Politique locale | Val de Marne | 26/02/2017
Réagir Par

Législatives 2017 en Val-de-Marne : l’alliance Jadot-Hamon ne résoud pas tout

Législatives 2017 en Val-de-Marne : l’alliance Jadot-Hamon ne résoud pas tout

Le Conseil fédéral du PS Val-de-Marne, qui s’est réuni samedi,  a pris acte du désistement de Yannick Jadot, vainqueur de la primaire écologiste, au bénéfice du candidat officiel du PS, Benoit Hamon.

Si le PS local s’est  « félicité » de ce rassemblement,  il l’a assorti de demandes à la direction nationale, qui a la main sur les investitures dans plusieurs circonscriptions du département, lui demandant notamment « la déclinaison de l’accord PS-EELV au niveau de la 6ème circonscription au travers d’un ticket EELV titulaire – PS suppléant, et le soutien sans participation d’EELV à deux candidats socialistes, dont une circonscription sortante au minimum« , ceci alors que l’accord national stipule un soutien aux députés écologistes sortants. Une proposition val-de-marnaise que n’a pas souhaité commenter à ce stade la députée sortante EELV Laurence Abeille. Cette dernière avait choisi un suppléant de la société civile lors de sa déclaration de candidature, alors qu’à l’époque le PS avait aussi investi ses propres candidats dans la circonscription. L’affaire n’est donc pas si simple, d’autant que le Front de Gauche pourrait aussi être intéressé par un ticket de ce type.

Du côté du PS de Fontenay, pas question de lâcher, et l’accord national invitant au soutien des dix députés EELV sortants sans contrepartie est considéré comme « inacceptable« . « Investis en décembre dernier, par les adhérents des sections de Fontenay, Saint Mandé et Vincennes, nous sommes conscients comme la majorité d’entre eux, qu’une menace d’un retour de  la droite affairiste  et de l’arrivée de  l’extrême droite, rend nécessaire la recherche d’un rassemblement à gauche. Pour autant, et alors que nous sommes déjà confrontés à un réel problème de cohérence programmatique, qu’il nous est demandé de soutenir une élue qui a critiqué fortement la politique gouvernementale et le Parti Socialiste,  ce rassemblement doit-il se faire à n’importe quel prix ? Sans aucune concertation avec les instances départementales et locales du parti ? Sans aucune  contreparties ? La candidate Europe Ecologie les Verts peut-elle s’affranchir de prendre un suppléant socialiste ? Europe Ecologie les Verts n’a-t-il aucune obligation de réciprocité vis-à-vis des députés socialistes sortants du Val de Marne ? Alors que nous avons l’injonction de faire place nette sur la 6 eme circonscription, le maintien de candidatures EELV face à ces députés socialistes fait en effet  peser une menace pour leur  réélection », motivent Patrice Bédouret et Hugo Conzelmann, respectivement candidat et suppléant PS de la circo.

A lire : Laurence Abeille joue le rassemblement No logo à Fontenay – Saint-Mandé – Vincennes

Le PS Val-de-Marne a également réclamé au siège le « dégel » des circonscriptions 2 (celle Laurent Cathala qui ne se représente pas et qui est fort convoitée), 3 (celle du député sortant PRG Roger-Schwartzenberg qui ne se représente pas) et la 10 (celle du député sortant MRC Jean-Luc Laurent candidat à sa réélection). Précisément, le PS 94 demande le soutien au ticket Jean-Luc Laurent (MRC) comme titulaire avec Sandrine Bernard (PS) comme suppléante, comme en 2012. et il demande que le retrait de Roger-Gérard Schwartzenberg soit l’occasion de positionner cette fois un titulaire PS.

Afin d’éviter trop d’atermoiements, le PS 94 demande aussi l’autorisation d’organiser au plus vite un calendrier de désignation des candidats dans les 2ème et 3ème circonscriptions. Au-delà de ce premiers points, le parti rappelle sa volonté de respecter l’objectif de parité et de « favoriser l’union jusqu’au dernier moment avec d’autres partenaires de la gauche et des écologistes ».

J-J Bridey sur la sellette

Alors que le député-maire PS sortant de Fresnes, Jean-Jacques Bridey, candidat et réinvesti à sa réélection, milite plus que jamais pour Emmanuel Macron, le parti réclame en outre « la clarification vis-à-vis des candidats ou militants socialistes qui feraient campagne pour un autre candidat que Benoit Hamon« .  Voilà qui pourrait donner lieu à une nouvelle charrette, après celle occasionnée par les départementales à L’Haÿ-les-Roses.

Sénatoriales  : trancher avant l’été et sauver les meubles

Dans ses demandes au national, le PS du Val-de-Marne réclame enfin que l’appel à candidature pour les sénatoriales s’effectue avant les élections législatives, et que le processus de désignation se tienne avant l’été, avec comme principe « l’affirmation de la volonté d’une liste d’union de toute la gauche et des écologistes », « permettant de sauvegarder le maximum de sièges, dont le siège socialiste.«

Abonnez-vous pour pouvoir télécharger l'article au format PDF
5 commentaires pour Législatives 2017 en Val-de-Marne : l’alliance Jadot-Hamon ne résoud pas tout
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi