Education | Fontenay-sous-Bois | 01/06
Réagir Par

Les collèges de Fontenay ont manifesté sous les fenêtres de l’Inspection

Ballons, banderoles et slogans scandés étaient au rendez-vous ce mercredi 31 mai après-midi devant l’Inspection académique de Créteil. 

Depuis le début du printemps, parents et enseignants du collège Victor Duruy se mobilisent contre le projet de fermeture d’une classe de 5e, soutenus par les élus locaux. Journée collège mort, grève, manifestation…  les actions se sont multipliées sans obtenir gain de cause. Cette fois, le collège s’était associé avec deux autres établissements de la ville, Jean Macé et Joliot Curie, pour plaider leur cause directement devant l’Inspection académique. La date, un mercredi après-midi, avait elle été choisie pour ne pas perturber les cours à quelques semaines de la fin de l’année et du brevet.

« Nous étions une quarantaine de personnes, indique Jean-Luc Carrier, délégué parent d’élève, et avons été rejoints par plusieurs candidats à la législative. Nous avions en effet envoyé une lettre ouverte à tous les candidats de la 6e circonscription. » Laurence Abeille, Stéphanie Michel et Guillaume Gouffier-Cha se sont déplacés tandis que d’autres candidats ont apporté leur soutien.

A Victor Duruy, principal collège mobilisé, on craint de voir des classes dépasser les 30 élèves. « Victor Duruy est un collège à taille humaine, avec une diversité de profils d’élèves et une mixité sociale qui fonctionnent bien. Cet équilibre fragile, que ne connaissent pas tous les collèges du Val-de-Marne, risque d‘être durablement affecté par une augmentation significative des effectifs par classe. Comment en effet continuer à accompagner les élèves en difficulté, ceux suivis par la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) et prendre en compte les spécificités des élèves présentant un déficit de l’attention avec des classes surchargées de 30 élèves voire plus ? De nouveaux élèves arrivent chaque année sur le secteur et les futurs 5e seront impactés pendant toute leur scolarité au collège. Comment laisser à chaque élève un temps suffisant pour participer en classe et développer ses aptitudes à l’expression orale, dans des conditions d’enseignement dégradées par les sureffectifs ? La division de 5e est dorénavant une classe essentielle dans la vie des collégiens depuis la réforme du collège : apprentissage de la 2e langue, mise en place des Enseignements Pratiques Interdisciplinaires… De plus, le nouveau brevet donne une place accrue et même majeure à l’expression orale de chaque élève. Comment maintenir les conditions indispensables à la sécurité, dans des locaux exigus avec tant d’élèves en Education physique et sportive et en Sciences expérimentales ? Comment enfin, éviter que les parents des meilleurs élèves, inquiets de cette dégradation des conditions d’enseignement, ne fassent finalement le choix du privé ?« , questionnaient les parents d’élèves de l’AAPEF et la FCPE dans leur lettre aux candidats.

Une pétition a également été lancée en ligne il y a plusieurs semaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *