Publicité
Publicité: Fête des Solidarités 2017
Environnement | Villiers-sur-Marne | 24/02
Réagir Par

Le golf de Villiers-sur-Marne a été expulsé

Deux camions de déménagement, un huissier, la police… Voilà l’équipée qui a commencé à embarquer le matériel du golf de Villiers-sur-Marne ce jeudi matin vers 8 heures, direction un garde-meuble, pour dégager le terrain où doit cheminer un voie d’accès pour les travaux du Grand Paris Express, avant de se muer en nouveau quartier dans le cadre de la zac Marne Europe aménagée par l’Epa Marne.

Deux camions qui n’ont pas suffi à tout enlever, obligeant à reprogrammer une virée lundi prochain. « Ma société, qui était saine, est ruinée. Je n’ai n’a plus qu’à déposer le bilan. Ce-sont des emplois qui disparaissent, se désole Emmanuel Peycelon, propriétaire de l’affaire qui emploie 6 salariés. Je n’ai même plus le droit de rester le soir dans mon logement de fonction« , poursuit-il.

Tout avait commencé en 2004. A cette date, l’entrepreneur avait obtenu une AOT (Autorisation d’occupation temporaire) de 10 ans sur ce morceau de la VDO (terrains qui devaient accueillir une rocade autoroutière, la Voie de Desserte Orientale, qui n’a finalement jamais vu le jour). « Lorsqu’en 2007, l’Etat a renoncé à construire l’autoroute, pour laquelle des gens ont été expulsés avec une indemnisation de 150 Francs le m2 poru construire la route,  l’AOT aurait dû se transformer en bail commercial. Mmais en 2014, alors que l’on pensait pouvoir enfin achter la parcelle, on nous a demandé de partir au profit d’une opération immobilière à 1000Euros le m2. A l’époque,  nous avions encore 450 000 euros à amortir et j’ai demandé un transfert ou une indemnistaiuon mais l’on m’a répondu par une assignation expulsion devant le tribunal de Meaux. Celui-ci a considéré notre demande comme légitime mais ne nous a pas donné raison en raison des travaux à venir de la Société du Grand Paris (pourla construction du Grand Paris Express). Nous avons fait appel et l’audience doit se tenir le 27 avril au Tribunal de Paris », indique Emmanuel Peycelon.

« Il a toujours été clair qu’il s’agissait une autorisation temporaire, le temps de réfléchir à l’aménagement d’un projet urbain à cet endroit. Le gérant du golf était parfaitement au courant« , réagit de son côté le député-maire LR de la ville, Jacques-Alain Bénisti.

Le gérant conteste également l’évaluation de la dépollution du terrain qui a été faite (voir notre article du 17 février sur ce sujet). « Lorsque les agents sont venus faire des tests pour réaliser l’étude d’impact environnemental de la zac, leurs tarières se sont cassée à 40-50 cm. Ils sont revenus avec un appareil à chevilles qui a pété à 1 m. Et les carottes sorties étaient explicites et extrêmement polluées. Je pense que le volume de terres encore polluées n’est pas de 130 000 m2 mais largement au-delà des 500 000 m3« , maintient le gérant, persuadé que des travaux de dépollution vont se faire en catimini.

Chez Epa Marne, on précise comment a été évaluée la volumétrie des terres polluées et l’on précise que des évaluations plus fines vont être menées. « Le practice de golf est implanté sur une butte qui représente 130 000 m3 et dont l’épaisseur varie entre 2 et 9 mètres. Ce volume a été déterminé grâce à des logiciels professionnels par comparaison de plans détaillant la topographie existante du site et le nivellement projeté de la ZAC. Les campagnes de sondages géotechniques et de pollution qui démarrent dans les jours à venir vont s’attacher à cartographier de manière extrêmement précise le contenu de cette butte. Ainsi, avant l’été, Epa Marne et les autres maîtres d’ouvrages publics intervenant sur cette zone pourront mettre en place les procédures d’évacuation des déblais et de dépollution le cas échéant conformes avec la réglementation en vigueur, afin de rendre compatibles ces terrains avec leur future vocation urbaine« , détaille l’aménageur.

« J’ai constaté qu’au fond du practice, une tractopelle avait entamé des travaux, en ayant déjà arraché quelques arbres et remué une dizaine de mètres cubes de terre », témoigne pour sa part Jacques Grenier, co-responsable du groupe EELV local venu sur les lieux ce jeudi matin, dans un courrier envoyé le jour même au rapporteur de l’enquête publique sur une modification du PLU de Villiers qui se tient jusqu’à ce vendredi 24 février et concerne notamment le site, dénonçant une « parodie de concertation » et le « démarrage des travaux » avant la fin de l’enquête.

A lire aussi :

Ancienne déchetterie sur la Zac Marne Europe : inquiétudes et réponses

 

9 commentaires pour Le golf de Villiers-sur-Marne a été expulsé
  • Je permets d’inviter les lecteurs de cet article scandalisés par cette affaire à se rendre sur le site de l’association Codevi (comité de défense de Villiers et de ses habitants ) pour éventuellement signer la pétition/lettre ouverte à Ségolène et Marisol.
    Le lien vers le site est le suivant : www.codevilliers.fr
    Claude LOBRY
    Président du Codevi

  • Je vous invite à rejoindre également ce mouvement de contestation citoyenne en signant et en faisant signer cette pétition.
    Il est inadmissible qu’aucune de nos institutions n’est pas imposée un moratoire sur cette affaire qui fait courir des risques sanitaires majeurs à la population ainsi qu’aux employés de Bricorama et d’Ikea directement impactés et à leurs clients. Il ne faut pas sortir de « saint Cyr » pour deviner le discours d’Epamarne qui se veut rassurant. Je fais parti des témoins riverains qui connaissent bien le secteur pour l’avoir parcouru plusieurs fois dans le cadre de longues promenades « champêtres » dans ce secteur du Val-de-Marne A plusieurs reprises des dépôts de détritus venant de chantiers divers ont régulièrement été déplacés par les services communaux concernés en raison de la place qu’ils prenaient sur le chemin des Boutaraines et des risques sanitaires qu’ils faisaient prendre. La maison abandonnée servait de dépôt probablement à des matériaux peu recommandables. Comme la nature est bien faite , la végétation prenait le dessus et servait d’écran.
    Aujourd’hui l’administration a décidé de jouer aux « trois petits singes »: rien voir, rien dire, rien entendre. Chacune de celles qui ont été contactées, a pris ses responsabilités. Si risque il y a, elle s’en mordra les doigts car il y aura des explications de texte demandées, notamment au préfet et sous-préfet ainsi qu’à madame Pécresse.
    Mais pour le moment présent, l’urgence est dans la signature de cette pétition. Alors « acteur » ou « spectateur » de votre vie ? Personnellement j’ai choisi !

  • Ras le bol des logements sociaux ! Quand tous les habitants des pavillons seront partis, vous ferez comment pour les impôts locaux !

  • Tout cela pour une gare qu’un peu d’intelligence aurait fait construire 1 Km plus loin avec celle existante de Villiers.
    Permettant ainsi des économies considérables et une ouverture concordant avec celle du métro.

    • Ce monsieur a droit à des indemnités d expropriatons est votre commentaire est très bien il reflète assez bien les mafieux que sont tout ces parti. ils n ont que des grandes idées qui ne reflètent pas l intérêt général

  • Emmanuel Peycelon sera-t-il un futur Pierre Florin. Affecté par des promesses non tenues, Pierre est décédé d’une longue maladie huit mois après que celui-ci est créé le collectif « Boutaraines-Dauer-Luats ». En effet, alors qu’à la veille des élections municipales de 2014, Bénisti promettait le projet immobilier connu de tous les riverains depuis plus de 20 ans à la place des serres municipales de la ville situées rue Léon Dauer, celui-ci s’est arrangé pour vendre la parcelle de 6500 m2 environ au prix le plus fort (6,5millions d’euros alors qu’elle en valait 4,3millions d’euros, tout cela hors taxes…) proposé par un promoteur bien connu dans la ville, que son fils Sacha avait « quitté » quelques mois auparavant ? Cette trahison a été mal vécu par tout un quartier qui se serait bien passé de cette épine si ce monsieur avait respecté ses promesses. Aujourd’hui, trois ans après le dépôt du premier recours nos yeux ressemblent à des fusils. Comme cette bande de chats dans le dessin animée « Les Aristochats », nous veillons sur cette parcelle afin que rien ni personne ne bougent.
    Tout cela pour affirmer que de la considération , ce type d’individu n’en a que faire. Ce qui les intéresse ce sont les affaires en faisant de la spéculation sur notre dos , en négligeant les risques sanitaires qu’ils vont faire prendre à tous, et en jurant qu’ils n’y sont pour rien…les fielleux !
    Ce monsieur a beau répéter à qui veut l’entendre qu’il ne touche pas à son salaire de maire qu’il a décidé de redistribuer à la ville….Je ne l’ai pas encore vu aller au « resto du cœur » faire la queue pour remplir son réfrigérateur. A bon entendeur, salut…!

  • Je viens de lire cette article d après la loi c est un acte d expropriation est ce monsieur devrait aller au tribunal pour être indemniser car tout actes d expropriatons doit l être sauf cas,dérogatoires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *