Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
Politique locale | Villiers-sur-Marne | 17/05
Réagir Par

Législatives : Maud Petit investie En Marche dans la 4e circo du Val-de-Marne

Fin du suspense intense qui agitait la 4e circonscription du Val-de-Marne concernant l’investiture En Marche.

C’est finalement Maud Petit, conseillère municipale (élue au nom l’UDI mais depuis peu encartée au Modem) déléguée à la petite enfance de Villiers-sur-Marne et remplaçante de la conseillère départementale Sabine Patoux dans le canton, qui a été investie, alors que le Modem était pressenti depuis le départ. Selon l’accord entre les partis,  c’est en effet Jean-Jacques Jégou, l’ancien sénateur-maire du Plessis-Trévise, qui devait être investi, et avait déjà préparé son équipe de campagne.

L’ancien parlementaire, âgé de 72 ans, a toutefois été disqualifié par le protocole En Marche en raison de ses mandats déjà exercés à l’Assemblée nationale puis au Sénat, après avoir été rassuré sur la certitude de son investiture puis laissé dans le suspense à plusieurs reprises . « La méthode qui a été employée est pour le moins inélégante, inefficace et regrettable« , réagit l’élu Modem.

Alors que Maud Petit est conseillère de la majorité à Villiers, c’est désormais  pour le député-maire LR sortant de la ville, Jacques-Alain Bénisti, que la situation va être compliquée, car l’un de ses maires adjoints, Stéphane Traineau, est suppléant de Marie-Carole Ciuntu. « Heureusement que la campagne est courte! » réagit le maire, qui avoue être resté « coi »  à cette annonce.  » Je n’étais pas au courant de sa démarche. Je suis d’autant plus surpris que Maud Petit a fait toute la campagne pour François Fillon avec moi sur les marchés« , indique l’élu.

« C’est une décision qui n’engage qu’elle. Cela ne remet aucunement en question le soutien de l’UDI à Marie-Carole Ciuntu et son suppléant Stéphane Traineau dans cette circonscription », réagit pour sa part Laurent Lafon, président de l’UDI Val-de-Marne, également surpris.

Agée de 45 ans, mère de deux ados, Maud Petit est collaboratrice ressources humaines de la filiale d’un très grand groupe agro-alimentaire français.

« J’avais été contactée par le Modem pour être la suppléante de Jean-Jacques Jégou, et c’est donc naturellement que j’ai été choisie lorsque Jean-Jacques Jégou n’a pu être investi », explique Maud Petit, qui indique qu’elle a quitté l’UDI pour le Modem récemment, n’étant plus en phase avec l’UDI, en raison notamment de ses « atermoiements autour du soutien à François Fillon. » La candidate dément également avoir fait campagne pour Fillon. « J’apprécie beaucoup mon maire, Jacques-Alain Bénisti, mais je lui ai expliqué que j’étais en désaccord avec François Fillon sur certains points, notamment la colonisation, étant Martiniquaise, et j’ai rapidement pris mes distances avec le candidat LR« , précise-t-elle.

Président du Modem 94, Didier Dousset, maire du Plessis-Trévise confirme que Maud Petit a bien pris sa carte au Modem et qu’elle a bien la double investiture En Marche – Modem.

Le mouvement En Marche, Maud Petit l’a rejoint en raison de son leader, peu avant le second tour. « Sa persévérance m’a convaincue, ainsi que sa démarche et ses positions, notamment sur la moralisation de la vie politique », motive-t-elle. « On va se réunir dès demain pour lancer la campagne. Ce sera une campagne courte mais intensive. »

A lire aussi :

En Marche investit deux nouveaux candidats en Val-de-Marne mais toujours pas de Modem

Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
9 commentaires pour Législatives : Maud Petit investie En Marche dans la 4e circo du Val-de-Marne
  • Bravo,
    Dans l’hypocrisie on fait pas mieux, je n’était pas favorable à Jégou mais la on fait fort chapeau, sur la 2eme circ on refuse la candidature d’un Modem d’origine et la pour la 4eme circ d’une parachuter qui change de veste en fonction du vent.

  • Trop drôle de voir Laurent Lafon, président de l’UDI val de marnaise expliquer que l’UDI 9 4 continue de soutenir Madame Ciuntu (candidate LR) dans la 4ème circonscription, alors qu’il soutient avec véhémence, et depuis des années, la liste UDI d’opposition municipale à Madame Segui, la Maire LR d’Ormesson sur marne, ville voisine de celle de Madame Ciuntu…
    A l’image du président de l’UDI nationale Monsieur Lagarde, Monsieur Lafon est donc à géométrie variable dans le Val de Marne ! C’est sans doute la meilleure façon d’espérer avoir un strapontin lors des prochaines élections sénatoriale de septembre 2017 ; le nom de la liste proposant ce strapontin étant naturellement secondaire !
    C’est de cette façon de faire de la politique dont les Français ne veulent plus. J’espère que la vague emportera avec elle l’opportuniste maire de Vincennes !

  • un désamour qui ne date pas d’hier, pour preuve Assia Meddah, militante au contre gouvernement de l’UDI, conseillère municipale déléguée à la jeunesse à Sucy-en-Brie qui a rejoint en 2014 le candidat divers droite Georges Spido.

    @ Chalmberio reste l’acte 2 pour les Modem exclus de la députation sur le Val de Marne, un poste au cabinet de Bayrou ou de Marielle Lebel de Sarnez 🙂

  • Maud Petit prétend qu’elle n’a pas participé à la campagne de Fillon. Elle était pourtant en bonne place au meeting de Luc Chatel à Villiers deux jours avant le premier tour! Hypocrisie totale et manque de courage pour ne pas avoir osé en parler au maire avant et ne plus oser décrocher son téléphone depuis.

  • Monsieur Jégou, si je comprends bien après une vie d’élu bien remplie; élu depuis 1983 soit 34 ans de diverses mandatures, maire, député, conseiller général etc….J’en déduis que votre métier d’homme politique n’est pas si épuisante que vous le laisser entendre dans vos discours, puis-qu’à 72 printemps vous trouvez inélégant que l’on vous écarte des législatives. Si je compte bien vous aviez le même age que Macron pour votre 1er mandat, et vous étiez heureux de sortir les vieux.

  • Emmanuel Macron avait rejeté jeudi l’idée « des accords d’appareils avec d’autres partis » en vue des élections législatives, mis à part avec le MoDem car selon lui François Bayrou était en situation de se présenter à l’élection présidentielle, et il a souhaité le rejoindre.

    Corinne Lepage, dénonce «une certaine forme de népotisme» par François Bayrou. «Il veut faire passer le fils de, la fille de, la femme de», critique-t-elle. Et de souffler: «Franchement, ça ce n’est pas possible. Ce n’est vraiment pas conforme à l’esprit d’En marche!» . Alors son trésorier contre la candidate LR de Sucy c’était énorme.

  • La candidate du Modem semble ne rien connaître de la circonscription comme l’a montré sa pitoyable prestation lors de sa prestation à Sucy.

    Il faudrait pour des candidats de ce niveau faire une école du parti pour candidats d’en Marche, une méthode accélérée pour apprendre à être candidat quand on y connait rien.

  • Ce sera un superbe nid de chauves souris… souvenez vous de la fable : « Le sage dit, selon les gens :
    Vive le Roi ! vive la Ligue ». ( La Fontaine)
    Croyez-vous que les choses ont changé depuis le 17 e siècle ? Bien naïf, qui le croirait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *