence 94,  à savoir l’actualité locale et le sport. Je me suis vraiment pris au jeu en me plongeant complètement dans ses enregistrements. Pendant ces mois de stage, j’ai vécu en 1984 ! Parfois on s’imagine que l’histoire est marquée par de grandes ruptures, mais je me suis rendu compte que ce monde que je n’ai pas connu m’était très familier».

Redha se met ainsi à la place du public potentiellement intéressé par ces bulletins d’information, pour mettre en valeur les reportages et les entretiens réalisés. Au-delà du sport et des loisirs, l’année 84 est particulièrement riche sur le plan local avec le feuilleton de l’annulation des élections municipales à Limeil-Brévannes ! Les journalistes sportifs dont Patrick Montel, désormais sur France Télévision, se sont aussi fait plaisir en commentant les succès en handball de la Stella Saint-Maur-des-Fossés et d’Ivry-sur-Seine. Pour faire connaître au plus grand nombre ces voix du passé, l’étudiant a régulièrement posté sur la page Facebook des archives départementales des passages de journaux en lien avec l’actualité : distribution du muguet le 1er mai, candidats tricheurs au bac, fin des permis de construire délivrés en préfecture ou décoration de la légion d’honneur pour Michel Germa, l’ancien président du Conseil départemental…

Peu de documents sur la vie au sein de la radio

Incollable sur les journaux qu’il a écouté attentivement, Redha pense avoir entendu cinq à six animateurs différents mais regrette de ne pas disposer d’informations sur l’envers du décor, la vie au sein de cette radio. L’étudiant archiviste a vainement tenté de contacter d’anciens membres de l’équipe sans obtenir de réponse. Avec le départ du directeur de Fréquence 94 devenue TOP Tonic en 1986, les journaux deviennent moins fréquents et à mesure que la rédaction se disperse, la radio tombe petit à petit en désuétude.

D’ici l’été 2018, le site internet des archives doit faire l’objet d’une refonte et permettre un accès complet à ce fond radiophonique. Pour l’heure, un certain nombre d’enregistrements sélectionnés sont disponibles à cette adresse ou sur ce compte soundcloud. Dans les années à venir, les archives de deux autres radios locales en Val-de-Marne seront également décrites puis diffusées : Radio Soleil 94, active entre 1983 et 1987 à l’initiative de la fédération départementale du Parti communiste, et Radio AJDL lancée par la mairie de Sucy-en-Brie pour les jeunes de 1981 au début des années 90.

© Fb

Les 14000 supports audiovisuels conservés par les archives départementales sont stockés au dernier étage du bâtiment à une température inférieure à 20 degrés pour éviter d’endommager les bandes.

 

Cet article est publié dans avec comme tags Archives Départementales du Val-de-Marne, culture, Histoire, radio,
3 commentaires pour Etudiant à l’Upec, Redha Zaouche donne une seconde vie à la radio Fréquence 94
  • Pour en savoir plus (et en entendre davantage!), la salle de lecture des Archives départementales du Val-de-Marne est ouverte tous les jours au public, sans autre condition d’accès que la prise d’une inscription gratuite sur présentation d´une pièce d’identité et qui est valable toute l’année. Vous savez bien, le quartier des archives, Créteil Préfecture, du côté du service du permis de conduire, du consulat d’Algérie, de l’Urssaf, bref, dans le « Nouveau Créteil « . Nous vous y attendons!

    • Bonjour,

      Ayant été animateur sur Radio Créteil puis Fréquence 94, y-a-t’il d’autres enregistrements disponibles à part les journaux ?
      J’intervenais après le journal. On entend d’ailleurs à la fin des journaux enregistrés, l’annonce de mon émission: « L’émission Tubes avec Philippe… »

      Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *