Publicité
Publicité: Forfait améthyste Val-de-Marne
Santé | Créteil | 20/12/2017
Réagir Par

Greffe hépatique Mondor-Brousse : Martin Hirsch prend la parole

Suite à la réunion organisée par Martin Hirsch, directeur de l’AP-HP, et des élus locaux, sur le transfert de la greffe hépatique de Mondor à Brousse, le patron de l’AP-HP a souhaité s’exprimer via un communiqué.

Pour rappel du contexte, voir l’article compte-rendu de la réunion et les perceptions très différentes des élus au terme de cet entretien.

« Cette orientation est le fruit de réflexions conduites depuis plus de six mois avec l’ensemble des gouvernances hospitalières et des facultés de médecine des hôpitaux concernés, de la présidence de la communauté médicale d’établissement et de la direction générale de l’AP-HP. Elle s’inscrit dans un mouvement de regroupement d’équipes engagé depuis une dizaine d’années visant à constituer des centres de transplantation hépatique d’envergure internationale. Cette réorganisation s’inscrit, pour l’AP-HP, dans un processus de transformation indispensable, anticipant, sur ce sujet, les grandes mutations du secteur. L’AP-HP dispose actuellement de quatre autorisations de transplantation hépatique adulte implantée au sein des hôpitaux Beaujon dans les Hauts-de-Seine, Pitié-Salpêtrière à Paris, Henri-Mondor et Paul-Brousse, tous deux dans le Val-de-Marne. La transplantation hépatique n’est pas une activité de proximité mais de recours régional, voire national. Ainsi, 79% des patients pris en charge dans le service dédié à l’hôpital Henri-Mondor ne résident pas dans le Val-de-Marne », pose Martin Hirsch.

« Le projet de fédérer les deux centres de transplantation hépatique du Val-de-Marne a pour objectif de renforcer -sur le long terme- les compétences et la dimension hospitalo-universitaire de cette activité d’excellence de l’AP-HP, tant sur le plan national qu’international. Il permettra de constituer un ensemble de soins et de recherche dans le domaine de la transplantation hépatique parmi les plus forts en Europe. Il permettra d’avoir une taille critique de chirurgiens spécialisés dans le prélèvement et la transplantation hépatique, tout en améliorant la synergie et l’organisation des équipes médicales, notamment en termes de déplacement et de permanence des soins. Les atouts respectifs des deux hôpitaux -Paul-Brousse et Henri-Mondor- ont conduit à retenir le site de l’hôpital Paul-Brousse pour assurer le regroupement de l’activité opératoire de transplantation hépatique. Le Directeur général de l’AP-HP et le Président de la Commission médicale d’établissement de l’AP-HP ont demandé aux équipes médicales dans les groupes hospitaliers de faire des propositions conjointes pour cette nouvelle organisation. La direction générale de l’AP-HP est particulièrement vigilante à ce que ce projet soit mis en place dans de bonnes conditions, notamment de dialogue, afin que chacun puisse se l’approprier et en devenir acteur, dans l’intérêt des patients. Attentif aux préoccupations que ce regroupement pourrait générer, le Directeur Général a réaffirmé aux élus du Val de Marne que la réorganisation de l’activité de transplantation hépatique ne remet pas en question la poursuite des activités du service de chirurgie hépatobiliaire ni des autres activités spécialisées des hôpitaux universitaires Henri-Mondor AP-HP« , poursuit Martin Hirsch, qui indique qu’il reverra les élus une fois les conclusions du groupe de travail rendues, en février 2018.

Le parton de l’AP-HP rappelle en outre « qu’une invitation avait été adressée à l’ensemble des parlementaires du département ayant fait part de leurs interrogations ou de leurs inquiétudes sur ce projet. »

A lire aussi :

Voir tout le dossier sur cette actualité

Greffe hépatique à Mondor : Hirsch rassure… ou pas les élus

 

Cet article est publié dans avec comme tags Martin Hirsch, Suppression de la greffe hépatique à Henri Mondor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *