Publicité
Publicité: Forfait améthyste Val-de-Marne
Environnement | Cachan | 14/12/2017
Réagir Par

Géothermie nouvelle génération à Cachan : une « première mondiale »

Casque jaune, gilets fluo et chaussures de sécurité… l’heure était à la visite de la centrale géothermique de Cachan ce mercredi après-midi. Un double puits de nouvelle génération était présenté avec la promesse de chauffer l’équivalent de 7 000 logements.

Convertie à l’énergie géothermique depuis 1984, la commune de Cachan a franchi un nouveau cap technologique : réaliser le premier forage sub-horizontal avec un angle à 90°, tandis qu’un forage traditionnel est à 40°. Concrètement, cette innovation permet de doubler le débit et d’augmenter la production de chaleur, pour atteindre 400 m3/h d’eau chaude. Les quatre anciens puits de la centrale, qui avaient un débit plus faible, fermeront progressivement entre octobre 2018 et mars 2019.

« C’est une première mondiale« , se réjouit Jean-Philippe Buisson, directeur de Dalkia France, exploitant du réseau avec la Société cachanaise de Chaleur (Socahal). « L’utilisation de la géothermie concrétise un nouveau modèle de développement du territoire. »  L’énergie géothermique pourra couvrir les besoins en chauffage et eau chaude sanitaire des équipements publics, des immeubles collectifs d’habitation et entreprises. « L’enjeu est d’offrir aux Cachanais une énergie contenue d’un point de vue des coûts, non soumise aux aléas des énergies fossiles, du prix du carburant, du fuel ou du gaz » argumente Hélène de Comarmond, présidente directrice générale de Socahal. « 3 800 logements de type HLM et copropriété seront concernés* » précise Jean-Yves Le Bouillonnec, maire PS de Cachan. Débutés en septembre 2017, les travaux prendront fin en février 2018.

En attendant, une visite de « chantier » en petit groupe était destinée à faire découvrir le fonctionnement de la centrale, et des tâches opérées par les ouvriers. Direction le plancher de forage située à 10 mètres de hauteur, dans la cabine de pilotage.  « On est en train de nettoyer le puits de tous les débris dus au forage » décrit un opérateur, concentré sur un tableau de bord noyé de chiffres et de mesures. « On voit qu’on est actuellement à 2 933,02 mètres de longueur forée » commente Célia Robert, chef de projet réalisations, en charge de la visite. Pour faire face au bruit généré par le forage, un grand mur de pailles a été dressé entre les habitations et la centrale. « On ne peut pas nier les conséquences des effets (…) mais les habitants comprennent parfaitement que cela est fait pour leur propre intérêt« , rassure le maire. Ce samedi de 9 heures à midi, le chantier de forage géothermique ouvre les portes au public pour une visite sous haute sécurité. L’équipe recommande le port de pantalon et de chaussures plates.

Délégation officielle pour la visite du chantier, en présence notamment de Fred, ex-animateur de C’est pas sorcier !

Dans la cabine de pilotage pour réaliser le forage.

Jean-Yves Le Bouillonnec observe un échantillon de terre, dans le laboratoire géologique de la plate-forme.

Les murs de pailles anti-bruit pour préserver les habitants à proximité des nuisances liées au forage.

Démonstration du convoyeur à tiges et à tubes.

Sur le plancher de forage, Célia Robert, chef de projets réalisations à Dalkia, commente la visite.

*Article mis à jour le 14/12/17 à 23h34

Cet article est publié dans , avec comme tags Cachan, géothermie
5 commentaires pour Géothermie nouvelle génération à Cachan : une « première mondiale »
  • très très intéressant
    ce puit géothermique est destiné à alimenter quels types de logements à Cachan
    les 7 000 ?

    • Bonjour Patrick Le Boulch, et merci pour l’intérêt porté à notre article. Pour être précis, ce sont 3 800 logements de type HLM et copropriété qui devraient être alimentés à Cachan (en plus des équipements publics et des entreprises). Le chiffre de 7 000 n’est qu’une mesure/un indice selon la formule « équivalent-logement ». Très cordialement, F.Leroy.

  • Bonjour
    Remonter la chaleur c’est super,
    ET ne pas la perdre en réseau c’est encore mieux, non ?
    Or les réseaux urbains de chaleur perdent en moyenne 30% de leur chaleur à cause d’isolation inadaptées, ou défectueuses,
    ET les réseaux de chaleur dans les bâtiments encore 50% en MOYENNE France !! pour les mêmes raisons.
    Faites le bilan global…
    Nous préconisons des Rth à la température d’exploitation de 5 mK/W en zone chauffée, et sinon 7, pérennes 40ans mini.
    Pour cela les solutions polymères « habituelles » de peuvent convenir: il faut ÉVOLUER !
    Bon courage à vous.
    Cordialement.

    • Pas fou, M GROGUNNEC : il fait de la publicité pour sa boîte avec le lien sur son nom.

      • Avec 2 « C » et 2 « E » svp ;-)) pas facile …
        Quant aux solutions pour des isolations EFFICACES et PÉRENNES des tuyaux, elles sont multiples !
        Mais il faut les PRÉCONISER,
        puis parvenir à faire RESPECTER ces préconisations,
        et enfin les CONTRÔLER régulièrement pour établir les bilans thermiques des réseaux….
        Et ce n’est pas facile d’y parvenir, avec toutes les inerties dues aux habitudes: définitions du besoin, offres de solution, et réalisation opérationnelle.
        Ici comme ailleurs, il faudra bien ÉVOLUER vers la pérennité !
        Bien cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *