Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
Politique locale | Vincennes | 03/05
Réagir Par

Législatives : l’UDI défend des candidatures UDI-LR uniques dans la 6e et la 7e

Au vu des résultats du premier tour des élections présidentielles en Val-de-Marne, et des croupières taillées par le mouvement En Marche à droite comme à gauche, présenter des candidatures LR et UDI distinctes dans les circonscriptions où cela était prévu serait suicidaire pour ces deux familles politiques. 

Un constat partagé par les présidents départementaux respectifs de ces deux formations mais qui n’a donné pour l’heure lieu à aucune révision de l’accord national. A près d’un mois du premier tour, la situation reste complètement bloquée dans la sixième, avec deux candidats qui revendiquent leur légitimité, tandis que le duel de premier tour – qualifié de « primaire » – prévu dans la septième risque de conduire à l’élimination des deux prétendants dès le premier tour. C’est dans ce contexte que l’UDI a pris les devants en avançant ses conditions ce mardi 2 mai.

Des conditions qui concernent d’abord la position de ses alliés LR pour le second tour de la présidentielle. « Ces derniers jours, beaucoup se sont fait remarquer par leur silence. Nous souhaitons faire le contraire », a taclé le patron de l’UDI Val-de-Marne à l’occasion d’une conférence de presse, s’alarmant du « scénario inacceptable » qui donnerait la victoire de Marine Le Pen et rappelant la position de l’UDI qui invite « sans état d’âme ni ambiguïté à voter Macron » et s’indignant des positions de certains élus LR comme Laurent Wauquiez qui rechigne à appeler au vote Macron, « Je souhaite que Christian Cambon s’exprime clairement sur la question« , défie le maire de Vincennes. « J’ai déjà indiqué ma position qui est celle du bureau national de LR, laquelle est très claire », réagit à ce sujet Christian Cambon, sénateur-maire de Saint-Maurice et président de LR Val-de-Marne.

L’UDI 94 réclame également un accord qui lui face une place dans le département. « Nous avons toujours prôné l’union dans le Val-de-Marne mais une union ne s’impose pas, elle se discute. Pour l’instant, les conditions en sont pas réunies« , reprend Laurent Lafon.

Concrètement, le parti vise la 6e et la 7e. Dans la 6e (Saint-Mandé, Fontenay, Vincennes), il s’agit de sortir de l’imbroglio qui fait que Gildas Lecoq, conseiller UDI et leader de l’opposition municipale de droite à Fontenay, et Patrick Beaudouin, maire LR de Saint-Mandé, se déclarent tous deux candidats et légitimes. (Pour rappel, l’accord national prévoit la candidature de Patrick Beaudoin mais un codicille prévoit une clause de revoyure après la présidentielle, un sondage non rendu public a même été organisé pour aide à la décision) « C’est à droite qu’il faut aller rechercher les voix de Macron dans cette circonscription. Ce-sont les bureaux qui votent le plus à droite qui ont donné leur meilleur score au candidat En Marche. Nous ne pourrons pas aller chercher ces voix avec un candidat qui est associé à François Fillon« , défend Laurent Lafon. « Nous risquons d’être éliminés tous les deux dès les premier tour« , calcule Gildas Lecoq, tout en se disant déterminé à faire campagne pour atteindre ses 12,5% des inscrits.

Dans la 7e, un deal avait été conclu pour faire partir deux candidats concurrents qui se départageraient au premier tour mais les résultats de la présidentielle rendent cette hypothèse dangereuse, voire carrément suicidaire si FI et PCF finissent pas accorder leurs violons. « Dans la septième aussi, l’élection va se jouer au centre et à Fresnes, où Jean-Jacques Bridey, bien que Macroniste de la première hueure, montre tout l’inverse de ce que prône En Marche dans sa ville », insiste Bernard Quéau, candidat UDI et conseiller d’opposition à Fresnes, alors que Macron a réalisé près de 30% dans la circonscription, contre seulement 18% pour François Fillon.

Qui va trancher ? « Ce-sont les états majors nationaux », répond Christian Cambon.

Au niveau national, le patron de l’UDI 94 considère également que les grands mouvements fourre-tout, à droite comme à gauche, ont vécu, et plaide pour un parti de droite-centre droite qui s’affranchisse de l’aile Ciotti-Wauquiez-Morano de LR, considérant « qu’à force de vouloir réunir toute le monde », on finit par aboutir à un « grand machin illisible ».

« Il peut y avoir des différences d’appréciation mais il va se passer beaucoup de choses dans les semaines qui vont venir et pour l’instant LR a une position commune. Nous nous battons tous ensemble et restons unis, ce qui est notre garantie et notre meilleure espérance pour s’en sortir au moment des législatives« , considère pour sa part Christian Cambon.

Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
17 commentaires pour Législatives : l’UDI défend des candidatures UDI-LR uniques dans la 6e et la 7e
  • Bon nombre de « filloniste » n’ont que faire des commentaires de Lafon !

    Pour les amnésiques il s’est venté de voter Hollande !

    L’ordre hérité de l’UDF s’est effondré avec d’un côté Cambon, et Benisti LR puis de l’autre Lafon UDI et Jegou, Dousset et Barnaud MODEM mais il ne trouve pas de projection dans l’ordre idéologique.

    • Non pas du tout, c’est un mensonge : Laurent Lafon a systématiquement affirmé avoir voté pour Nicolas Sarkozy lors du second tour en 2007 et en 2012.

      • M. Lafon du nouveau centre dans un courrier adressé aux élus centristes du Val-de-Marne indique selon la presse son choix personnel de voter pour François Bayrou, après le ralliement d’Hervé Morin (Président Nouveau Centre) à Nicolas Sarkozy. Il indique voter M. Sarkozy au second tour alors que Bayrou reste dans sa logique à savoir Hollande.

  • Au marécage Fresnois, le patron de l’UDI 94 vient d’y ajouter de la vase s’il connaissait la réelle activité UDI de Fresnes (2 membres) dont le silence ASSOURDISSANT et l’opposition INEXISTANTE durent depuis de trop longues années, tétanisé(e)s qu’ils sont par notre député maire !
    De plus en invitant « sans état d’âme ni ambiguïté à voter Macron », on se demande bien pourquoi M. Lafon n’appelle pas non plus à voter pour M. Bridey, vif supporter de M. Macron.!!
    La Grenouille verte appelle M. Lafon à plus de cohérence en lui demandant de se rallier au représentant des LR, M. Vincent Jeanbrun, vraie opposition dans la 7ème circonscription !

  • Que d’ambition ! visiblement leurs activités sur st mandé ou vincennes permet d’avoir du temps pour un autre mandat ? idem du coté ps et de mme abeille.Place aux jeunes !

  • Et pourquoi L Lafon si actif pour pousser G Lecoq à se présenter, ne se présenterait-il pas lui même?
    Peur de l’échec? ce serait pourtant un bon test de popularité car jusqu’à présent à part être sur une liste il n’a jamais (ou presque ) été élu sur son nom seul. (pour rappel, une conseiller municipal est élu au sein d’une liste puis est éventuellement élu Maire par les membres d’un conseil municipal).
    Entre les ambitions de l’UDI sur la circonscription et l’entètement de Mr Beaudouin à vouloir récupérer un siège perdu lamentablement en 2012, un candidat « macroniste » mettra tout le monde d’accord!
    PS: Gildas, il faut mettre de la crème avant de s’exposer aux premiers rayons du soleil (lol)

  • Mais pourquoi les UDI font-ils la guerre aux LR?
    Depuis de nombreuses années, il y avait un accord dans la circonscription entre les trois villes . de sorte que les habitants des trois villes soient défendus dans l’équilibre.
    Fontenay sous BOis aux commmunistes
    Vincennes aux UDI anciennement UDF
    Saint Mandé aux LR anciennement UMP / UDR / RPR
    ALors pourquoi rompre ces équilibres qui ont si bien fonctionné?
    Le Maire de Saint Mandé a perdu en 2012 mais son poste doit lui revenir, d’autant qu »il a fait un très bon travail de député lors de ses deux autres mandats et est très professionnel.
    Ila notamment sauvé l’hopital de Bégin grâce à son travail avec ses collègues députés et sénateurs.
    ALors pourquoi changer une équipe qui gagne?
    Nous devons soutenir le candidat LR pour notre circonscription 9406 . Lui seul peut défendre nos intérêts!

  • DEBOUT LES FRESNOIS DLF !!! says:

    la grenouille a mis un genou à terre…c’est donc une genouille !

    Bernard Queau n’a aucune chance face à Bridey, il lui cire les pompes en conseil municipal depuis 2014 !

    Alors que la dette ne baisse pas, les logements sociaux continuent de pousser comme des champignons, la voirie est défoncée, les équipements publics sont délabrés, le centre-ville abandonné, le quartier nord laissé aux mains de radicaux religieux, ça part en quenouille et cerise sur le gateau Bridey ose soutenir Macron alors qu’il est l’anti-thèse de Macron !

    Macron le sait…s’il était maire de Fresnes il aurait embelli la ville et privatiser les services jardinage et de la propreté urbaine depuis belle lurette !

    Debout les indignés !!

    Le 18 juin Bridey de nouveau député, avec la complicité des socialistes locaux et d’une UDI trop connivente !

    • quel mépris quelle bassesse quel dédain , pour les femmes les enfants les papas les mères seules accusés de proliférer dans des logements sociaux qui poussent comme des champignons Au vu du commentaire cette « populace  » serait facteur de dettes du délabrement du centre ville tout cela pour soutenir l’image affichée du candidat MACRON
      Mais au moins la méthode est dévoilée assujettir l’entretien des jardins et des espaces municipaux aux les marchés privés serait la priorité pour FRESNES . La propreté urbaine terme oh combien révélateur et insidieux devrait cacher cette misère humaine

      des pots de fleurs des arbustes pour décorer ne remplaceront pas les classes fermées ou surchargées , les instits en maladie ou en dépression , les postiers partis en retraites et non remplacés quand ce n’est pas le bureau local qui ferme « , le médecin de famille qui s’en va pour partir lui aussi en retraite , les bus supprimés pour réduction de crédits régionaux par la Présidence PECRESSE , les trains retardés sur la ligne B pour engorgement de Traffic , l’épicerie du coin qui elle aussi ferme parce que le gérant est pris à la gorge par ses remboursements de crédits enfin toutes ces choses qui elles font la vie à FRESNES

  • Quelle mauvaise foi que celle de Laurent Lafon et Gildas Lecoq qui fustigent la présumée attitude des électeurs qui auraient donné leurs voix de Macron dans la 6e circonscription., soulignant – je cite – « ce-sont les bureaux qui votent le plus à droite qui ont donné leur meilleur score au candidat En Marche. Nous ne pourrons pas aller chercher ces voix avec un candidat qui est associé à François Fillon« affirme Laurent Lafon.
    A-t-il oublié sa totale absence à soutenir le candidat de la Droite et du Centre tout au long de la campagne, imposant à ses proches d’en faire autant !!!!????? Parions que si MM. Lafon et Lecoq s’étaient mobilisés, le résultat aurait été sensiblement différent !!!
    A la vérité, M. Lafon est trop préoccupé à préparer les prochaines municipales de 2020 qu’il préfèrera gagner avec le soutien des macronistes après s’être débarrassé des Républicains dont il supporte de plus en plus mal la présence au sein du conseil municipal vincennois !!!!!!
    Finalement rien de véritablement surprenant quand on se souvient que l’un des mentors politiques de Larent Lafon n’est autre qu’un certain … François Bayrou !!!!!!!!!!!!!!!!!

  • J’invite la voix du peuple pour changer cette baronnie centriste Val de Marnaise qui n’a de démocrate que le nom.

  • Je réponds à lolo,

    Je connais bien l’histoire et je suis loin de confondre le Front Populaire qui a tant apporté aux classes populaires de notre pays avec ce que vous appelez « front bling bling »( je n’en fais certainement pas partie). Mais après le Front Populaire, que s’est-il passé. A peine avoir, une fois, engrangé les fruits du Front quels sont les régimes qui ont pris place chez nous tout comme chez notre voisin et partenaire? C’est à ce niveau que je tire la sonnette d’alarme. Le débat d’hier soir me confirme d’ailleurs dans ma position. En l’état actuel, la France doit-elle courir le risque d’être conduite par les idées de division et d’exclusion empreintes de tâtonnements ou d’imprécisions si criardes sur le plan économique? Non et mille fois non! Je préfère – et de loin – accorder ma confiance à celui qui me semble plus crédible et moins aventureux tout en souhaitant qu’il soit attentif et prêt à mieux faire au profit des catégories défavorisées. Et l’honneur de la France dans le monde est aujourd’hui en jeu. Ne l’oublions pas. Merci

    I.E

    Le Jeudi 4 mai 2017 9h55, 94Citoyens (commentaires) a écrit :

  • En ces heures nous gens ordinaires , sommes priés par une avalanche de « républicains » dont on ignorait jusque-là qu’ils l’étaient, de « faire barrage ». Lourde tâche, faut jouer le béton. Donc on nous commande de choisir entre « l’extrême droite et l’extrême finance ». Avouez que la supplique à considérer le vote Macron –donc Wall Street- comme un geste de « gauche » n’est pas une évidence pour qui n’est pas Alain Minc. Il faut réfléchir.
    Regardons quelques tristes chiffres : le 23 avril 7,6 millions de citoyens français ont mis d’ans l’urne un bulletin brun. Un record. En 2002, au premier tour contre Chirac, il avait déjà récolté l’incroyable moisson de 4,8 millions de « patriotes ». Presque 3 millions d’électeurs en plus en quinze ans !
    Dans notre malheur nous avons de la chance. Pendant que les politiciens au pouvoir depuis longtemps poussaient le char des dérèglementations et du libéralisme, nos universitaires et experts en sciences sociales ou économiques ont fait leur travail. Les causes du développement du vote FN sont là, contenues dans leurs rapports, leurs thèses et leurs livres.
    . Les cartes du vote FN et celle du non emploi de longue durée se superposent comme des calques. Produire un drame n’est pas difficile, la recette est imparable : délocalisation, désindustrialisation, chômage, pauvreté et donc montée du FN. La mécanique d’un loto perdant.
    les ordonnances prévues pour juillet prochain, ne vont dans le bon sens. Le lendemain de la petite victoire du 27, et du pot de la « Rotonde », la hausse de 10 % du cours des multinationales nous indique que la mondialisation a voté pour frère Emmanuel.
    Pas besoin d’être un chômeur en fin de droit pour être pauvre. De plus en plus de ces malheureux, à sec le 10 du mois, travaillent, et ceux-là ajoutent le désespoir au désespoir. du FN.
    En effet, « Il y a, en France, près de 9 millions de personnes vivant sous le seuil de pauvreté. Un million de plus qu’il y a dix ans 4 ». Ce million de voix que le FN a gagné en cinq ans. Quand ces chômeurs ou « travailleurs pauvres » votent encore, c’est le plus souvent un bulletin FN
    Le néolibéralisme a des visages multiples, mais Pascal Lamy, l’ancien patron de l’OMC, le résume très bien. Le visage du libéralisme, c’est le sien : « Le principe de réalité c’est l’économie, le principe de plaisir, c’est la politique

    . Fermez le ban ? Non, notre homme sûr de sa puissance n’a peur de rien et en rajoute : « le capitalisme sous cette forme est douloureux parce qu’efficient, et efficient parce que douloureux ». L’avenir sera donc celui de la pauvreté et d’une double violence, celle de la misère et de l’injustice. Or dans l’entourage d’Emmanuel Macron certains rêvent que ce faux Lamy devienne son premier ministre. Purges et saignées prises pendant l’été pour « réformer » le code du travail ne seront que de premiers missiles de cette idéologie guerrière et antidémocratique.
    Nous l’avons dit et ce n’est plus original, l’Europe est également une pourvoyeuse de vote FN. Invention américaine, portée par Jean
    Monnet qui ne comptait que des amis à la CIA et à Washington, et par Robert Schuman (qui fut ministre de Pétain après lui avoir voté les pleins pouvoirs), cette Europe ne s’est jamais libérée de sa curatelle américaine. Les sceptiques pourront se convaincre en lisant « Aux origines du carcan européen » de l’historienne Annie Lacroix-Riz (Editions Delga). Inutile de rêver. La « belle idée » Europe n’existe qu’au moment de l’exécution de son hymne, « à la joie ». La ligne générale, historique et continue de Bruxelles est claire : « mondialisez-vous ».
    Emmanuel Macron sait tout cela, il est conscient et prépare déjà les paroles de sa capitulation devant Merkel et les fantômes de Washington : « d’abord je ne suis pas face à Berlin, je suis avec Berlin. Qu’on le veuille ou non. Parce que notre destin est là. Nous avons des différences. Nous aurons des désaccords. Mais je ne vais pas dire aujourd’hui aux Françaises et aux Français que je vais défendre leurs intérêts face à Berlin. Non.
    Puisque les pauvres sont nombreux, le mépris social est devenu une pratique ordinaire, celle que l’on voit dans les films de Ken Loach. Emmaüs mesure cela aussi : « les membres de ce tiers en lutte quotidienne s’épuisent de ne pas être entendus, d’être moqués, insultés, stigmatisés 20 ». Par petites pointes la plupart des medias, une grande partie des intellectuels et le monde politique ont abandonné le peuple, le monde ouvrier. Puis ils en sont venus progressivement à les mépriser, le fameux « esprit Canal » prémisse des « sans dents » avec ses Deschiens a fait son œuvre. A partir de là tout est permis. Il suffit d’ouvrir Le Monde pour s’en rendre compte. Voilà comment le journal analyse le second tour de la présidentielle… Résumons par l’image donnée par la feuille vespérale au lendemain du 23 avril. Que vivons nous ? « monde fermé contre la société ouverte 21 » titrent les journalistes de Niel Bergé et Pigasse (soutiens de Macron). Société ouverte ? Ouverte comme une porte de chez Whirpool ? La suite, celle du mépris, est connue… les salariées de Gad traitées « d’illettrées », les jeunes de banlieue associés à des dealers : « Allez à Stains [Seine-Saint-Denis] expliquer aux jeunes qui font chauffeur Uber qu’il vaut mieux ça qu’aller tenir les murs ou dealer 22».
    Vous l’aurez compris il nous semble incohérent de faire barrage à Marine Le Pen en votant Emmanuel Macron. Impossible de dire « oui » à ce qui fait fructifier le FN depuis 20 ans. Impossible de glisser dans l’urne le nom d’un candidat qui va le faire progresser plus encore et conduire la fille du parachutiste au pouvoir en 2022. Pour lutter contre le racisme (le mal) il faut lutter contre les causes : la pauvreté, le rejet, la stigmatisation. En utopistes lucides, et fatigués d’être bernés à force d’avoir été trop souvent « utiles » à l’instant de l’urne, notre objectif est de faire baisser le vote d’extrême droite, de le voir s’en retourner à ces temps où « Jean-Marie » s’affichait avec l’œil en bandeau sur de petites affiches que le monde ignorait.
    Pour ceux qui se sentent plus à l’aise avec la philosophie qu’avec les sciences sociales, et qui nous proposent de voter Macron « avec des gants » ou encore « avec un tisonnier s’il le faut »,
    voici une brève citation d’Hannah Arendt, les mots du courage et de la morale (pour employer un mot disparu), elle tombe à pic : « Politiquement, la faiblesse de l’argument du moindre mal a toujours été que ceux qui choisissent le moindre mal oublient très vite qu’ils ont choisi le mal

  • « L’UDI défend des candidatures unique UDI/LR dans la 6ème et la 7ème ». A la bonne heure 🙂 🙂
    Mais alors, comment font-ils dans la 8ème ? : L’adjoint au maire WOESSMER (UDI) fait campagne ouvertement et s’affiche aux côtés d’En Marche ET lors de la Présidentielle ET idem pour les législatives !
    Les selfies pleuvent sur la page facebook En Marche 94… Pas sérieux tout ça et quelle cacophonie au niveau local.
    Cambon continue gentillement d’avaler les couleuvres du Maire de Vincennes.
    L’enjeu : les sénatoriales pour lesquelles tout ce petit monde place ses pions…sur le dos des habitants.

  • Politiciens ! Jouez franc-jeu. Nous avons un Président qui appelle à lui tous les progressistes ! LREM est progressiste. L’UDI est très largement progressiste ,à l’image de son président JC Lagarde qui veut aggraver la coercition des lois collectivistes SRU sur le Logement social. Qu’est-ce qui justifie dans une même circonscription un candidat LREM et un candidat UDI ? Même chose pour les candidats LR qui se disent progressiste. Quant aux candidats LR conservateurs pour autant qu’il y en aient qui osent cette catégorisation, candidatez ! Ne laissez pas l’électorat conservateur, et libéral (au sens de libertés publiques et locales, mises à mal par les progressistes) ne laissez pas cet électorat avoir pour seul moyen d’expression d’opposition,le vote FN, comme lors de la finale présidentielle ! Ne pas choisir entre progressisme avec le Gouvernement et conservatisme pour une véritable Opposition, c’est ester dans le marécage de l’indécision. Cela n’a pas porté chance à l’UMP qui s’est déchirée sur la désignation de ses leaders durant tout le quinquennat, sans réussir à porter l’alternance au pouvoir. S’agissant des libertés publiques, des libertés locales, bref du libéralisme intégral, il est en conflit avec le Progressisme car celui-ci use des moyens de coercition de l’Etat : fiscalité, subvention et Code pénal, pour « changer » la Société. Ce qu’un libéral authentique n’admettra jamais. Le but du conservateur est de conserver à la Société civile ses traditions et le libre choix de les faire évoluer. Il y a donc une affinité réelle entre Conservatisme et Libéralisme. Celui-ci peut être cosmopolite ou national. Dans ce dernier cas il défend au moins autant sinon plus la Liberté des natifs par rapport aux libertés des migrants. Celle-ci pouvant s’exercer aussi dans leur pays d’origine, dont ils restent citoyens, donc pourvus de droits. Il serait très étonnant que les communes bourgeoises renouvellent leur votes pour des inconnus de LREM, sauf sacrifier leurs intérêts patrimoniaux. Mais cela reste possible avec l’aliénation médiatique du Peuple français. La Presse audiovisuelle n’étant ni libre, ni pluraliste, ni indépendante. Elle est filtrée politiquement par une instance, le CSA, nommée par les dirigeants de l’Etat. Heureusement cette Presse-menteuse, non professionnelle, et partisane – car progressiste – a moins de poids dans des élections de proximité, ou le lien entre le citoyen et le candidat député peut contourner cette Presse vendue (je parle de l’Audiovisuel). Pour une seule Radio d’Opposition – Radio Courtoisie – dont la diffusion est freinée par le CSA, combien de RMC , de BFM, de RTL de France Inter, de France Infaux, de France2 toutes plus macroniennes les unes que les autres. Notre Président actuel a été élu par un Peuple privé de ses libertés publiques – Art. 34 de notre Constitution. L’agent de cette fraude aux libertés publiques a été le CSA. Pour voter librement pour une Opposition utile, remplacer votre radio, votre TV par la Presse de réinformlation. Essayez Atlantico, Causeur, TV Libertés, Radio Courtoisie. Moins d’audience ? Mais plus de confiance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *