Transports | Val de Marne | 22/02/2017
Réagir Par

L’Est parisien concentre les bouchons

L’Est parisien concentre les bouchons
Publicité

+ 2% de temps dans les bouchons par rapport à l'an dernier dans l'agglomération parisienne aux heures de pointe, tel est le verdict de la sixième édition du classement des villes les plus embouteillées réalisée par le constructeur de Gps, TomTom. 

L’éditeur logiciel néerlandais s’appuie sur les statistiques de sa flotte pour publier son classement mondial, en comparant à distance égale le temps de parcouru aux heures de pointes et à des heures plus calme. La palme des embouteillages revient à Mexico (66% de temps supplémentaire en moyenne dans la métropole aux heures de pointe), suivie de Bangkok, Jakarta, Chongquing et Bucarest (50%). En Europe, la France tient son rang avec Marseille en 5e position, ex-aequo avec Londres du haut de ses 40%.

En France, l’agglomération parisienne suit Marseille avec 38% d’embouteillages, en progression de 2% par rapport au précédent classement, situant la métropole à la 35ème place mondiale. Selon les données de TomTom, les automobilistes franciliens auraient passé en moyenne 40 minutes de plus dans les bouchons, et 154 heures en un an.

Les points noirs se situent essentiellement sur le périph, les quais et quelques boulevards dans Paris, ainsi que les débuts d’autoroute (A1, A3, A6). Au-delà de Paris et de ses sorties autoroutières, c’est surtout l’Est francilien qui est concerné, au niveau de l’A86, de la Francilienne, et de l’A4.

 

 

La marque de GPS a ainsi répertorié plusieurs tronçons dans le Val-de-Marne parmi les 10 premiers points de congestion de l’agglomération parisienne.

  • La portion d’autoroute de l’Est qui s’étend du Pont de Nogent jusqu’à la sortie du tunnel, avec des ralentissements qui s’étalent en moyenne sur 1,8 kilomètres. (5e)
  • Le tronçon d’autoroute du Soleil dès la sortie du périphérique entre Montrouge et Gentilly, et des congestions sur près de 1,6 kilomètres. (6e)
  • Le boulevard périphérique entre l’avenue de porte d’Italie (Le Kremlin-Bicêtre) et l’avenue de la porte de Vitry (Ivry-sur-Seine) avec des ralentissements sur près de 1,3 kilomètres. (10e)

D’autres nœuds routiers figurent parmi les 30 premiers tronçons problématiques également sur le boulevard périphérique à hauteur des quais de Bercy à Charenton-le-Pont sur 1,2 kilomètres, et le long du cimetière de Gentilly et du Parc Kellerman sur 1,1 kilomètres. Enfin, le périphérique de l’Île-de-France entre Maisons-Alfort et la pointe du lac à Créteil, avec plusieurs tronçons de ralentissements récurrents.

Ce classement apporte tout de même un démenti. Le pont de Nogent n’y apparaît pas comme le plus gros bouchon d’Europe !

Voir le classement

 

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

3 commentaires pour L’Est parisien concentre les bouchons
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi