Politique locale | Vincennes | 07/07
Réagir Par

Laurent Lafon repart à la Sénatoriale pour l’UDI Val-de-Marne

Il y va, c’est confirmé. Serein dans sa méthode, Laurent Lafon, maire-conseiller régional de Vincennes, tenait ce jeudi matin sa conférence de presse de lancement de campagne pour la Sénatoriale en Val-de-Marne de septembre 2017,  sa lettre de candidature fin prête. 

Le reste de la liste sera dévoilé plus tard, mais elle pourrait accueillir des personnalités autres que des membres de l’UDI…

« Le mandat de sénateur est le seul mandat de parlementaire qui m’intéresse, pour défendre les collectivités territoriales. Il est cohérent avec mon parcours professionnel et politique », défend l’élu qui fit ses premières armes comme consultant en finances publiques locales auprès de Philippe Laurent, maire UDI de Sceaux, et enseigne toujours au Cnam (Conservatoire national des arts et métiers). « Avec le nombre de députés En Marche, l’Assemblée nationale sera le lieu des tribunes politiques et une chambre d’enregistrement. Le vrai travail de fond  et les débats politiques moins caricaturaux vont se tenir au Sénat, à condition qu’il y ait des sénateurs actifs et impliqués« , reprend le candidat qui souhaite notamment s’engager sur la défense de la décentralisation et les questions métropolitaines, étant par ailleurs vice-président de la Métropole du Grand Paris.

Maire depuis 2001, soit depuis seize ans, l’élu Vincennois a fait son choix. S’il remporte son siège, il passera les rênes de la commune.

A condition d’être élu. En 2011, le conseiller régional avait déjà mené une liste qui avait obtenu 211 voix. Un score insuffisant pour enlever un siège mais qui avait contribué à l’éparpillement des voix de la droite et du centre, avec également une liste Modem tenue par le sénateur sortant de l’époque Jean-Jacques Jégou, qui avait lui plafonné à 168 voix. Alors que le rapport de forces des grands électeurs était à cette époque favorable à la gauche, la liste LR (qui s’appelait encore UMP) avait réussi à conserver ses 2 sénateurs (Christian Cambon et Catherine Procaccia) avec 518 voix tandis que la gauche unie avait obtenu 1013 voix et 4 sénateurs (Luc Carvounas (PS), Christian Favier et Laurence Cohen (PCF) et Esther Benbassa (EELV).

Contrairement à 2011 certes, le rapport de force est désormais plus favorable à la droite, essentiellement grâce à l’afflux des conseillers municipaux élus lors des municipales de 2014, lors desquelles LR a remporté 6 villes supplémentaires, même si l’élection des délégués complémentaires atténue légèrement cet effet de balancier. Afin de compenser la proportion des élus municipaux par habitants, nettement plus importante dans les petites villes, les conseils municipaux des villes de plus de 30 000 habitants ont en effet élu des grands électeurs supplémentaires (à partir de listes de citoyens non élus) pour éviter une sur-représentation des élus des petites villes dans le scrutin, et les grandes villes du département sont plutôt à gauche. Pour rappel, l’élection sénatoriale est un scrutin au suffrage universel indirect qui passe par des grands électeurs composés des parlementaires locaux, des conseillers régionaux et départementaux, ou de suppléants désignés pour l’occasion s’ils cumulent déjà deux mandats, des élus municipaux (tous les élus dans les villes de plus de 9 000 habitants, une partie d’entre eux dans les villes plus petites) et des délégués complémentaires élus sur liste par les conseils municipaux dans les villes de plus de 30 000 habitants.  (L’élection de ces délégués se tenait le 30 juin dans toutes les villes).

Mais si le rapport de forces est plus favorable à la droite, il faudra cette fois compter avec les élus nouvellement convertis à La République en Marche (LREM), qui pourrait constituer une liste avec le Modem. Pour l’UDI, la plate-forme n’est donc pas si large. Est-ce réellement jouable ou est-ce un coup de pression pour négocier avec les Républicains ? « Je ne suis pas dans la négociation mais dans la cohérence« , écarte Laurent Lafon. « J’ai été voir Christian Cambon (ndlr, sénateur-maire LR de Saint-Maurice, tête de liste de la nouvelle liste LR pour la sénatoriale de 2017) il y a un an pour évoquer la sénatoriale 2017. Je n’ai toujours pas de réponse, à part que LR mènera sa liste seul« , rappelle-t-il néanmoins. « On ne peut pas ressortir du double échec de la droite et du centre à la présidentielle et aux législatives sans s’interroger et engager un profond processus de renouvellement. Et cela ne peut se faire avec les mêmes logiques et les mêmes personnes« , insiste aussi l’élu, qui souhaite se situer dans une « opposition clairvoyante ».

Confiant, le maire de Vincennes compte bien s’appuyer sur son expérience de 2011 pour mener à bien sa campagne. « J’ai compris lors de la Sénatoriale de 2011 que cette élection se préparait dès les municipales, glisse l’élu. Et depuis 2011, je ne suis pas resté les bras ballants, je ne regrette aucune des prises de position que j’ai prises, notamment concernant François Fillon lors de l’élection présidentielle, poursuit-il, remarquant au passage les soutiens convergents envers l’ancien candidat à la présidentielle des trois premiers de la liste LR 94 à la sénatoriale (Christian Cambon, Catherine Procaccia et Jacques-Alain Bénisti). Quant aux nouveaux convertis LREM, « il n’y en a pas tant que cela parmi les grands électeurs.  Même au sein du Conseil municipal de Fresnes, ils ne sont pas si nombreux », calcule la tête de liste. Certains élus qui étaient candidats à la candidature LREM aux législatives après avoir fait campagne pour Macron ont aussi été déçus de ne même pas avoir été reçus pour un entretien, se retrouvant légèrement échaudés, laisse aussi entendre l’élu. La campagne est lancée.

A lire aussi : 

Sénatoriale en Val-de-Marne : candidats pressentis et complications

Didier Gonzales (LR) dégaine sa propre liste à la sénatoriale en Val-de-Marne

Alliance LR-FN-DLF à Villeneuve-Saint-Georges pour la sénatoriale

 

24 commentaires pour Laurent Lafon repart à la Sénatoriale pour l’UDI Val-de-Marne
  • Ce Laurent Lafon est décidément un comique de haute volée…….. Il a choisi le parti des losers : l’UDI…. Il dit qu’il fait des calculs dans sa tête à propos des grands électeurs qui lui seraient favorables…… Si il a autant de nez que pour ses prises de position pour les présidentielles, alors que Macron a effectué, au premier tour de la présidentielle, un de ses records dans le Val de Marne , pendant que Lafon, courageusement, ne prenait partie pour personne….. Et rebelotte au premier tour des législatives, où le candidat LREM a fait un « carton » à Vincennes….. Cela dit, quand on voit le médiocre sens politique de J.C. Lagarde, le patron de l’UDI, on comprend que Lafon ait choisi ce parti…..

  • juste une petite précision: Laurent Lafon est Maire depuis juillet 2002, suite à la démission en cours de mandat de son prédécesseur Patrick Gérard.
    A part ça, pour Lafon ce sera quitte ou double. En cas de défaite, il restera (peut-être) Maire de Vincennes mais sera catalogué une fois pour toute comme le looseur du département 94.
    Looseur et fossoyeur de la droite et du centre si, en raison de sa candidature, comme la dernière fois, il fait perdre un ou des sièges à la droite.
    Quand aux LR, non seulement les anciens ne partent pas mais il placent en troisième position le Maire de Villiers, ce qui ne constitue pas un bon signal ni pour le renouvellement, ni pour le pluralisme de la droite et du centre. Tout cela annonce des lendemains bien sombre!

    • « Loser » pas « looser ». Ou alors utilisez plutôt le Français si vous massacrez la langue de Shakespeare.

      • J’en ai ressorti mon Harrap’s, vous avez raison ; mais le ‘o’ de loser se prononce comme le ‘oo’ de fool, me dit-il. L’orthographe aussi ou plus compliquée en anglais qu’en français, donc ?
        Pour louseur / louzeur, nous avons en français : perdant, vaincu. Pour les sénatoriales on ne saura qu’en septembre, mais pour un maire réélu deux fois le qualificatif parait inapproprié.

        En fait, au-delà des municipales, et encore, exister en dehors des partis dominants est une difficulté majeure. Sauf à se rallier au parti dominant de gauche ou de droite, indépendant voulait dire peu d’élus. Ce n’est pas une question d’individu, ainsi des candidats (MoDem) ont eu 2 ou 3% en 2012, puis été élus en 2017 avec soutien LREM.
        Je trouve un peu triste que l’étiquette compte beaucoup plus que le contenu. Mais seuls de rares médias (dont 94.Citoyens) informent sur les présumés petits, moyens et (bien sûr) grands candidats.

  • Ce qui serait bien c’est que l’union de la droite soit en marche, comme elle l’a été pour les municipales, les Départementales et les régionales, et que tous les territoires du val de Marne soient représentés, aujourd’hui avec ce qui a été annoncé sur 94 Citoyen, tous les parlementaires de droite seront issus du T10, ce n’est même pas possible, à croire que la dernière claque des législatives n’a eu aucun effet sur les patrons de la droite. Être élu à vie, c’est fini !!!!

  • il serait temps de débarquer ce mauvais patron de l’UDI.

  • Il faudrait que Laurent Lafon arrête de cumuler et choisisse son combat :
    – Maire de Vincennes,
    – vice président du Conseil territorial ParisEstMarne&Bois,
    – conseiller régional d’Ile de France,
    – Vice président de la société du Grand Paris,
    – Président de la Société d’aménagement et d’équipement de la région parisienne (Saerp),
    – Président de la VINCEM (SEM de la ville de Vincennes)

    Comment pourrait il avoir du temps pour faire sérieusement un travail de sénateur ?

    Des citoyens Vincennois mécontents de plus en plus nombreux, dont je fais partie, ne souhaitent pas que la candidature de Laurent Lafon aux sénatoriales soit couronnée de succès.

    Nous souhaitons que Laurent Lafon assume ses responsabilités de Maire jusqu’à la fin de son mandat et qu’il assume jusqu’au bout sa politique autoritaire, inégalitaire et obscure : Urbanisme, aménagement, transports, écologie, démocratie participative, … autant de sujets qui sont des préoccupations des habitants et sur lesquels la situation n’a pas progressé sous son mandat.

    Nous refusons qu’il soit élu au sénat comme une apothéose de sa carrière politique pour une belle retraite qu’il ne mérite pas !

    Bien entendu nous appelons de nos vœux le futur échec de son actuelle majorité aux prochaines élections municipale en 2020 pour un nouveau souffle démocratique à Vincennes.

    Il semble que les grandes manœuvres soit bien avancées à droite et qu’une liste d’union LR/UDI (mais sans Lafon) soit en place avec Catherine Procaccia (sénatrice sortante) comme tête de liste (http://www.leparisien.fr/ablon-sur-seine-94480/senatoriales-les-republicains-du-94-font-de-la-place-a-l-udi-mais-pas-a-son-patron-25-07-2017-7156875.php).
    Cela ne fera pas les affaires de Lafon qui pourrait renouveler, nous l’espérons, son échec de 2011 en ayant voulu, comme à son habitude, être le patron.

    • Déception Vincennoise says:

      Je suis complètement d’accord avec ce qui est dit
      Mr Lafon n’écoute rien et dénigre systématiquement les gens qui ne sont pas d’accord avec lui

      Pour notre part il place notre maison en emplacement réservé comme 80 autres propriétaires, comme il l’a déjà fait en 2007 avec le même nombre; de sorte qu’il prive les citoyens concernés d’une partie de leur droit de propriété. L’objectif est d’acheter au prix des domaines (soit sous évalué de 20 à 40% par rapport au prix du marché) et de permettre à des promoteurs privés des constructions d’immeubles très hauts (avec pas plus de 30% de logements sociaux)
      Mais toute sa justification repose sur la pénurie de logements sociaux

      Quand les propriétaires résistent ou quand il est pressé, il recourt à l’expropriation (5 sont en cours)

      Bref Vincennes est depuis 2007 un vaste jeu de monoply dont les joueurs sont Mr Lafon et quelques constructeurs

  • BRAVO ! Tout est dit par ce vincennois. Egalement vincennoise, je trouve cette énième candidature de notre maire intolérable, compte tenu d’une part de ses très mauvais résultats aux élections législatives dans sa circonscription et d’autre part à sa politique municipale discriminatoire inégalitaire presque tyrannique , où la moindre objection est rejetée d’un revers de manche avec arrogance et condescendance. C’est un maire carriériste, procédurier, qui « punit » toute absence de complaisance, il se veut seul maître à tout diriger, sans empathie pour ses concitoyens, qu’ils n’aiment d’ailleurs pas, pour justement ce qu’ils ont d’Humain. Les chantiers pharaoniques qui ont défiguré notre ville, et qu’il a entrepris sans réelle et sérieuse concertation avec les vincennois depuis sa réélection le prouvent : tout est rasé, vide, sans arbres et nature, froid à son image !
    Certains mécontents envisageraient presqu’il soit élu sénateur et qu’il parte, pour qu’enfin la ville de Vincennes reprenne un nouveau souffle ; mais je fais partie de ceux qui pensent que ce serait lui faire trop d’honneur, qu’il vaut mieux qu’il termine son mandat de maire….Un jour ou l’autre toute cette colère vincennoise finira par réveiller ceux qui lui ont fait confiance et triomphera.

  • La liste LR est menée par C. Cambon (69 ans) et C. Procaccia (68 ans) en 2017. Même en pleine santé, au terme du mandat dans 6 ans, ils auraient donc respectivement 75 ans et 74 ans. LR 94, La Retraite pas Maintenant ! Le renouvellement non plus !

    On dit que la liste LR s’ouvrirait à des UDI ? Sauf que les trois premières places (éligibles) sont déjà prises, donc LR 94 ouvre généreusement sa liste pour les places d’après, où il n’y a aucune chance d’être élu(e). A moins d’un décès prématuré devant … Des places en viager, en quelque sorte, pour les ralliés.

    • Possible, toutefois certains, comme notre maire laurent lafon, n’ont que la cinquantaine et sont tellement archaïques et vieux dans leur état d’esprit et leur méthode de gérer et manager ses équipes ;
      qu’il semble préférable à notre tour de nous tourner vers des personnes tout aussi compétentes et pertinentes techniquement MAIS plus jeunes, moins sectaires et plus proches de la « base », soit plus humains.
      Ce qui sur Vincennes ne devrait pas être une tâche trop ardue, au regard du fait que notre maire ait atteint un seuil de « désamour » incontestable .

    • l’age n’est pas obligatoirement un bon critère de choix.
      Idéalement il serait bon que la classe politique se renouvelle mais pour autant L. Lafon, même plus jeune que les candidats que vous citez, est loin de représenter le renouvellement attendu.
      Par ailleurs on se fiche de l’étiquette des futurs sénateurs. On veut un sénateur propre qui se préoccupe de ses concitoyens, pas un candidat qui fait élire sa fille comme délégué supplémentaire pour voter aux sénatoriales.

  • Présente au dernier conseil municipal sur Vincennes le 30 juin dernier, notre maire a fait presque aussi bien qu’un certain maire du 5ème arrondissement de Paris, il y a plus d’une décennie, les délégués supplémentaires « choisis » ne sont autres que les vieux de la vieille et anciens conseillers municipaux, toujours de la même couleur politique, à la retraite depuis des années et leurs conjoints, + les conjoints fils et filles des conseillers municipaux actuels : on ne change pas une équipe qui profite !!!

    Si ce comportement ne reflète pas le sectarisme et le manque d’ambition intellectuelle de notre maire et surtout sa PEUR d’une réelle contradiction et d’un véritable dialogue démocratique ?!

    • Même pratique sur Chennevieres, le maire Modem que Lafon à fait élire sur cette ville en bloquant les investitures « centristes » dès 2010 (pour le canton) puis en 2014 avec des anciens à la retraite comme adjoints, le conjoint de l’adjointe .. la belle fille de Président d’association soutenant la candidature dans une vidéo …

      Il n’y a aucune coalition à construire avec M. lafon ou le maire de Chennevieres qui ne partage pas cette vision de renouveau et de moralisation de la vie politique.

      Il faut une coalition et une coalition encore plus large pour casser la liste LR et UDI et éliminer les profiteurs d’un système à bout de souffle sur le Val de Marne.

  • Déception Vincennoise says:

    Je ne suis pas seule à appeler de mes vœux un échec de L Lafon aux sénatoriales

    Mesdames, Messieurs les grands électeurs , sachez que notre maire :

    -est sourd à toute demande qui ne va pas dans son sens,
    -a décidé de faire de sa ville une vitrine pour touristes au détriment des citoyens qui y habitent
    -fait des économies à la petite semaine dans les dépenses courantes mais sait financer tous les grands travaux qui constituent sa vitrine
    -fait taire avec grande autorité tous ses détracteurs
    -est toujours prêt à récupérer les bonnes idées des uns ou des autres à son profit
    -peut à l’occasion mentir

    Ce type de profil est il ce qui est recherché pour répondre à tous les défis que le sénat aura à relever ?

    • Tout à fait d’accord avec « Déception Vincennoise » :
      – Des travaux pharaoniques qui n’aboutissent qu’à créer des embouteillages monstrueux, une fois les travaux terminés !
      – Une volonté de densifier encore plus la ville de Vincennes qui est déjà asphyxiée, bétonner toujours bétonner, supprimer les arbres..
      Et tout cela alors même que la colère gronde, les collectifs se multiplient pour dire haut et fort que notre maire se fiche de l’avis de ses concitoyens, ce qui comptent c’est le tourisme alors circulez, il n’y a rien à voir pour tous ceux qui osent aller contre les décisions de nos urbanistes fantaisistes.
      Les réunions de concertation sont des simulacres de démocratie, et les compte rendus quand il y en a, sont mensongers. Ça c’est le vrai visage de notre maire.

  • Espérons que la tête de liste pour LREM ne soit pas Lafon, jegou , Barnaud ou Dousset : par piété du renouveau !!!!

  • L’élection se prépare dès les municipales et nous connaissons les méthodes du LR et de l’UDI pour placer les « godillots », dans les commuens mais c’est sans compter que de nombreux grands électeurs sont déçus par le centre et en particulier l’UDI.

    Sa campagne peut-être lancée mais il ne faut pas cette fois compter avec les élus convertis à La République en Marche (LREM), qui refuserons de constituer une liste avec des têtes Modem ou UDI Val de Marnais.

  • Sur la candidature de notre maire aux sénatoriales, tout a été dit et je suis en total accord avec ce qui a été écrit. Le maire de Vincennes n’est pas un bon maire, comment pourrait il être un bon sénateur ?

    Seul le statut de sénateur semble l’intéressé et contrairement à son slogan de campagne plus proche de vous même avec un n° de téléphone…..Vincennoise depuis toutes ces mandatures, jamais un élu sur Vincennes n’aura été aussi distant avec ses administrés, les apparences sont trompeuses car sous des airs affables d’accessibilité exclusivement si vous êtes toujours d’accord avec ses idées et projets ; ATTENTION à la moindre opposition ou même suggestion, il devient obtus, condescendant, procédurier aux frais de la ville.

    Coopté par son prédécesseur, Patrick Gérard maire compétent et humain, il fut abordable jusqu’à sa réélection ; puis le vrai visage est apparu, hautain, carriériste , cumulant les mandats, mégalo et narcissique au point que seule l’image dite « royale » de Vincennes semble l’intéresser, à coups de chantiers pharaoniques, au détriment de la réelle qualité de vie de ses concitoyens qui ne sont JAMAIS concertés, juste mis devant ses décisions arrêtées sous un placebo de réunions de quartiers…

    Pire il y aurait selon sa gestion de la ville, une sectorisation en bons, moyens et mauvais quartiers. N’hésitant pas à diviser les quartiers et ses habitants, multipliant les travaux de réaménagement de certains quartiers et abandonnant d’autres, jusqu’à avoir réussi à créer des artères embouteillées dignes d’autoroutes urbaines, à déraciner les grands arbres du Cour Marigny sans aucun état d’âme, n’avouant aucune de ses erreurs et « punissant » ceux qui oseraient le lui faire remarquer , riverains ou commerçants par des décisions arbitraires, car autoritaristes.

    Communiquerez vous ce commentaire ? Prendrez vous ce risque, alors que le Parisien a osé écrire il y a peu un article dithyrambique sur la qualité de vie à Vincennes, à la gloire de notre municipalité !

  • L’image du gendre idéal s’est bien ternie depuis les débuts de ce « jeune et sympathique Maire » à l’époque où il a hérité de la mairie.
    Le jeune cadre dynamique s’est révélé être un roitelet local froid et cynique;
    L’ambition, encore l’ambition, toujours l’ambition!
    Il a fait le tour de la fonction et dépensé bcp d’argent public pour des travaux à sa gloire (laisser son empreinte…!)
    Les Vincennois grognent, les collaborateurs de la mairie souffrent et les collègues élus de Vincennes ou d’ailleurs, subissent l’autoritarisme de ce monsieur.
    ça s’appelle une fin de règne (du moins c’est à espérer).

  • Les sénateurs, bien qu’élus dans une circonscription, représentent, la Nation toute entière.

    Par ailleurs, le Sénat assure d’après la Constitution la représentation des collectivités territoriales.

    Dès lors, M. lafon mauavis maire mais également mauvais Président du Nouveau Centre puis de l’UDI ne sera pas un bon représentant de la Nation et des collectivités territoriales .

    Sa pratique politique depuis sa prise de pouvoir se limite pas concrètement par des exclusions de militants sans aucun débat contradictoire, il y a également les contrats des collectivités territoriales (Joinville, Chennevieres …) ayant eu une investiture et/ou une aide avec des élu(e)s Vincennois au détriment du recrutement au mérite sur concours . Pratique qui doit bien évidemment cesser .

  • le patron de Lafon FED vient de laisser sa mairie à sa femme : http://www.liberation.fr/france/2017/09/02/drancy-lagarde-udi-laisse-le-fauteuil-de-maire-a-son-epouse_1593797

    Pour les Français , l’homme ou la femme politique idéal c’est …un non professionnel et sans équivoque est le besoin de rompre avec les professionnels de la politique.

    Aucune équivoque n’est possible : nul-le ne peut faire comme s’ils/elles n’avaient pas entendu…Ceci est un complet désaveu des politiques actuels quels qu’ils soient. L’écrasante majorité veut tout…sauf eux ! Mais qu’importe pour le centre Val de Marnais, serein du Modem à l’UDI, chacun, dégaine sa liste avec des professionnels membres de partis politiques et travaillant avec les collectivités ou ayant exercé de mandats électifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *