Initiative | Villeneuve-Saint-Georges | 31/01/2017
Réagir Par

L’hôpital de Villeneuve-Saint-Georges forme du personnel médical d’Haïti

Publicité

C'était il y a six ans, après le séisme qu’a subi Haïti, le Ernst Chavannes, médecin à l’hôpital de Villeneuve Saint Georges, crée alors l’association Solidarités CHIV Haïti. 

Avec ses collègues, il organise chaque année des missions avec des équipes médicales qui se rendent deux semaines sur le terrain afin de diagnostiquer les problèmes, chercher des solutions, et prêter main forte dans les hôpitaux. Et depuis le 9 janvier, l’hôpital de Villeneuve-saint-Georges accueille un médecin et une infirmière haïtiens de l’hôpital Saint-Marc, venus se former durant deux mois.

« Beaucoup d’ONG sont présentes mais la situation n’avance pas. Ils construisent des hôpitaux mais il n’y a pas de personnel et de matériel adéquate ». Lors de sa première mission, en novembre 2011, Ernst Chavannes remarque que le matériel envoyé ne fonctionne pas, ou laissé dans un coin faute de savoir-faire.  L’association se veut être formatrice : « la priorité est de mener des actions de formation médicale, paramédicale et médico-technique pour qu’ils puissent continuer à avancer quand nous ne sommes pas sur place».

Shirley, infirmière urgentiste, a postulé il y a quelques mois pour bénéficier d’une formation française à l’hôpital de Villeneuve-saint-Georges. Après une première phase d’observation aux cotés des infirmières françaises, elle peut pratiquer. « C’est une belle opportunité, je suis là pour comprendre et mémoriser de nouvelles compétences et apprendre l’utilisation d’un nouveau matériel». Shirley relève des différences: « dans nos urgences, nous n’avons pas les même méthodes de travail, nous manquons d’organisation, en plus de devoir faire avec les moyens du bord ». Elle prend l’exemple du laboratoire qui fonctionne mal dans son hôpital « j’ai pris des fiches de prélèvement pour les ramener et les intégrer chez nous pour éviter la perte de dossier, et améliorer le suivi du patient. »  

 

 

« Quand je suis arrivé, je me suis mis en tête ce dicton : copier sans gêne, partager sans retenue. Si quelqu’un fait quelque chose qui marche, on peut faire pareil » explique Ronald, médecin haïtien en formation.  Il témoigne aussi d’un manque d’organisation dans les hôpitaux Haïtien « Si nous n’avons pas beaucoup de ressources, nous nous devons d’être organisés, et ce n’est pas le cas au niveau du tri des priorités aux urgences par exemple. A notre retour nous pourront partager ce que nous avons appris et l’adapter chez nous ». Ronald prend l’exemple des points de rencontre entre médecins qui servent de débrief pour la prise en charge des patients, « ils ne se font pas assez régulièrement ». Il compte tenter de l’instaurer à son retour, et impliquer les responsables de services.

Ronald et Shirley sont les premiers à faire cette expérience de formation en France. Une initiative que le docteur Ernst Chavannes compte bien renouveler. « On nous à fait part d’un taux de mortalité infantile trop élevé qui résulte d’un gros problème dans le pôle mère-enfant », motive-t-il. L’hôpital accueillera donc prochainement un gynécologue, une sage-femme, un pédiatre et une infirmière pédiatrique, venus d’Haïti.

D’autres projets sont dans les cartons. En partenariat avec une association américaine, Zanmi Lasante, des fonds ont déjà été réunis pour payer les billets d’avions des Haïtiens, refaire entièrement un bloc opératoire et aider à la construction d’un nouvel hôpital. Mais les financements sont encore insuffisants : « nous avons beaucoup de matériel qui doit être envoyé là-bas mais pour cela nous avons besoin d’argent» , indique le médecin. L’équipe qui se rend à Haïti est volontaire, chacun paye son billet d’avion et prend sur ses semaines de congé.

Pour récolter des dons, les membres de l’association organisent donc des activités comme des tournois de foot ou des soirées dansantes. Le 24 février une soirée haïtienne est ainsi prévue avec un buffet et une projection du documentaire réalisé lors de la dernière mission sur place, à l’hôpital de Villeneuve-sait-Georges.

Voir le site de l’association

 

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Cet article est publié dans avec comme tags Bloc opératoire, CHIV, Hôpital, Infirmières, Initiatives, Villeneuve-Saint-Georges

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi