Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
Politique locale | Ivry-sur-Seine | 30/03/2017
Réagir Par

Législatives à Ivry-sur-Seine : embouteillage de candidatures à gauche

Publicité

On va se compter ce jeudi 30 mars à Ivry-sur-Seine.  D'un côté, Mehdy Belabbas, candidat EELV, lance sa campagne à l'espace Robespierre. De l'autre, Pascal Savoldelli inaugure son local de campagne, l'Atelier, place Parmentier.

Le candidat écologiste, 2e maire adjoint d’Ivry en charge des finances, entend bien peser dans la campagne, et veut offrir « une respiration« , en contribuant au renouvellement des personnalités politiques.  Si l’élu, déjà en lice en 2012, n’avait fait que 6,5% des voix dans cette dixième circonscription qui regroupe Ivry-sur-Seine, Le Kremlin-Bicêtre, Gentilly Est et Vitry-sur-Seine Nord, loin derrière le député élu, Jean-Luc Laurent (MRC soutenu par le PS) qui avait réalisé 33,3% et le député sortant de l’époque, Pierre Gosnat (PCF), lequel avait obtenu 30,28%, les données ont largement évolué depuis 2012. Certes, les écologistes n’ont pas renversé la table lors des scrutins suivants, mais la vague rose qui avait dopé la candidature de J-L Laurent et sa suppléante PS Sandrine Bernard a reflué. Du côté du Front de Gauche surtout, la division est totale avec d’un côté le candidat PCF Pascal Savoldelli, vice-président du Conseil départemental, de l’autre une candidate de la France insoumise, Mathilde Panot, en binôme avec un conseiller délégué ivryen, Mourad Tagzout. Deux candidats qui tractent actuellement chacun de leur côté pour le même Jean-Luc Mélenchon.

Comment se répartiront les électeurs de ce dernier aux législatives ? Là est la grande question. Le PCF peut s’appuyer sur son fort ancrage local et municipal et la France insoumise sur la dynamique Mélenchon, en plus de campagnes actives sur le terrain et bien déclinées en groupes locaux des deux côtés. Dans tous cas, la voie est étroite pour les écologistes, d’autant qu’il n’y aura probablement que de la place pour deux candidats au second tour, la qualification d’un troisième nécessitant de disposer au moins de 12,5% des inscrits. Même si la droite n’est pas très forte dans cette circonscription, où elle n’a du reste pas encore désigné de candidat, non plus que le FN, il n’est pas à exclure que l’un ou l’autre ne profite de la division des voix pour se faufiler en deuxième position.

Le candidat EELV a néanmoins ses propres cartes à jouer, sur des questions clivantes comme la reconstruction de l’usine d’incinération d’Ivry par exemple, sujet sur lequel les écologistes se sont résolument positionnés contre, sur le plan local mais aussi régional et national. A l’instar de Mathilde Panot, 28 ans, Mehdy Belabbas, 38 ans, entend aussi incarner une nouvelle génération. « Certains candidats ont été élus sans discontinuer. Moi je n’ai qu’un seul mandat et je travaille comme éducateur en Seine-Saint-Denis les deux-tiers de mon temps« , indique l’élu ivryen.

 

 

Concernant la candidature de Jean-Luc Laurent, le soutien officiel du PS, demandé au niveau local, n’est pas encore non plus acté officiellement au niveau national. Et si l’alliance ne se faisait pas, un autre candidat de gauche, en plus d’un PS, surgirait dans l’arène, en la présence de Bernard Chappellier, maire-adjoint UDE du Kremlin-Bicêtre. Une autre inconnue est celle du score du mouvement En marche qui prévoit des candidatures partout et envisage d’en égrener les noms jusqu’après l’élection présidentielle. Pour l’heure, aucun nom n’a émergé, les candidatures étant gérées de manière centralisée.

Reste ensuite la question du désistement républicain ou non au deuxième tour. En 2012, Pierre Gosnat s’est désisté au profit de Jean-Luc Laurent. Une tradition dont s’affranchirait l’écologiste. EELV l’a du reste déjà démontré lors des cantonales de 2011, quitte à se retrouver exclus de l’exécutif du Conseil départemental jusqu’au scrutin de 2015. Sur ce sujet, PCF comme MRC rappellent qu’ils ont toujours respecté cette pratique. Du côté des Insoumis, la consigne viendra du national mais Mathilde Panot indique que s’il n’y a pas de risque à gauche, « le meilleur moyen de combattre l’extrême-droite est d’avoir un projet cohérent et clair » et pas forcément de se désister.

Ce jeudi 30 mars
Lancement de la campagne de Mehdy Belabbas à 19 heures 30 à l’Espace Robespierre,
Inauguration du local de campagne de Pascal Savoldelli à 19 heures à l’Atelier, place Parmentier

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
7 commentaires pour Législatives à Ivry-sur-Seine : embouteillage de candidatures à gauche
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi