Législative 2017 en Val-de-Marne : découvrez vos candidats
Politique locale | Val de Marne | 11/05
Réagir Par

Législatives en Val-de-Marne : qui sont les 8 candidats En Marche

(Mise à jour du 17 mai, dernière investiture confirmée dans la 4eMise à jour du 16 mai : 2 nouvelles investitures en 2e et 9e) Un conseiller ministériel, une chercheuse, un député, une avocate, un consultant, une cheffe de projet digital, un financier, une consultante en immobilier, voilà les professions des huit candidats investis ce jeudi par En Marche dans le Val-de-Marne. Explications et portraits.

C’est en milieu d’après-midi ce jeudi que Richard Ferrand, secrétaire du mouvement politique En Marche, a dévoilé la liste des 428 premiers candidats aux législatives déjà investis par le parti du président. Dans le Val-de-Marne, seulement 8 candidats ont été investis pour l’instant (sur un total de 11 circonscriptions, voir carte ci-dessous). La Commission nationale d’investiture d’En Marche, présidée par Jean-Paul Delevoye, a du analyser 19 000 dossiers de candidature déposés sur la plate-forme EM depuis le 19 janvier, sans compter les quelques milliers arrivés ces derniers jours. Des dossiers majoritairement masculins (71%). « Un travail de titan« , a évoqué le secrétaire général pour témoigner de ce tri qui a démarré par un travail de pré-sélection basé sur le CV et la disponibilité réelle, suivi de « 1700 entretiens téléphoniques ou physiques conduits par 10 personnes composés de salariés et bénévoles du mouvement. » Ces entretiens étaient évalués sur 3 critères (connaissance du programme et capacité à l’expliquer, empathie, personnalité et capacité opérationnelle) donnant lieu à une note sur 10. La liste respecte cinq critères, a détaillé le secrétaire général : le  renouvellement (52% des candidats n’ont jamais exercé de mandat électif), la parité (214 femmes, 214 hommes investis à ce jour), la probité (déclaration d’aucune peine d’inéligibilité dans le passé et casier judiciaire vierge), la pluralité politique et la demande de cohérence concernant les futures positions au sein du parlement. 93% des candidats investis sont en activité professionnelle, 2% sont en recherche d’emploi, 4% sont retraités et 1% sont étudiants. La moyenne d’âge des candidats est de 46 ans contre 60 ans en moyenne à l’Assemblée nationale. Les 428 candidats investis sont âgés de 24 à 72 ans. Ils se retrouveront à un séminaire de travail au musée du Quai Branly ce samedi 13 mai. Concernant le cas Manuel Valls, il ne sera pas investi car il ne correspond pas aux critères (déjà trois mandats de député) mais EM n’investira pas de candidat opposant.

Le mouvement n’a pour l’heure pas encore investi de députés sortants d’une autre couleur politique mais laissé entendre qu’il restait une marge de négociation sur ce point, d’ici la semaine prochaine. La date limite de dépôt des candidatures pour les législatives des 11 et 18 juin se tient le vendredi 19 mai.

Qui sont les huit candidats du Val-de-Marne ?

1ère (#circo9401 : Bonneuil-sur-Marne, Champigny-sur-Marne Ouest, Créteil Nord, Saint-Maur-des-Fossés)
Frédéric Descrozaille, consultant, 50 ans, Bry-sur-Marne
« Il y a eu trois étapes dans mon parcours politique », raconte le candidat. C’est d’abord le visage de Jean-Marie Le Pen qui s’affiche sur les écrans le soir du 21 avril 2002 : « une véritable déflagration« . Frédéric Descrozaille s’engage alors au PS pendant un an, et défend une motion qui fait 5%, en travaillant sur sa spécialité professionnelle, les questions d’alimentation et d’agriculture. « J’ai quitté le PS lorsque j’ai réalisé que le contenu des motions importait peu et tout était une question d’écurie. J’ai rejoint l’équipe de campagne de François Bayrou en 2007, à laquelle j’ai modestement contribué, toujours sur les questions agricoles, et étais présent sur liste aux municipales de 2008 dans le 93. » Le consultant fait aussi un passage rapide chez Nouvelle Donne. « Il y a eu un malentendu colossal à la naissance de ce mouvement, entre ceux qui venaient pour soutenir Pierre Larrouturou et ceux qui souhaitaient une nouvelle façon de fonctionner, mais j’ai découvert à cette époque à quel point le pays était assoiffé de renouvellement de la politique, de ses personnages et de ses formations. Emmanuel Macron l’a compris et a su l’incarner, je l’ai rejoint assez tôt, d’abord au sein d’un groupe thématique, toujours sur les questions agricoles et alimentaires, j’ai également rejoint le comité local de Bry-sur-Marne, ville où je réside. »

2ème (#circo9402 : Choisy-le-Roi, Créteil Ouest et Sud, Orly)
Pas de candidat pour l’instant — Voir article « Législatives : En Marche se ménage des pactes de non-agression en Val-de-Marne ».

3ème (#circo9403 : Ablon sur Seine, Villeneuve le Roi, Villeneuve Saint Georges, Valenton, Villecresnes, Mandres-les-Roses, Marolles-en-Brie, Périgny-sur-Yerres, Santeny, Boissy-Saint-Léger, Limeil Brévannes)
Laurent Saint-Martin, spécialiste du financement des entreprises, 32 ans, Paris

« J’ai rejoint En Marche depuis sa création et été l’un des premiers référents, dès juin 2016. J’ai été au PS quelques années, de 2009 à 2012, mais en tant que simple adhérent, EM est le premier parti au sein duquel je m’investis car il représente ce que j’attendais de la politique, et son projet correspond à mes convictions de social-démocrate, centre-gauche. Il fallait simplement une personnalité capable d’incarner ce positionnement au-delà des clivages, avec un sens de la pédagogie, du  combat politique, et une capacité à construire un programme en association avec les citoyens. »
Comment faire campagne, n’est-ce pas un problème d’habiter à Paris ? « J’ai l’intention de déménager dans le Val-de-Marne, cela me semble essentiel. Je souhaite aller écouter la colère des habitants et faire une campagne concrète  pour expliquer le programme. Je n’ai aucun doute sur la mobilisation. Je souhaite une campagne de terrain avec du porte à porte tous les jours dans la majorité des grandes villes de la circonscription. Je ne ferai pas de campagne hors-sol avec des fausses visites d’usine pour parler de manière abstraite et jouer sur les peurs. »


4ème (#circo9404 : Villiers-sur-Marne, Le Plessis-Trévise, Chennevières-sur-Marne, Ormesson-sur-Marne, Noiseau, La Queue en Brie, Sucy-en-Brie)
Pas de candidat pour l’instant, cette circonscription pourrait faire place au Modem Jean-Jacques Jégou mais rien n’est fait. Voir article « Législatives : En Marche se ménage des pactes de non-agression en Val-de-Marne ».

5ème (#circo9405 : Bry-sur-Marne, Champigny-sur-Marne, Nogent-sur-Marne, Le Perreux-sur-Marne)
Nadine Ret, consultante en immobilier, 56 ans, Nogent-sur-Marne
« J’ai toujours été intéressée par la politique, confie la créatrice du premier comité En Marche de Nogent-sur-Marne (qui en compte 5 aujourd’hui). En 2014 déjà, la consultante immobilière avait rejoint la liste sans étiquette de Marc Arazi aux municipales (liste Réussir pour Nogent).   « Lorsqu’Emmanuel Macron a fondé En Marche, j’ai trouvé dans son discours ce que j’attendais d’un parti et j’ai rejoint le mouvement dès le 2 juillet, lors de sa déclaration officielle. Nous avons organisé des ateliers-réunions tous les vendredis soir, qui ont toujours réuni entre 15 et 30 personnes. J’ai également organisé des formations et participé à l’organisation du premier meeting départemental », témoigne la candidate, qui prévoit de nouvelles réunions et du porte-à-porte pour faire campagne.

6ème (#circo9406 : Fontenay sous Bois, Saint-Mandé, Vincennes)
Guillaume Gouffier-Cha, conseiller technique ministériel, 31 ans, Vincennes
Jusqu’à ces derniers jours, Guillaume Gouffier-Cha était conseil technique auprès de Jean-Yves Le Drian après avoir été collaborateur parlementaire de Jean-Jacques Bridey. Ses armes politiques, c’est au PS que Guillaume Gouffier-Cha les a forgées comme militant actif, encore il y a peu secrétaire de la section PS de Vincennes avant de prendre en charge l’animation de l’équipe En Marche dans le Val-de-Marne. A Vincennes, le candidat pourra s’appuyer sur le très bon score réalisé dès le premier tour par Emmanuel Macron à la présidentielle, le meilleur du département. «  Il n’y aura aucune circonscription facile mais nous sommes prêts pour la campagne et espérons être sur les marchés dès ce week-end« , indique le candidat, qui devrait rencontrer les comités locaux En Marche des trois villes de la circonscription dès ce jeudi soir.

7ème (#circo9407 : Chevilly-Larue, Rungis, Fresnes, L’Hay-les-Roses, Thiais)
Jean-Jacques Bridey, député-maire sortant de Fresnes, 64 ans
L’élu fresnois, soutien de la première heure du mouvement, fait partie des 24 députés PS sortants investis par En Marche. Pour l’instant, le PS a investi face à lui l’un de ses adjoints à la mairie, Jean-Jacques Um, le secrétaire de section locale, mais la donne pourrait changer si EM ne place pas de candidat dans la 2e et la 9e, ce qui est le cas pour l’instant.  Voir article « Législatives : En Marche se ménage des pactes de non-agression en Val-de-Marne ».

 

8ème (#circo9408 : Charenton-le-Pont, Saint-Maurice, Joinville-le-Pont, Maisons-Alfort)
Jennifer Douieb-Nahon, avocate fiscaliste, 31 ans, Charenton-le-Pont
« Il s’agit de mon premier engagement politique, ce que j’ai trouvé révolutionnaire est de travailler réellement sur les points du programme lorsque j’ai rejoint le comité de Charenton. J’ai pu constater que les données étaient réellement remontées et prises en compte« , motive la candidate. Alors qu’elle venait d’accoucher de son troisième enfant, elle a créé le comité En ligne pour faciliter la participation, des femmes notamment, et aussi Elles marchent 94. Avocate depuis décembre 2010, principalement dans les domaines de l’impôt sur le revenu et de la fiscalité patrimoniale, Jennifer Douieb-Nahon est aussi la co-fondatrice du concours de plaidoirie de l’Upec.

9ème (#circo9409 : Alfortville, Vitry-sur-Seine Est et Ouest)
Pas de candidat pour l’instant — Voir article « Législatives : En Marche se ménage des pactes de non-agression en Val-de-Marne ».

10ème (#circo9410 : Le Kremlin-Bicêtre, Gentilly Est, de Vitry-sur-Seine Nord, Ivry-sur-Seine)
Sheerazed Boulkroun, chercheuse, Ivry-sur-Seine
Chercheuse à l’Inserm, Sheerazed Boulkroun a lancé le comité EM d’Ivry-sur-Seine.

 

 

 

11ème (#circo9411 : Arcueil, Gentilly Ouest, Cachan, Villejuif
Albane Gaillot, chef de projet digital, 45 ans, Villejuif
A Villejuif, Albane Gaillot a rejoint la vie politique locale à l’occasion des municipales de 2014, via la liste sans étiquette de Philippe Vidal (Villejuif notre ville), avant de co-animer le comité local EM avec ce dernier et  Paulo Nunes, deux élus municipaux de Villejuif notre ville.  Voir reportage sur la première réunion EM à Villejuif
« Albane Gaillot était la seule candidature que nous avions soutenue. Nous sommes ravis« , se réjouit Philippe Vidal.

 

A lire aussi :

Législatives : En Marche se ménage des pactes de non-agression en Val-de-Marne

Carte de toutes les investitures par circonscriptions du Val-De-Marne

Cliquer sur les circonscriptions pour afficher la liste des investitures.

A lire aussi :

Toute l’actualité des législatives 2017 en Val-de-Marne

Législative 2017 en Val-de-Marne : découvrez vos candidats
92 commentaires pour Législatives en Val-de-Marne : qui sont les 8 candidats En Marche
  • je viens de googliser déjà le premier nom de la liste, M.Descrozailles, il était au Modem, dans le collectif Roosevelt, à Nouvelle Donne, en gros il se cherchait une place peu importe l’étiquette, ça fait pas rêver pour la suite…

    • Celui qui « cherchait une place », jusqu’ici allait s’inscrire dans un parti dominant national (UMP/LR, PS) ou local (PCF dans le 94). Sans mésestimer Nouvelle Donne ou MoDem, que vous citez, c’est rarement là qu’un opportuniste allait s’inscrire pour être élu…
      En Marche est-il (ou sera-t-il) un parti dominant ? Justement, on ne sait pas encore. Aux présidentielles le vote Macron a été important, mais pour les députés c’est le vote, après la campagne menée par chaque candidat, qui donnera la réponse.

  • Contrairement à ce qui est dit, il y a bien des députés sortants non socialistes investis : les écologistes Barbara Pompili ou François de Rugy par exemple.

  • Pour une France humaniste et progressiste ! says:

    Ouf Fogel a été dégagé par En marche !
    Non mais sérieusement… il a osé nous faire croire que LUI voulait incarner le modernisme, l’ouverture d’esprit et le renouvellement… 😂😂😂

    Merci En marche d’avoir éviter ce désastre !

    • on a voulu enfermer les électeurs : sur fond de « droitisation des forces politiques »,
      le vote Emmanuel Macron, ou de ses candidats législatives dont les programmes, comme les carrières, incarnent les valeurs réactionnaires de la bourgeoisie, ne peut être un quelconque barrage contre l’idéologie réactionnaire du Front National !
      En réa¬lité, la candidate du FN a servi de faire-valoir à Macron, lui permettant de faire avaliser ses orientations, libérales : Union Européenne, Loi Travail qu’il propose d’aggraver, remise en cause des systèmes de retraite, des cotisations sociales et de l’impôt, suppression de 120 000 fonctionnaires, remise en cause des statuts, celui de la Fonction publique territoriale, réforme des communes diminution du rôle, pourtant purement formel, du Parlement…français
      ,on y retrouve le discours récurrent sur le dépassement de la droite et la gauche, typique des positions historiques de la réaction en France, ! Tout comme les condamnations implicites de la lutte de classe au nom de l’unité de la Nation, autre thème cher à l’extrême droite !
      La nature, des questions sociétales ou des « problèmes de valeurs ». En particulier, il est nécessaire de combattre le capitalisme qui engendre. Misère chômage terrorisme
      Dès mainenant, la priorité, c’est d’organiser sans attendre la lutte contre la brutale agression qui se prépare contre le Code du Travail et les autres mesures du programme Macron-Fillon-Gattaz.
      Les élections législatives doivent permettre d’interpeller les candidats sur leurs positions par rapport aux grandes questions du moment :
      des candidats qui seront porteurs de l’idée pour ’en finir avec les Le Pen et les Macron, avec la galère, la misère, l’absence de démocratie, la menace de guerre, avec le capitalisme, le libéralisme

      • « la candidate du FN a servi de faire-valoir à Macron, lui permettant de faire avaliser ses orientations, libérales » Avant d’affirmer il faut savoir de quoi on parle Pseudo ouvrier vous vous enfoncez dans le ridicule .Marine aurait donc mis en avant (faire valoir)Macron ? Marine a un programme libéral ? vous êtes vraiment incompétent .C’est vous le PCF et d’autres qui ont voté pour Macron ,vous allez vous en mordre les doigts .Comment pouvez -vous être encore au PCf parti moribond qui ne représente plus les ouvriers .

        • Lecteur de 94citoyen says:

          Faire valoir n’est pas le mot juste. Madame Lepen et son mouvement politique fondamentalement xénophobe ont été un repoussoir suffisant pour qu’une majorité d’électeurs lui fassent barrage, y compris pour un grand nombre d’entre eux, sans illusion sur le choix du concurrent d’en face, justement.
          Autre constatation, Mme Lepen a recueilli de bons résultats et même parfois trouvée majoritaire dans les territoires où l’immigration reste peu présente pour la simple raison qu’ils sont ceux où il n’y a plus de boulot, alors que ses résultats sont insignifiants dans les villes où le vivre ensemble est largement mis à l’épreuve par une immigration massive. Ça donne à réfléchir quand les passions le permettent encore, sur la réalité du phénomène et sa dimension fantasmatique . Les Nationalistes revanchards de toutes les défaites de la décolonisation devraient comprendre que l’esprit revanchard ronge en profondeur et à terme finit par briser les plus coriaces.

          • Pourquoi donc vouloir protéger la France de la mondialisation et du développement du communautarisme ? D’un côté des « gueux », xénophobes revanchards, haineux , et de l’autre l’élite des lumières , qui se sont pensées comme un mouvement européen, international, un « cosmopolite », un « citoyen du monde » quand il n’est pas un apatride. Ce n’est qu’avec une cohabitation ou se croiseront les anciennes et les nouvelles élites, les artistes et/ou journalistes sans fortune et leurs mécènes, les financiers et les aventuriers, une communauté faite d’entre soi et d’exclusion que nous allons bâtir la France de demain, pas avec l’a stigmatisation d’un mouvement qui tente de protéger l’intérêt de la France et de tous les français.

        • pseudo la fronde peut bien aboyer mais les faits sont là la preuve pourquoi Marion MLP se retire politiquement c’est entre autre pour les raisons que j’ai évoqué Nonobstant le fait qu’elle consacre sa vie à sa petite fille ce que je respecte entièrement Oui le programme du 2 eme tour de MPL est franchement libéral et il a déçu mêmes partisans Pour ma part je me suis abstenu car les ouvriers les salariés eux ont mis 16 millions de blancs nuls ou ne sont pas allés voté le PCF ne représente plus les ouvriers je vous le concède mais des communistes des syndicalistes des ouvriers s’organisent et vont bientôt vous secouer le prunier parmi les 16 millions de celles et ceux qui ne se sont pas retrouvé dans les 2 fantomatiques candidatures du libéralisme un de gauche et un de droite (même pas d’extrême droite )

          • Je ne vais pas m’appesantir sur vos délires électoraux surtout de la part d’un communiste esseulé Quant à Marion ,vous êtes mal placé pour affirmer que son départ est du à un pseudo positionnement libéral du FN .Vous lisez trop les journaux aux ordres .Compte tenu de ma position, je connais bien Marion ,tous mes amis se marrent .Oui, elle préfère faire un « break » pour sa fille mais également pour se confronter avec le monde du travail ,car avec un deuxième mandat c’était 10 ans sans connaître une autres vie ,au bout de 32 ans. Pauvre communiste qui commente pour ne rien dire. Ce parti est tombé bien bas.

          • Espérant que Marion expliquera à Papi et à Tatie, ce qu’est la vraie vie et le monde du travail. Il n’est jamais trop tard pour apprendre.

  • EN Marche va nous la faire à l’envers sur la 9eme ?
    Une marge de négociation possible avec Carvounas, qui n’a cessé et continue de fustiger Macron depuis le début !?
    L’ARNAQUE EN VUE !

    • @derf : espérant que « derf » expliquera à son Chef Bayrou et le pote Lagarde la vraie vraie et le monde du travail . Comme vous le dites Le « Derf » il n’est jamais trop tard pour l’apprendre 🙂

  • A, très bien, la liste des personnes pour lesquelles il ne faut surtout pas voter pour faire barrage au macronisme. En ce qui me concerne, je voterai pour n’importe quel candidat d’ « en face ».

  • Dans la 8ème, ma circonscription: Jennifer DOUIEB NAHON: une totale inconnue dans nos villes ! Macron et ses amis croient-ils sérieusement que les français vont donner un blanc-seing à des personnes sans légitimité au seul motif qu’ils sont jeunes et qu’ils sont adoubés par Macron ?!! Soyons sérieux ! Le choix par défaut de Macron, un homme sans parti va vite trouver ses limites au soir des législatives. Vive la cohabitation pour remettre le jeune opportuniste dans le droit chemin !

    • Lecteur de 94 citoyen says:

      Je ne sais pas qui est cette dame.
      Par contre, nombre d’entre nous ont pu rencontrer le sortant et juger à la longue, très longue et sur une trop longue période son  » action « .
      Il considère avec une certaine condescendance tous ceux qui ne sont pas de son bord comme si nous n’avions que deux neurones actifs, le bon pour les uns et le mauvais pour les autres.
      Je serais curieux de comparer ses heures de présence aux débats de l’Assemblée, commissions et autres pour calculer le tarif horaire de ses prestations.
      J’attend de voir qui se présentera, mais si rien ne se présente de convainquant, je préfèrerai me lancer dans l’inconnu.

  • Du grand N’IMPORTE QUOI…

    Comment ce Monsieur Laurent Saint-Martin qui n’habite pas dans la 3eme circonscription du val de marne mais a PARIS peut il voir la colère des gens qui HABITENT dans le plateau briard ?

    Du grand N’IMPORTE QUOI!!!!!!

    • Votre remarque est à mon sens entachée d’erreur d’appréciation : il s’agit d’élections législatives.
      Les représentants des territoires sont les Sénateurs et non pas les Députés.
      Si l’on s’en réfère aussi bien à la lettre qu’au fond, il s’agit d’une élection nationale et non pas d’élections locales. Le député n’est pas élu pour être l’avocat d’une quelconque clientèle dans sa circonscription, mais bien de siéger pour discuter et voter les Lois sans trahir ses électeurs.
      Pour ça, on guettera les progrès sur pièces, en espérant que les élus soient plus présents dans l’hémicycle lors de la prochaine législature, ne serait-ce que pour justifier leurs indemnités parlementaires, l’espoir fait vivre, paraît-il.
      À titre d’illustration de ce qui précède, il arrive couramment que des députés élus dans des circonscriptions redécoupées en cours de législature, voire disparues ne serait-ce que par déficit démographique, siègent jusqu’au terme de leur mandat. Ce qui ne les empêche pas de râler si ils jugent que le nouveau découpage n’est pas à leur avantage ou celui de leur Parti.
      Le redécoupage a été quasi systématique au cours de chaque législature pendant la 5ème République, aussi bien par la Droite que par la Gauche, sauf en 1986, ou on était passé à la proportionnelle. devant le résultat, ces Messieurs (Dames), alors que Jacques Chirac était 1er Ministre, ont vite rectifié le tir.
      Le précédent le plus frappant démontrant bien que traditionnellement il s’agit d’élections Nationales et non locales, reste le sort des députés élus aux élections législatives de 1871 dans les territoires d’Alsace-Moselle annexées ensuite par l’Allemagne, annexion ratifiée par l’Assemblée Nationale le 1er mars 1871 par 546 voix contre 107 et 23 abstentions. Les députés élus quelques semaines auparavant par les territoires annexés ont pu siéger et légiférer jusqu’aux élection de 1876, à l’exception toutefois d’Émile Kuss, Député-Maire de Strasbourg dont le cœur a flanché à l’annonce du résultat du scrutin ratifiant l’annexion.
      Autre exemple plus proche, la ville de Bussy-Saint-Georges (77) est passée de 500 habitants à presque 30 000 en un peu plus de 2 législatures. Le député représenterait quels électeurs, quand la population d’une circonscription augmente à ce point chaque année ?
      À titre personnel, je suis plutôt favorable aux parachutages, ce qui aurait pour avantage de limiter le clientélisme local et favoriserait l’énoncé des projets, des convictions et des idées.
      Christian Ouvray

      • Ce n’est pas le ressenti de beaucoup de gens (électeurs) qui ont le même avis que moi.
        Le parachutage sert a placer des gens mais uniquement dans ce sens. Il aurait été bien de mettre une personne qui connait les besoins de chaque circonscription. Certes c’est nationale mais cela devient aussi « locale » quand vous voyez le ou la future député (e) se déplacer dans un village de 5000 habitants.

      • Si le (ou la) député est en effet un élu national, en tant que représentant de ses électeurs il me parait normal qu’il reste à leur écoute. Et pour cela, résider dans la circonscription est utile. En tout cas en être proche pour pouvoir y venir souvent.

        En particulier, l’évaluation des lois en vigueur fait partie de la mission des députés (et le fera de plus en plus, souhaite E. Macron) et chaque électeur de base est souvent bien placé pour remonter l’effet réel des mesures prises.

        Quand on discute avec des personnes de nombreux métiers (enseignants, médicaux, etc..) il est frappant de constater qu’il y a là une mine de connaissances, et aussi d’idées, acquises sur le terrain, pour ce qui est de l’effet de mesures, votées ou pas. La loi n’est pas seulement un travail de concepts, la mise en oeuvre est essentielle.

        • Malheureusement, on constate qu’on écoute plus les administratifs du Ministère de l’Éducation Nationale (dont la masse salariale globale il n’y a pas très longtemps dépassait celle des enseignants de terrain à qui de surcroît on attribuait des tâches de gestion, et je ne suis pas certain que ça ait changé), ou les personnels administratifs du Ministère de la Santé que les personnels soignants des hôpitaux (même chose, on peut s’interroger sur la part gestion des budgets, pour arriver en plus à une gestion calamiteuse des ressources elles-mêmes colossales).
          C’est là que le Politique élu devrait arrêter d’écouter les fonctionnaires de sa Cour, et se rendre véritablement à l’écoute des gens de terrain.
          C’est un tâche certainement compliquée. mais qui n’a pas grand chose à voir avec les circonscriptions, même si la huitième du Val de Marne, avec les hôpitaux de Saint-Maurice, est tout indiquée sur le sujet de la santé.
          J’ajoute ne pas être convaincu par la représentation des syndicats, et que les visites éclair des ministres lors des irruptions chaudes sont sans aucun intérêt, la tâche de résoudre la crise étant confiée aux fonctionnaires du Ministère (qui parfois, voire souvent n’ont aucune idée de ce qui se passe dans l’hôpital) après que le Ministre soit allé mettre un coup d’extincteur.
          Christian Ouvray

          • C’est qui les administratifs ? des agents , des organismes privés chargés de réali études dirigées des séminaires des colloques des formations aussi ? pour les masses salariales des agents administratifs peut on les mettre en rapport avec les retraites chapeaux , des ex ministres ou des PDG qui délocalisent ? et les retraites peut on les mettre en rapport avec les dividendes des actionnaires des entreprises françaises mais surtout de celles internationales ou des USA qui exercent soit des activités ou des services internet par exemple C’est aussi là que le politique devrait analyser les bilans financiers ou les faire analyser par des organismes indépendants et mieux par les services de l’état Pour la représentation des syndicats c’est aux salariés d’en convenir pas du politique sinon c’est remettre en question les institutions sans élection bien sur voire des interdictions Notre Constitution et des pouvoirs On a connu cela en 1939 et là le projet MACRON devient très inquiétant

      • ne pas habiter dans la circonscription ou habiter à 15 km de celle ci ne constitue pas un inconvénient pour un candidat aux législatives : promettre d’assister aux séances (qui se tiennent à PARIS en y résidant) télévisées du mercredi en consultant son téléphone portable en permanence et pour être reconnu par belle maman ou le voisin de tonton ne constitue pour autant pas un gage de travail politique acharné et constructif ; Cependant on devine aussi par ce message l’envie la volonté de réduire fortement et le nombre des députés et leur pouvoir législatif ; pour plus tard ne plus être obligé de se faire réélire mais de se faire coopter ou désigner comme les commissaires européens La référence aux territoire annexés face à l’Allemagne est intéressante et révélatrice comme l’allusion aux redécoupage de territoires style grand Paris ou Métropole ou les députés deviennent délégués non élus directement L’EUROPE du Traité de LISBONNE en clair pour balayer la Constitution de 1792 et celle de 1958 sans élection sans consultation sans débat peut être aussi par ordonnance merci Président MACRON

    • Et en plus il ne souhaite aller visiter que les grandes villes, il faudrait lui signaler que cette 3ème circonscription ne comporte pas de grande ville, quelle méconnaissance et qu’elle manque de respect d’EM pour notre circonscription,
      Bien du plaisir à Saint Laurent pour aller démarcher les habitants de Villeneuve Saint Georges ou de Valenton avec un nom pareil ça fait couleur locale

    • Oui, il est parachuté, et comme diraient certains : et alors !

      1/Ce n’est pas la première fois qu’un parti politique parachute un candidat.
      2/effectivement pourquoi tant de colère dans notre circonscription, malgré les alternances.
      C’est peut être parce ce que nous avons un monde politique bloqué sur le passé qui ne se renouvelle pas. La cooptation local et stérile qui n’apporte aucune idées nouvelles.
      3/l’arrivé de sang neuf, permettra à notre petit monde politique local (qui n’a effectivement trouvé aucune solution pour nous sortir de ce mauvais pas ), de se régénérer.
      Tout le monde devra recommencer à réfléchir à des idées qui ….marchent.
      De droite comme de gauche

      • Du sang neuf ! Mais ce sont toujours les mêmes chez ER Les quelques candidats nouveaux ne seront,s’ils sont élus que les godillots de Macron .Les idées nouvelles sont celles des patriotes. Tous les autres sont liés à Bruxelles ,dépendants des orientations de la commission européenne.

  • Pour la 4ème, ne s’agirait -il pas plutôt de ne pas présenter de candidat face à la candidate LR maire de Sucy à la suite de la démission du centriste jean- Marie Poirier en 2007 ?

    https://www.senat.fr/senateur/poirier_jean_marie95057n.html

  • Rien de nouveau les sortants sont à nouveau sur la liste on se fait borner

  • Enfin du changement en vue… dans la 11 eme, une femme engagée localement mais pas élue, engagée pour défendre l égalité femelle homme, capable de rassembler sur villejuif plus de 100 adhérents lors de la présidentielle. … ça fait du bien…Bienvenue albane gaillot

  • Ceux qui ne sont pas contents , les donneurs de leçons et ils sont en nombre présentez vous aux élections municipales engagez vous dans vos communes au lieu d’aboyer !!!

    • Avant d écrire des inepties telles que vous venez de le dire le mot
      « DEMOCRATIE »
      est ecrit dans le dictionnaire. Je vous invite à lire la définition.
      De plus je suis conseiller municipal!

  • Ils ne sont pas tous compétents !

  • Le candidat de la 3ème est un parachuté, que connai-il des attentes et des préoccupations des citoyens de la 3ème circonscription ? Rien du tout, il faut tout faire pour qu’il ne soit pas élu

  • une grenouille Fresnoise says:

    Encore ce fameux Bridey ???? traite !!! J’espère que les socialo ne vont pas laisser passer son imposture et maintenir une candidature PS

  • 2 listes dans la 6ème avecla même clientèle petit cadre socio+ humaniste avec pas trop de hlm pour ne pas faire baisser le prix du m2 lecocq. et gouffier cha. Avec les bons résultats de melenchon à Fontenay et le bon ancrage de lr de Baudoin à Saint mandé la circonscription devrait rester à gauche

    • « Ancrage à Saint-Mandé », c’est le mot, sauf qu’il renonce à lever l’ancre puisque « P. Beaudouin, a annoncé ce vendredi dans une lettre aux habitants qu’il se retirait de la course. » (lu dans un autre article de 94.Citoyens)
      On peut donc présumer que G. Lecoq va déporter sa campagne vers la droite pour attirer l’électorat LR de P. Beaudouin.

      Concernant les « bons résultats de Mélenchon à Fontenay », il faut préciser que ces électeurs vont maintenant devoir départager une candidate « France insoumise » et un candidat PCF.
      Et aussi les résultats de Macron sont meilleurs que ceux de Mélenchon, à Fontenay, et sont les meilleurs du 94 à Vincennes.
      Aux électeurs maintenant de préciser en juin le sens du choix qu’ils ont fait aux présidentielles.

      • Vous avez raison effectivement Baudoin va vraisemblablement se retirer et je me suis trompé sur le résultat de Fontenay donc c’est bien la droite avec en marche qui va prendre la circonscription avec l’ancien président de la section Ps de Vincennes qui s’est toujours distingué par sa formidable discrétion un seule mot chapeau les artistes

      • il est fort ce Lafon, il a fait plier Beaudoin pour son dir cab. Lecoq preuve que tout change pour que rien ne change avec ceux-là.

  • Oui, surtout que M. BRIDEY n’est pas apprécié et ne fait rien de bien. Alors il ferait bien mieux de se mettre à la RETRAITE aidez le. Pas besoin qu’il rempil

  • Tu parles d’un renouveau, en majorité il s’agit d’anciens du PS et de locaux qui n’on pas réussi à se faire élire, et qui se recyclent, ça promet pour la suite… Franchement déçue

  • Pour la première après renseignements pris c’est un candidat de valeur et de conviction enfin après berrios qui ne laissera pas de traces après son mandat piteux c’est une bonne nouvelle sans compter que le candidat LR présenté en face de lui a …..80 ans et est detesté à peu près partout ou il est passé……

    • Si on doit conclure donc c’est le moins mauvais parmi les pires…enthousiasmant…ça me rappelle une élection récente

      • La faute à qui, ecco ?
        Force est de constater que quand nous élisons systématiquement celui que nous considérons comme le moins pire, on finit par obtenir que les candidats se contentent de critiquer le camps adverse pour se faire élire… et finissent par ne plus concevoir d’autres arguments. À ce moment là, plus besoin d’idées et encore moins de réflexion, les convictions suffisent.
        J’ai vu hier sur le marché de Saint-Maurice au moins un grand spécialiste du genre depuis des décennies. Face à lui pendant toutes ces années, même schéma mais vu depuis l’autre berge. les personnages solubles dans le groupe finissent par être interchangeables.
        On appelle ça l’alternance. Une pure calamité ne serait-ce que pour cette raison.
        Illustration : la droite Fillonniste (c’est la droite qui a choisi son candidat) considérait que l’élection était imperdable, puisque l’adversaire désigné aurait un mal de chien à se défendre.
        Le problème est survenu de façon drastique du seul fait que l’adversaire désigné se soit trouvé à terre. Il n’y avait plus d’adversaire à déboulonner, puisque l’adversaire s’était auto-déboulonné. À ce moment précis, on a vu comme un éclat toute la vacuité des arguments, l’émergence des sempiternels coups bas, pas pires cette fois que lors de l’élection de Jacques Chirac en 1995 (à vrai dire exactement les mêmes), et les réactions d’un personnage qui, s’il était en capacité de se faire élire par défaut, n’avait à l’évidence pas la carrure d’un homme d’état.
        Nous ne sommes pas un pays anglo-saxon où d’ailleurs ça finit par boitouiller aussi.
        Ici, les seuls intéressés au système dit de l’alternance ne sont ni les électeurs, ni la démocratie, mais bien ceux qui se font élire sur cette dualité de base, pour ne pas dire basique, et qui, mécaniquement, s’enfoncent dans une daube rance que les communicants n’arrivent plus à épicer. D’ou le nombre des votes nuls et blancs : le fumet n’y est pas.
        Christian Ouvray

      • ce sont les pires, car rien ne presse pour démanteler le code du travail, ou imposer une Europe fédéraliste – il faut une saine cohabitation afin de limiter les dégâts d’une gouvernance par la terreur et la dictature, car enfin le « il faut que cela marche », c’est bien faire peur aux concitoyens. Une saine cohabitation pourra redresser les comptes de la France, et réduire la dépense des collectivité territoriales et petits arrangements entre potes.

  • Concernant monsieur Laurent Saint Martin il faut savoir à qui on a affaire ,il est secrétaire général d’un club de réflexion  » En temps réel « je vous laisse le soin de rechercher l’équipe composant ce « think tank »ou participe Macron à des débats dans un groupe de réflexion géré par des grands noms de la finance.Laurent Saint Martin travail auprès de BPI France qui est une banque privée d’investissement et dont le directeur général Nicolas Dufourcq fut nommé par Pierre Moscovici en Juin 2015 .Tout ce beau monde ce sont les représentants de la haute finance, des grands patrons, des européistes ainsi que des personnalités proches des États-Unis,En résumé ce candidat n’est que le représentant des banquiers car dans sa présentation il trompe dés le départ les électeurs, ce n’est un homme neuf. Nous dire « Je souhaite aller écouter la colère des habitants et faire une campagne concrète pour expliquer le programme  » Nous savons quel programme il veut appliquer.

    • Merci Prétorien , le vrai visage de ce candidat « nouveau » est maintenant dévoilé , même si nous ne sommes tous pas d’accord à Citoyen 94 Citoyen nous avons à échanger au maximum pour garder Notre République mais surtout pour pouvoir décider en connaissance de cause

      • « Laurent Saint-Martin, cadre financier de 31 ans et référent dans le XVIIe arrondissement de Paris (de EM), a renoncé à «sa vie privée et ses week-ends». Il est quand même parvenu à envoyer sa candidature à la commission d’investiture, après un mois de préparation. Ex-membre du think tank «progressiste» En temps réel, fondé par le banquier Stéphane Boujnah, proche de DSK et intime de Macron, il a ressorti son carnet d’adresses pour «échanger avec des parlementaires sur leur travail de tous les jours». Au risque de tomber sur un député songeant lui aussi à l’investiture d’En marche… Saint-Martin jure ne pas avoir cherché à contacter la tête du mouvement («ce serait contraire à l’esprit de cette démarche citoyenne») et ne pas se soucier des candidatures concurrentes, «au moins plusieurs dizaines» dans son arrondissement. » : http://www.liberation.fr/france/2017/02/26/marcheurs-l-espoir-d-une-concurrence-libre-et-non-faussee_1551232

      • Pour une fois ,malgré des divergences profondes, on peut se rencontrer sur des sujets ,pour démasquer les imposteurs d’En Marche.

    • BPIFrance, une banque privée ? Elle est détenue à 50 % par l’État et à 50 % par la Caisse des dépôts et consignations (source : http://www.bpifrance.fr/A-la-une/Actualites/Achevement-des-processus-d-apports-de-l-Etat-et-de-la-Caisse-des-Depots-a-Bpifrance-2458) !

      • BPI France est une société anonyme (forme juridique)Oui c’est une banque privée ainsi, à titre d’exemple ,sa filiale Oséo est une entreprise privée avec délégation de service public, qui finance les PME françaises pour l’emploi et la croissance .

        • Selon la directive 80/723/CEE, reconnue par la jurisprudence communautaire (arrêt CJCE 2002-05-16 C-482/99) et donc ayant un pouvoir légal en France : « une entreprise publique, ou une entreprise d’État, est une entreprise « sur laquelle l’État ou d’autres collectivités territoriales peuvent exercer directement ou indirectement une influence dominante du fait de la propriété, de la participation financière ou des règles qui la régissent » ».
          Par conséquent, BPI France est bien une entreprise publique.
          De plus, Oséo a changé de nom il y a 4 ans maintenant.

          Merci de vous mettre à jour et de ne plus proférer de mensonges ou d’erreurs aussi grossières.

          • Faire référence à des directives européennes démontre bien votre orientation partisane teintée de mauvaise foi.Aucun intérêt.de faire référence à ces directives en général qui plombent la France.

          • Refuser le fonctionnement du droit, c’est refuser la réalité.

          • La BPI a été Créée en 2012, c’était l’une des promesses du candidat François Hollande. Selon la la cour des comptes, en 3 ans : 7 des 8 dirigeants du comité exécutif ont été augmentés en moyenne de 40%, elle s’étonne d’un recours abusif aux prestataires extérieurs ainsi que des 604 voitures de fonction de la BPI, près d’un salarié sur 3 en bénéficie et des factures de taxis ! : http://www.leparisien.fr/economie/heureux-comme-un-cadre-de-la-bpi-20-01-2017-6593031.php

            Elle est détenue à 50 % chacun par l’État et la Caisse des Dépôts, qui assure le pilotage de l’ensemble du groupe et sa priorité est de préparer la France 2030. Elle est inscrite comme représentant d’intérêts auprès de l’Assemblée nationale et a des coûts annuels liés aux activités directes de représentation d’intérêts auprès du Parlement.

          • Bpifrance c’est une compagnie financière qui ne dispose pas de licence bancaire : ce n’est pas une banque. C’ est un concept à double casquette, un établissement et une SA qui a, elle, le statut de compagnie financière. Cela est complexe, et ne facilite pas la communication politique comme vous le mentionnez @Qxotl,

            L’objet social et légal de la BPI est affiché outre cette dualité juridique, comme un établissement public et une SA. C’est l’établissement public ex OSEO qui a pris le nom « Etablissement public BPI-Groupe ». L’organe opérationnel est une filiale, la « société anonyme OSEO » qui est une « société anonyme BPI-Groupe ».

            La BPI est marquée par un conseil d’orientation présidée par un président de conseil régional. Le comité national d’orientation de la société anonyme BPI-Groupe est chargé d’exprimer un avis qui sont communiqués au conseil d’administration de la société anonyme BPI-Groupe. En droit des sociétés, c’est le conseil d’administration qui doit administrer, et ses administrateurs sont seuls responsables.

            Son capital est détenu par la Caisse des dépôts et l’État, mais pour 50 % par des sociétaires (entreprises, assureurs, etc.)

            Les ressources proviennent en majorité des marchés financiers privés, et son statut juridique

            bpifrance se fixe pour objectif de relancer la compétitivité des entreprises et de créer des emplois locaux. Son conseil d’administration est composé de deux représentants des régions . Vous comprenez vite le risque de possibles conflits d’intérêts et de chantage politique.

            https://www.legifrance.gouv.fr/eli/loi/2012/12/31/2012-1559/jo/texte

      • Retour aux basiques : mis à part peut-être quelques vendeurs de muguet (et encore…) au coin de la rue le 1er mai, tout créateur d’entreprise, toute entreprise industrielle, commerciale ou de services a besoin de financements pour se développer. Comme aussi les agriculteurs.

        Et qui apporte le plus souvent des financements ? Des financiers pardi, des banquiers, des investisseurs. Même si dans l’économie sociale et solidaire, dans les associations, on parle aussi de subventions ou de donateurs. Ou de mécènes, privés voire publics.

        Que fait BPIFrance ? Elle finance des entreprises. Si, si. Et en plus, elle a des actionnaires publics, rappelle Qxotl. Pour son utilité (‘publique’ ou ‘privée’) dans notre économie, le mieux serait de parler de son activité. La Cour des comptes en parle surement, et pas seulement des salaires pratiqués. C’est l’activité et le résultat qui comptent pour justifier l’existence, bien plus que l’étiquette ‘public’ ou ‘privé’.

        On rappellera au passage le naufrage de la banque publique (nationalisation totale en 1982) Crédit Lyonnais, suite aux décisions désastreuses quand M. Haberer la dirigeait de 1988 à 1993. Un bon gros trou de plus de 100 milliards de francs d’alors, aux frais des contribuables depuis. Bref, il serait utile partout, public ou privé, de se préoccuper bien plus des compétences nécessaires, mais c’est un sujet pas encore assez mis en avant.

        • J’ai le sentiment confus qu’on oublie ici le distinguo pourtant pas très subtil de ce que sont les banques d’affaires et les banques de dépôt, sans compter les crédits mutuels, caisses d’épargne, la banque postale etc. Chacun pourra lui-même vérifier et me contredire si je me trompe.
          Les banques de dépôt ont été nationalisées en 1982, dans la foulée le gouvernement socialiste, Jacques Delors aux commandes, leur a donné des prérogatives jusque là réservées aux banques d’affaires. Résultat : crash du Crédit Lyonnais après avoir voulu faire mieux que la banque Hervet en matière d’Immobilier etc.
          Puis lors de la troisième cohabitation, le gouvernement Jospin (socialiste si je ne me trompe pas) a privatisé les banques de dépôt nationalisées 15 ans plus tôt par ses amis politiques, se doutant probablement de ce que ça coûterait d’avoir donné des prérogatives exorbitantes à des professionnels qui n’en avaient pas tous les compétences, et plus ou moins irresponsables de leurs actes. Responsabilité implique sanction à la hauteur des erreurs commises, ce qui jusqu’en 1982 avait été la règle, avec banqueroute(s) sans que le contribuable vienne sauver le banquier.
          Mais est-ce un oubli ou est-ce volontaire, les prérogatives leur sont restées, et ces banquiers sans réelle responsabilité nous ont épatés. Mais on a rigolé à nos dépens au sens propre du terme. L’affaire Kerviel, et l’imbroglio Crédit-Lyonnais Tapie Adidas en sont un exemple de devant de scène, mais on peut aussi regarder du côté de la reprise de la Banque Parisienne de Crédit par Fortis, un assureur Belge si je ne me trompe. La BPC était une banque de dépôt dont la clientèle était principalement composée de commerçants de quartier. En bon professionnel de la banque, une des premières mesures de l’assureur a été de supprimer la possibilité de dépôts et retraits d’espèces à ses guichets. Vachement pratique pour une mercerie par exemple. Ce choix éclairé a conduit à la reprise (forcée ?) de la banque par la BNP.
          À chaque fois, les exploits de ces grands professionnels nous coutent des fortunes.
          Quant à la BPI, à part une niche douillette de toutes ces hautes compétences, il faudra me convaincre par des exploits réels en matière d’investissements éclairés.
          En général, les promesses tenues par le candidat Hollande n’ont pas été les plus urgentes à mettre en place, et il a lui même jugé de leur efficacité en jetant l’éponge avant de remonter sur le ring.
          Christian Ouvray

        • exact : je n’ai pas distingué les différents métiers sous le terme banquier ou financier. Juste essayé de mettre l’accent sur la nécessité de financements en général. Alors, au risque d’être contredit :
          Les banques dites de dépôt font aussi des prêts, aux particuliers comme aux entreprises plus ou moins grandes. Depuis bien avant 1980. Quelques cas (presse par exemple) médiatisés ont montré que cela peut leur couter cher. En même temps, les banques sont souvent accusées d’être trop prudentes.
          Pour le financement par émissions d’actions, il faudrait un article de connaisseur.
          L’activité banques d’affaires me semble caractérisée notamment, par le conseil dans les opérations d’acquisition (tel OPA et autres OPE) ou de fusion entre entreprises.

          • Professionnel libéral dans le domaine du bâtiment ayant ouvert mes droits à la retraite, je ne suis pas spécialiste ni banquier, mais il me semble qu’il ne faut pas confondre les risques pris lors des prêts immobiliers aux particuliers et les risques pris par une banque lorsqu’elle accompagne un promoteur immobilier. Ce n’est pas la même chose que s’engager dans un crédit pour acheter une voiture que de financer la modernisation ou la croissance d’un constructeur automobile, et on a besoin des financements pour RFF, EADS, etc.
            Quand par dessus leur méconnaissance des métiers, les banques de dépôt ont triché sur les règles, les résultats mirifiques ne se sont pas fait attendre. Par exemple, dans les années ’80 il était interdit aux banques de financer une opération immobilière en rénovation au dessus de 70%, avec un apport de 30% de fonds propres par le promoteur. C’était un minimum déjà discutable 50/50 aurait étés plus raisonnables à l’époque.
            Les amateurs diplômés d’une grande école d’administration, placés à la tête d’une très grande banque de dépôt que les contribuables ont dû renflouer ensuite, avaient trouvé une combine mirifique : fonder une filiale financée par la banque, avec pour objet social de prendre des participation dans des affaires immobilières. Elle apportait donc les 30% de fonds propres nécessaires à chaque association créée au coup par coup, qui ensuite empruntait le reste du financement à la banque. Elle prenait alors tous les risques dans un métier qu’elle ne connaissait ni de près ni de loin, en s’associant à des gens qui n’étaient pas toujours des professionnels aguerris, voire parfois mal intentionnés. Cette pratique a conduit à la création d’une « bulle » et à l’effondrement du marché au début des années ’90. À cette occasion quelques dirigeants de ces filiales, placés en première ligne par leurs prudents dirigeants, sont allés en prison pour un séjour plus ou moins long. Comme c’est arrivé plus tard à M. Jérôme Kerviel (je m’accorde une digression dans la digression, on est loin du sujet de base : on n’a pas fait beaucoup de publicité sur le fait que sa condamnation à verser à la Société Générale 4,9 milliards d’Euros est tombée à 1 million d’Euros en appel fin 2016. Comme 4,9 milliards d’Euros sont bien la perte de la banque selon ses calculs, on n’a plus de responsable pour les 4,899 milliards qui manquent. La banque semble peu soucieuse de mettre la main sur ce ou ces joyeux prestidigitateurs. Pourtant, on ne peut pas imaginer que ce seraient ses dirigeants eux-mêmes. Fin de digression) .
            Cette combine immobilière a couté beaucoup plus cher et de très loin que les risques pris par les mêmes banquiers en finançant l’achat de Adidas par Bernard Tapie, car il faut considérer le cout social des dépôts de bilan que la bulle a entraîné avec à chaque fois les impayés dans lesquels URSSAF et FISC c’est à dire nous, notamment ont laissé un bon paquet de plumes, et les coûts actuels pour se loger puisque les stocks surévalués et donc invendus pendant de nombreuses années ont provoqué un déficit de la production par rapport aux besoins, et ce au moins jusqu’à la fin des années ’90, provoquant ainsi une pénurie, en corollaire les dispositifs fiscaux pour essayer de l’enrayer, taux de crédit à charge de l’État emprunteur prêteur etc. C’est incalculable.
            Conclusion, il ne faut pas laisser ce genre de choses à des gens qui se prennent pour de bons professionnels parce qu’ils savent contrôler un formulaire de prêt à la consommation ou un dossier de prêt immobilier et totalement irresponsables sur leurs propres deniers, osent se mêler de métiers qu’ils ne connaissent pas.
            Christian Ouvray

  • Gageons qu’avec un financier une avocate fiscaliste et une conseillère en placement immobilier sous la houlette d’un spécialiste des fusions acquisitions les intérêts des classes populaires seront bien défendues j’attends avec délectation un commentaire soulignant ma vision caricaturale et démagogique

  • 94 citoyens veut nous décrire ,par les propos des candidats, leurs parcours selon EUX or , un journaliste doit également faire preuve de curiosité et ne pas prendre comme du bon pain les dires de ces candidats EM .Ayant déjà été bien des fois censuré sur le fallacieux prétexte de copier-coller .J’attends un sursaut d’honnêteté intellectuelle concernant mes commentaires sur ces candidats ER.

    • Mea culpa je reconnais votre ouverture d’esprit .il est vrai qu’au regard de votre travail il n’est pas facile pour vous d’être réactif pour mes commentaires qui sont,, hélas ,modérés à priori ,mais, je suis le « vilain petit canard « .

  • Guillaume Gouffier-Cha qui a fait toute sa carrière au PS est collaborateur parlementaire de (surprise) de Jean-Jacques Bridey qui lors de la déclaration d’activité de ses collaborateurs auprès de l’Assemblée Nationale précise pour ce monsieur : aucune activité !! (source :regardscitoyens.org ) Cela promet.

    • Au vu de la déclaration (lien fourni) il s’agit a priori, au point 9, de déclarer toute éventuelle activité professionnelle des collaborateurs parlementaires du député, autre bien sûr que son rôle de collaborateur parlementaire, justement. Sans doute pour prévenir un conflit d’intérêts.
      http://www.hatvp.fr/livraison/dossiers/bridey-jean-jacques-dia-depute-94.pdf

      Autre question, chaque assistant(e) parlementaire de député (français ou européen) doit-il prouver qu’il remplit, dans ce cadre, des missions/activités obligatoires précises ? Cela pourrait être un débat intéressant. Il a été largement médiatisé cette année pour quelques cas particuliers. Mais pour l’avenir, on manque de proposition, afin de mieux codifier ces activités en général et en même temps respecter la liberté des parlementaires.

  • L’Assemblée Nationale est devenue une simple chambre d’enregistrement des textes écrits à Bruxelles par les commissaires européens. Il suffit d’y caser une poignée de bobos lobotomisés et ça roule en mode automatique. Ils peuvent rajeunir les profils, on peut juste être certain qu’il n’y a aucun patriote dans le lot.

    • En juin 2016, la Commission avait ouvert une procédure d’infraction contre la France, comme elle l’avait fait contre l’Allemagne en 2015. Les procédures sont toujours en cours. Les professions de foi européenne ne paient décidément pas. Le ministre allemand des Transports, Alexander Dobrindt, avait plaidé : « On nous a reproché le protectionnisme. Ce n’est pas fondé. » C’est aujourd’hui au tour de l’Autriche de goûter au bâton bruxellois.
      Comment les réformateurs – plus ou moins sincères – de l’UE espèrent-ils contraindre onze pays membres de l’UE, soutenus par la Commission, à renoncer aux avantages que leur procure la dérégulation dans le secteur routier ?
      La Commission, comme les traités le lui permettent, s’ingère donc dans les affaires intérieures d’un État, exigeant un changement de législation. Vienne, qui essaie simplement de protéger les chauffeurs routiers (autrichiens mais pas seulement) contre la pression salariale et sociale à la baisse qu’impose la libre circulation des services et des marchandises, se voit sèchement rappeler à l’ordre par Bruxelles.
      Le maître remet les subordonnés à leur place, violence symbolique que le langage bureaucratique a tendance à euphémiser : « après un échange d’informations avec les autorités autrichiennes et une analyse juridique approfondie des mesures prises par l’Autriche, la Commission a décidé aujourd’hui d’adresser à cette dernière une lettre de mise en demeure. Cette lettre constitue la première étape de la procédure d’infraction. Les autorités autrichiennes ont maintenant deux mois pour répondre aux arguments présentés par la Commission dans sa lettre de mise en demeure. »

  • AU PCF notre activité de campagne législative nous fait rencontrer des femmes des hommes qui sont très loin des réflexions ou commentaires développés ici ; elles ou ils ne rejettent pas les institutions politiques mais elles ou ils se demandent si elles leur servent dans leur vie de tous les jours ; peu savent nous donner ne serais ce que le nom de leur député sortant c’est dire ! Par contre elles ou ils identifient concrètement les problèmes aux quels ils sont confrontés Certains ,mêmes , nous demandent d’en régler en promesse d’un vote AU PCF on ne promet rien on ne vend rien On redit la nécessité de bien s’informer , de s’aider des associations des syndicats des amicales et des partis politiques de tout se qui aide à la vie citoyenne La nouveauté c’est tentant amis l’inconnu c’est troublant surtout quand des vérités ne viendraient que de sachant évidemment hors parti hors syndicat hors associations

  • Laurent Saint Martin, candidat La République En Marche ! 3ème circonscription says:

    Je me permets de répondre personnellement aux interrogations me concernant dans certains commentaires.

    L’engagement qui est le mien depuis maintenant 8 ans a été de mettre mes compétences au service du financement des entreprises innovantes sur les territoires que ce soit dans les Hauts de France ou en Ile-de-France. Je suis très fier d’avoir travaillé à la BPI, la banque publique d’investissement, qui a pour objectif d’aider au développement des territoires grâce au financement de ses entreprises. D’ailleurs certaines entreprises de la circonscription dans laquelle je me présente ont pu bénéficier de ces financements. Et pour répondre à votre débat, Bpifrance est détenue à 50% par l’Etat et à 50% par la Caisse des Dépôts et des Consignations.
    J’ai également participé au groupe de réflexion « En Temps Réel » qui m’a permis de contribuer au débat public différemment que les partis traditionnels, avec des universitaires et des personnalités de la société civile. J’ai notamment contribué à l’élaboration de la publication « les Députés connaissent-ils l’entreprise? » Les résultats de cette étude m’ont d’ailleurs motivé plus encore à modifier durablement le profil des parlementaires.
    C’est justement l’ensemble de mes compétences et de ma vision de la politique que je me propose d’apporter aux habitants de la 3ème circonscription du Val de Marne. Pour moi, la politique ne doit pas être un métier déconnecté de la vie des citoyens et de l’économie réelle, mais bien une mission d’intérêt général. C’est pourquoi elle doit nourrir et être nourrie par le terrain. Ma candidature propose un regard objectif pour appréhender l’ensemble des enjeux du territoire et pas uniquement ceux d’une ville en particulier. Enfin, je m’engage évidemment à m’installer dans la circonscription si je suis élu.
    Depuis cette semaine je suis parti à la rencontre des habitants du territoire pour répondre aux questions de chacun, et je poursuivrai ce travail de terrain jusqu’au 11 juin dans les 11 villes de la circonscription.

    Laurent Saint Martin, Candidat La République En Marche ! dans la 3ème circonscription

    • Merci Monsieur Saint-Martin de votre présentation dans ce fil de 94 Citoyens.
      Pourriez-vous demander à Mme Douieb-Nahon, si vous la connaissez, candidate dans la 8e (qui ne sera sans doute pas simple à conquérir), de venir faire de même?
      Merci.

    • Il est amusant de penser qu’en étant un représentant de la finance on est prés des citoyens c’est de l’enfumage à la Macron .Que connaissez-vous du milieu des travailleurs? J’ai décrit dans un de mes commentaires les personnes que vous côtoyez au sein de « En temps réel » de gens du peuple ,bien sur ! « Dis qui tu fréquentes je te dirais qui tu es. » L’homme s’identifie tout le temps aux membres du groupe auquel il appartient. Vous avez ,donc,le profil de vos employeurs. Enfin ,la BIP a- t-elle été efficace sur le chômage ? on en voit le résultat. Alors votre fierté d’avoir travaillé à la BIP n’est pas à la hauteur des résultats. On peut donc douter de vos capacités à être député .

      • Concernant la BIP il est intéressant de lire le rapport de la cour des comptes en 2016.Un constat,la BIP Prends l’argent des autres, 200 milliards d’euros d’ici à 2019 nous indique son site. Puis « l’investir » pour « servir l’avenir ». Elle emprunte avec la garantie de l’État et donc de nos impôts. Ses cadres dirigeants sont des fonctionnaires, dont la plupart n’ont jamais créé une entreprise ou même simplement vécu dans le secteur privé et concurrentiel .la Cour des comptes épingle aussi les généreux salaires que se versent les employés de Bpifrance.Plutôt que de « servir l’avenir », il semble que Bpifrance serve surtout ses employés En définitive c’est l’argent de nos impôts qui garantit cette gabegie dont monsieur Laurent saint Martin est fier !

    • Diplômé de l’EDHEC d’un DEA en Economie Internationale, depuis 2016 Head of Listing France d’Euronext principal opérateur financier de la Zone euro depuis, membre de l’Observatoire des Actionnaires d’Avenir, après un passage en 2010, à OSEO comme chargé d’affaires innovation, intégré au groupe Bpifrance en 2013. Secrétaire général du think-tank En Temps Réel et responsable d’EM ! à paris 17 ème.

      Que faites-vous sur la 3ème circonscription du Val de Marne.? Que pensez-vous des lobbying visant à influencer les décisions publiques auprès de l’assemblée nationale ?

      • Un beau cv, je trouve.
        Il n’a pas été jusqu’à Marseille et s’est arrêté à la proche banlieue, lui.
        C’est le trajet que fait un parisien moyen tout les jours.

        J’espère que Monsieur Laurent saint Martin pourra « influencer les décisions publiques auprès de l’assemblée nationale », en temps que député. Faire son boulot quoi!
        Contrairement à d’autre que l’on n’entend, ni ne voit jamais !.

        • Le commentaire d’un doux rêveur. Un beau CV d’un parisien moyen ,heureusement que le ridicule ne tue pas ,penser que ce candidat peut,« influencer les décisions publiques auprès de l’assemblée nationale » grâce à « son beau CV » !!

          • le boulot d’un député est de voter pour ou contre une loi:
            donc le député influence les lois en vigueurs dans notre république.

            Pour ceux qui travaillent, ils proposent égalements des texte de lois.

            Pour le CV, il vaut mieux comprendre ce que l’on a , à discuter, à amender, puis à voter,(le texte de loi) plutôt que voter contre, parce que l’on est de droite et que la loi est proposé par un homme de gauche et vis versa.
            Et puis pour cela il vaut mieux être présent, plutôt que de cumuler les mandats……!

          • Le problème Nevada 1104 c’est que les candidats En marche s’ils sont élus ne seront que les godillots de service pour voter les lois de Macron. Ils se présentent pour cela l’ami de Macron,Saint Martin

  • Lecteur de 94 citoyen says:

    À propos des parachutages,on voit que les partisans du PCF et du Front National essaient de nous enfumer avec des arguments minables alors que Madame Le Pen s’est fait parachuter dans le Nord et sa Nièce l’.avait fait dans le Sud, bien que la famille soit Bretonne d.origine et qu’on ne les avait pas vues dans leurs circonscriptions avant leur première candidature’
    Le PCF est plus proche du local Mais par le truchementvdes échanges de bons procédés s.est par le passé laissé enfumer par les socialistes et a soutenu pas mal de grands voyageurs.

  • Bien vu lolo ,en résumé, Laurent Saint Martin un candidat du peuple ,un homme connecté à la vie des citoyens .

  • c’est qui le peuple pour vous ?

    Je pense que Laurent Saint Martin est plus connecté aux citoyens que les cumulards de tous bords qui ont trente ans de vie d’élus derrière eux, avec les p’tits fours qui vont avec.

    Le peuple français saura reconnaitre les gens sérieux pour enfin avancer, comme vous dites!
    la misère ne rend service qu’au partis extrémistes.

    • Un homme venant de la BIP connecté aux citoyens .MdR Relisez mes commentaires surtout celui concernant la Cour des Comptes .Avez -vous remarquez que votre chouchou n’ose plus commenter. De toute façon les autres candidats, sur les marchés sauront le mettre devant ses contradictions

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *