Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
Politique locale | Val de Marne | 13/06/2017
Réagir Par

Législatives: les Insoumis doublent les communistes partout en Val-de-Marne

Partis aux législatives chacun de leur côté après avoir milité pour le même champion à la présidentielle,  les candidats communistes et France insoumise, le nouveau mouvement de Jean-Luc Mélenchon, se sont partagés les voix avec un avantage très net pour les candidats FI.

Dans les 9 circonscriptions où ils sont en concurrence, les candidats FI dépassent ceux du PCF, avec des écarts particulièrement cruels dans les circonscriptions qui n’ont pas de grosse ville communiste. Dans la 4e (Le Plessis, Chennevières, Ormesson…), Mirabelle Lemaire (FI) obtient ainsi près de 12% des voix contre 2,4% pour Corinne Charles (PCF). Dans la 3e (plateau briard), Nicolas Georges (FI) dépasse les 14% quand Alexandre Boyer reste en-deçà des 5%. Dans la 2e (Créteil, Orly, Choisy), François Cocq caracole à 18,62% contre 6,72% pour Patrice Diguet, dans la 9e (Alfortville, Vitry), Martine Lachaud dépasse les 15% alors que Fatimata Konaté reste en dessous des 9% et dans la 11e (Villejuif, Cachan, Arcueil…), Djamel Arrouche (FI) dépasse les 16% contre moins de 9% pour Catherine Dos Santos (PCF).

Des écarts de 2 à 10 points entre les deux formations de gauche

Dans les circonscriptions dotées de grandes villes communistes comme la 5e (Nogent, Le Perreux, Champigny, Bry) avec Champigny-sur-Marne et la 10e avec Vitry-sur-Seine et Ivry-sur-Seine, les scores se trouvent plus également répartis.  A Champigny-sur-Marne, ville PCF à cheval sur deux circonscriptions (1e et 5e), les candidats communistes réalisent 17,39% contre 14,76%  pour la France Insoumise. A Ivry-sur-Seine, Pascal Savoldelli (PCF) frôle les 20% contre 16% pour Mathilde Panot (FI), mais à Vitry-sur-Seine, également communiste et répartie entre deux circonscriptions, le vote FI réalise 17,50% contre 14,60% pour le PCF.

Second tour : 3 FI/0 PCF

Au final, FI réussit à qualifier trois de ses candidats pour le second tour, François Coq et Djamel Arrouche, lesquels contribuent avec En Marche à dynamiter les anciens fiefs PS dans les 2e (Créteil) et 11e (Cachan, Arcueil, Villejuif…), ainsi que Mathilde Panot dans la 10e.

Les 252 voix qui ont tranché dans la 10e

Dans la 10e (Ivry, Vitry, Le Kremlin, Gentilly), seuls 0,84 % séparent la candidate FI du candidat PCF. 252 voix symboliques pour le PCF qui espérait reconquérir la circonscription anciennement communiste avant la victoire de Jean-Luc Laurent (MRC soutenu par le PS) en 2012, cette fois éliminé dès le premier tour.  « Les divisions à gauche, les affrontements parfois calomnieux, ont été plus nourries par des ambitions de recomposition politique que par les intérêts réels de nos concitoyen-ne-s. Elles ont localement favorisé la démobilisation de l’électorat de gauche, lequel n’attend évidemment rien de la représentante du Président Macron« , regrette Pascal Savoldelli, dans un communiqué qui ne donne pas explicitement de consignes de vote.  Député sortant battu, Jean-Luc Laurent, parti en campagne avec une suppléante PS (Sandrine Bernard) appelle de son côté à voter pour la France insoumise. « Hier, les citoyens ont parlé : d’abord en s’abstenant massivement, puis en plaçant en tête la candidate du Président de la République et celle de la France Insoumise dans notre circonscription Quels que soient mes désaccords, qui sont connus, avec le mouvement de Jean-Luc Mélenchon, j’appelle à voter pour Mathilde Panot« , écrit l’ancien élu dans un communiqué.

Une division qui a empêché une qualification dans la 9e circonscription

Au-delà du rapport de force FI-PCF, cette campagne dédoublée a aussi fait perdre à l’ex Front de Gauche la possibilité de se qualifier au second tour dans la 9e circonscription (Alfortville, Vitry), en profitant de la fragilisation du PS. Le score cumulé de la candidate PCF Fatimata Konaté (8,80%) et de la candidate FI Martine Lachaud (15,69%), donnait ainsi plus de 24% contre 20,54% pour Luc Carvounas, le sénateur-maire PS d’Alfortville. « Sur la 9ème circonscription la division de la gauche de transformation sociale a laissé la voie libre à Luc Carvounas pour se qualifier pour le second tour ; nul doute que si l’unité y avait été réalisée, les électrices et électeurs d’Alfortville et Vitry auraient pu choisir entre une candidate Macron et un candidate de la gauche debout et insoumise« , regrette ainsi le responsable d’Ensemble 94, Bernard Galin, dans un communiqué appelant à voter pour les trois candidats Insoumis du département au second tour.

Dans la 7e, l’union pas suffi

Dans la 7e (Chevilly, Rungis, Fresnes, L’Haÿ) en revanche, la seule candidature d’union PCF-FI-Ensemble autour de Nora Lamraoui-Boudon qui a frôlé les 19% n’a pas suffi à dépasser le score du maire LR de L’Haÿ, Vincent Jeanbrun, qui a dépassé les 22%.

Des consignes de second tour sans ambiguïté

Président PCF du Conseil départemental, Christian Favier a aussi appelé à voter pour les candidats FI – et PS au second tour de l’élection (voir article), tout en fustigeant FI. « La décision de France Insoumise de rejeter toute stratégie en ce sens et de privilégier l’intérêt de boutique sur l’intérêt populaire a pesé lourdement et largement contribué au marasme auquel toute la gauche de transformation sociale et écologique est confrontée. En abordant le second tour certaines cicatrices vont être difficiles à refermer » , prévient ainsi l’élu. Secrétaire départemental du PCF, Fabien Guillaud-Bataille appelle pour sa part à « battre les candidats Macron dans les circonscriptions où des candidats de gauche ont exprimé clairement leur volonté de combattre les orientations d’Emmanuel Macron à l’Assemblée » tout en invitant à se questionner « sur les 50% d’abstention et le fait que la gauche tout compris ait fait à peine 30%« .

France insoumise trace sa route

Pour François Cocq, candidat FI dans la 2e circo (Créteil Orly Choisy) qualifié au second tour, les militants du nouveau mouvement politique de Jean-Luc Mélenchon peuvent être fier d’avoir réussi à mobiliser pour porter des candidats au second tour au milieu de ce raz-de-marée En Marche. « Nous sommes très fiers de ce que nous avons mis en mouvement et sommes très sereins », explique le porte-parole de JLM tout en s’inquiétant de l’abstention « gigantesque« . « Dans la 2e circonscription, on estime que l’électorat de Mélenchon s’est abstenu à plus de 60%.  On leur a tellement bourré le crâne que les gens se sont résignés, on l’a senti dans les dernières semaines de campagne, mais ils vont revenir et se ressaisir. Il y a plus de 9000 personnes à remettre en mouvement« , invite le candidat.

Comment aller chercher les électeurs PCF, PS, EELV ? « Pour rouvrir un espoir humaniste écologiste et social« , répond le candidat. Faut-il un message spécifique? « Nous avançons de manière ouverte, et n’allons pas faire croire que l’addition de chapelles crée une dynamique. Maintenant le choix est clair.« 

A lire aussi : 

Les fiefs PS du Val-de-Marne laminés

Législatives Val-de-Marne : la droite inégalement ébranlée

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
9 commentaires pour Législatives: les Insoumis doublent les communistes partout en Val-de-Marne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *