Politique | Accueil Val de Marne (94) Villiers-sur-Marne | 01/03/2017
Réagir Par

Le justaucorps des danseuses de Villiers fait jaser au Conseil municipal

Le justaucorps des danseuses de Villiers fait jaser au Conseil municipal

Beaucoup de sujets auraient pu chauffer le débat lors du conseil municipal de ce 27 février à Villiers-sur-Marne, de l’urbanisme aux finances, mais c’est sur le tutu du club de danse municipal que s’est focalisé la polémique.

A l’occasion des questions diverses, en conclusion du conseil municipal du 27 février à Villiers-sur-Marne, le président du groupe socialiste, Frédéric Massot, s’est ému que les familles dont les enfants prennent des cours de danse au centre municipal d’Arts, se voient proposer, pour des raisons d’uniformité,  d’acheter leurs justaucorps auprès d’une société, Cophil International, dont la cogérante n’est autre que la directrice des affaires culturelles de Villiers-sur-Marne, Cécile Falguier-Philipps. Le bon de commande est proposé d’office, collecté avec les chèques par le service des affaires culturelles, indique l’élu d’opposition, dénonçant un conflit d’intérêt. «Cette situation révèle l’existence d’un cumul d’emplois pourtant proscrit par le droit de la fonction publique. Si les faits sont avérés, ils sont graves et nous les dénonçons avec force, insiste Frédéric Massot dans un communiqué, rappelant au maire « son obligation de saisir le procureur de la République en cas de délit de prise illégale d’intérêts».

«Pendant de nombreuses années, un fournisseur vendait les justaucorps aux parents des danseuses à 24€, jusqu’au jour où il a fait défaut. Mme Falguier-Philipps a pris l’initiative de créer cette société pour arranger les parents des élèves danseurs, elle connaissait la qualité des justaucorps et pouvait bénéficier de prix plus attractif (20€). Mais le plus important, c’est qu’elle ne s’est pas rémunérée sur cette activité qu’elle a exercé en dehors de ses heures de travail à la direction culturelle »,  explique le député-maire, après s’être entretenu avec l’intéressée. Et l’élu d’indiquer que, sur les 800 employés de Villiers-sur-Marne, une centaine exercent une activité en parallèle, sans toujours faire l’objet d’une déclaration, malgré les encouragements de la municipalité sur ce point suite à la loi sur la déontologie des fonctionnaires.

 

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
20 commentaires pour Le justaucorps des danseuses de Villiers fait jaser au Conseil municipal
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi