Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
Politique locale | Val de Marne | 10/05/2017
Réagir Par

Législatives: le domino national a eu raison de tout accord PCF-FI en Val-de-Marne

Législatives: le domino national a eu raison de tout accord PCF-FI en Val-de-Marne
Publicité

La dernière ligne droite des discussions entre FI et PCF se tenait hier soir en vue d'un accord national qui aurait du être annoncé ce mercredi matin, mais le dialogue s'est finalement achevé sans solution en début de soirée. Parmi les circonscriptions qui étaient en jeu, la 2e et la 10e du Val-de-Marne faisaient partie du débat.

Pas de candidat insoumis dans la 10e pour laisser ses chances à Pascal Savoldelli, vice-président PCF du Conseil départemental, de récupérer l’ancienne circonscription communiste d’Ivry, et pas de candidat PCF dans la 2e pour donner l’opportunité à François Cocq, maire-adjoint PG de Champigny et porte-parole local de FI de conquérir le fief socialiste de Créteil. Tel était deal sur lequel les instances départementales des deux formations de gauche avaient discuté. « Nos échanges informels locaux m’avaient laissé pensé que cela était accueilli positivement, et cela permettait déjà de faire élire deux députés dans le département, motivait hier après-midi Fabien Guillaud-Bataille, secrétaire départemental du PCF, regrettant que cette proposition ait été « annihilée » par la demande nationale de FI que le PCF se désiste dans les deux circonscriptions. « C’est une demande qui vise à ce qu’il n’y ait pas d’accord, car on nous demande tout simplement de disparaître!  estimait le conseiller régional. C’est un gâchis car nous avons les moyens de priver Emmanuel Macron d’une majorité dans le Val-de-Marne. »

Un blocage sur le 94 que François Cocq, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon dans le Val-de-Marne, expliquait par le domino national, avec encore « quelques petits bouchons à faire sauter » afin d’aboutir « ou pas » à un accord. « Nous privilégions la cohérence entre les deux élections, législative et présidentielle. Nous avons le même programme et c’est Jean-Luc Mélenchon qui mènera la campagne« , rappelait également le maire-adjoint de Champigny.

De son côté, Christian Favier appelait au rassemblement de ceux qui ont voté et soutenu Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon. « Jean-Luc Mélenchon que j’ai soutenu et qui est arrivé en tête des candidats de gauche au premier tour est désormais investi d’une grande responsabilité, celle de rassembler très vite la gauche et les écologistes en vue des élections législatives, de rassembler toutes celles et tous ceux qui ont contribué dans leur diversité à son résultat. Tout autre attitude, la  division notamment, serait incompréhensible, incomprise des électrices et des électeurs et plus grave, suicidaire. Cette machine à perdre conduirait à faire disparaître la gauche et les écologistes de la représentation nationale. Je ne peux, bien évidemment, m’y résoudre. Nous partageons en Val-de-Marne, de longue date dans de nombreuses municipalités comme au département, cette pratique du rassemblement au service de nos concitoyens à la fois pour résister aux mauvais coups et construire ensemble des politiques sociales, solidaires et soucieuses de développement durable et partagé. Je ne peux imaginer qu’il n’en puisse être de même en ce moment si important. J’appelle donc solennellement toutes les forces de gauche à se rassembler. C’est la voie du bon sens, la seule voie qu’attendent nos concitoyens et qui peut permettre de construire aujourd’hui les mobilisations et les espoirs qui permettront de gagner dès demain. J’entends pour ma part m’y employer s’en relâche« , plaidait hier encore le président PCF du Conseil départemental.

 

 

Rupture des discussions

Ce mercredi soir, à dix jours des dépôts officiels de candidature, le non l’a finalement emporté. « Pierre Laurent a décidé de rompre les discussions sur les candidatures aux élections législatives. La direction du PCF a donc lancé la campagne de tous ses candidats sous le sigle du PCF, membre d’un « Front de Gauche » pourtant aujourd’hui inexistant. J’en prends acte, a annoncé Manuel Bompard, directeur de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, en milieu de soirée. Je le déplore. Mais je ne suis pas surpris. En effet, dès juillet 2016, Pierre Laurent avait indiqué qu’il ne voulait pas d’accord au niveau national, mais des accords au cas par cas. (…) Ainsi donc, tour à tour, la direction du PCF a rejeté tout accord national, puis a demandé 50% des circonscriptions (ainsi que le renouvellement de ses députés sortants), puis un échange de 20 circonscriptions, puis de 13, puis a rompu. Dans le même temps, elle a conclu des accords départementaux avec le PS et EELV comme dans la Somme et le Jura. » Et le responsable FI de rappeler les candidats issus d’autres partis déjà investis sous la bannière des Insoumis (17 PCF, 6 EELV; 5 PS, 36 Ensemble et 73 PG).

La belle mort du PG

Et le PG dans tout cela ?  « Il n’y aura pas de candidat à l’étiquette PG aux législatives même si certains sont issus du PG. Bien que très attaché à ce parti, dont je suis secrétaire national, il a toujours été clair que ce mouvement était biodégradable. Il a joué son rôle et son utilité, mais on ne fétichise pas les organisations », pointe François Cocq.

 

Du côté du PCF en tout cas, on n’entend pas être biodégradable. « Penser qu’un parti va disparaître complètement est prendre ses désirs pour des réalités. La vie continuera après le 18 juin, rappelait hier après-midi Fabien Guillaud-Bataille. La carte électorale atteste des gros scores de Jean-Luc Mélenchon dans les fiefs communistes où nous sommes reconnus. Et nous ferons campagne avec des candidat à l’image des populations de notre département, de sa diversité sociologique et professionnelle. » 

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
5 commentaires pour Législatives: le domino national a eu raison de tout accord PCF-FI en Val-de-Marne
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi