Publicité
Publicité: Fête des Solidarités 2017
Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
Politique locale | Val de Marne | 12/06
Réagir Par

Les fiefs PS du Val-de-Marne laminés

47,86 %, tel était le score de Laurent Cathala, député-maire PS de Créteil maintes fois réélu, aux législatives de 2012, en pleine vague rose après l’élection de François Hollande. Ce dimanche 11 juin, Axel Urgin, le candidat PS de la 2e circonscription,

a sauvé les meubles en passant la barre des 10% (avec un score de 10,60%) insuffisant toutefois pour se qualifier au second tour, dépassé sur sa gauche par François Cocq (18,62%) et par son centre par le candidat En Marche, Jean-François Mbaye (33,67%). L’imprenable fief PS de Créteil, qui semblait il y a quelques mois encore une confortable paire de charentaises convoitée par les people du parti, a largué les amarres. Consolation pour le candidat socialiste, le raz-de-marée des candidats d’Emmanuel Macron a aussi fait baisser ses concurrents. Thierry Hebbrecht (LR) chute de plus de 18% à moins de 10% tandis que le candidat FN passe de plus de 11% à un petit 9%.

Autre fief du PS, la 11e circonscription, celle que tenait Jean-Yves Le Bouillonnec, maire de Cachan. En 2012, le député-maire sortant avait dépassé les 41%, suivi loin derrière du communiste Gilles Delbos (19%) qui avait procédé à un désistement républicain au second tour. L’UMP avait de son côté presque atteint les 17%. Cette fois, c’est Albane Gaillot, la candidate LREM, qui arrive largement en tête avec près d’un tiers des suffrages, tandis que la candidate PS, Hélène de Comarmond n’a même pas atteint la barre des 10%, devancée là encore par le candidat de Jean-Luc Mélenchon, Djamel Arrouche qui réalise 16,37%. LR paie aussi son écot en passant de près de 17 % à 10%.

La seule circonscription très socialiste où le parti à la rose arrive à se maintenir au second tour est la 9e, celle briguée par le sénateur-maire d’Alfortville Luc Carvounas, qui a choisi de rester dans la ligne du PS en rejoignant l’état major de Benoit Hamon lors de la présidentielle après avoir fait la campagne de Manuel Valls lors des primaires. Mais alors que le PS avait dépassé les 46% au premier tour en 2012, il passe cette fois tout juste les 20%, ce qui suffit à en faire le meilleur score du PS dans le département. Distancé par la candidate LREM Gaelle Marseau, qui frôle les 30%, Luc Carvounas a vu aussi son aile gauche très fortement rognée par la candidate FI,Martine Lachaud, qui dépasse les 15%.

Paradoxalement, le député sortant PS qui s’en sort le mieux, alors qu’il semblait en très mauvaise posture au sortir de l’élection départementale, est Jean-Jacques Bridey, maire de Fresnes, désormais candidat sous l’étiquette En Marche. Avec un peu plus de 37 %, le député sortant s’offre ainsi près de 15 points d’avance contre le candidat LR Vincent Jeanbrun, maire de L’Haÿ-les-Roses, qui a gagné toutes les élections locales depuis les municipales de 2014.Le candidat PS Jean-Jacques UM plafonne de son côté à 5%.

Du côté des circonscriptions alliées ou ex-alliées du PS, comme la 3e, qui avait été gagnée par le PRG Roger-Gérard Schwartzenberg, la 6e, prise par l’écologiste Laurence Abeille ou encore la 10e, remportée par le MRC Jean-Luc Laurent, c’est l’hécatombe.

Dans la 3e, où le PRG est cette fois parti tout seul faute d’une investiture PS, l’absence de candidature écologiste et le parachutage d’une personnalité nationale, la porte-parole du parti, Corinne Narassiguin, n’ont pas suffi à donner un score consistant au PS qui n’atteint même pas les 5% tandis que le PRG n’atteint pas les 2%. Ici encore, le PS se retrouve  explosé entre les près de 36% du candidat LREM et les près de 15% du candidat FI. Le candidat LR, Didier Gonzales, maire de Villeneuve-le-Roi et ancien député de 2007 à 2012, se qualifie pour sa part pour le second tour avec un peu moins de 22%.

Dans la 6e, Laurence Abeille, qui était soutenue par le PS, ne franchit pas non plus la barre du second tour, devancée à deux points près par le candidat UDI-LR, Gildas Lecoq qui fait lui-même moins de la moitié du score du candidat LREM Guillaume Gouffier-Cha, lequel dépasse les 40%. A noter que l’ancien PS David Dornbusch, qui s’était déjà présenté en solo en 2012 avec plus de 9% des voix, ne passe cette fois pas la barre des 1%.

Dans la 10e, Jean-Luc Laurent, député sortant MRC soutenu par le PS, arrive en 4e position derrière les candidats PCF, FI et LREM.

Au terme de ce premier tour, aucun des partenaires du PS n’est en mesure de se maintenir dimanche prochain, et le seul candidat PS qui peut envisager une victoire est Luc Carvounas dans la 9e.

« La Fédération PS du Val-de-Marne ne donne pas de consignes de vote dans les 10 autres circonscriptions du département, mais appelle les électeurs à se mobiliser pour préserver le pouvoir d’achat, lutter contre la casse du code du travail, et préserver la pluralité des opinions politiques au sein de l’Assemblée Nationale« , indique le parti dans un communiqué tout en faisant état de sa « profonde déception ».

A lire aussi

Elections législatives 2017 : En Marche submerge le Val-de-Marne

Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
4 commentaires pour Les fiefs PS du Val-de-Marne laminés
  • Les notables du PS voient les électeurs déserter leur camp. La forteresse nourricière qui s’y dressait, comme à Créteil, se révèle être une illusion. Il a suffi de savoir qu’elle était lézardée, qu’elle ne protégeait plus personne, sauf le Maître, pour qu’elle tombe. Il va falloir maintenant rebâtir quelque chose, mais pas sur l’ancien modèle et pas une forteresse. Quelque chose de plus agile et de plus participatif

  • Quel tristesse, M. UM fait seulement 5%! L’Assemblée Nationale passe à côté d’un grand homme.
    Que va devenir la FRANCE?

  • Comparer des % d’exprimés est une erreur
    Alors que le nombre d’inscrits augmente
    Alors que le nombre d’abstentionnistes augmente
    Alors que le nombre de votes blancs augmente
    Alors que le nombre de votes nuls augmente
    Ce qui a pour effet de diminuer la base électorale…
    Et donc donner de fausses indications

  • Sur la 11e où le PS avait refusé l’alliance avec EELV (cf http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article743), un duel de seconds couteaux à porté ces deux partis presque à égalité, mais ils ne partaient pas du même niveau ! EELV se paie le luxe de dépasser (de 10 voix , il est vrai) le Parti communiste dans l’ex circonscription de Marchais : http://www.laveniravillejuif.fr/spip.php?article750
    Et cela grâce à une forte progression du nombre de voix.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *