Initiative | Champigny-sur-Marne | 23/11/2017
Réagir Par

Des lycéennes futures ingénieures ? Opération séduction à Champigny

Des lycéennes futures ingénieures ? Opération séduction à Champigny © fleroy

Témoigner, échanger et susciter des vocations vers des secteurs technologiques et industriels investis par les hommes, tel était l’objectif de cette 5ème journée nationale « Les Sciences de l’Ingénieur au Féminin », dont une première édition avait lieu au lycée Max Dormoy à Champigny-sur-Marne ce jeudi matin, en présence de professionnelles de grandes entreprises et d’une dizaine de lycéennes en terminale scientifique.

Est-ce qu’une femme ingénieure est moins bien payée ? Est-ce que vous avez du temps pour les enfants ? A quoi ça sert ce qu’on apprend en terminale S ? Comment faut-il être pour devenir ingénieure ? Lors d’ateliers par petits groupes, les élèves n’ont pas hésité à poser leurs questions aux différentes intervenantes, marraines des associations Elles Bougent et UPSTI, organisatrices de l’événement.

« C’est une question de volonté et de choix. C’est un atout d’évoluer dans un milieu masculin. On peut montrer que l’on est capable d’avoir du répondant« , rassure Delphine Pommier, responsable d’entité pour la RATP. « Je dirige beaucoup de jeunes femmes qui viennent de tous les milieux, souvent favorisées, mais de plus en plus de banlieues. Elles ont réussi à tracer leur route. Aujourd’hui, elles ont plus confiance en elles dans leur boîte que nous n’avions au même âge » remarque une collaboratrice, Claire-Hélène Coux, directrice déléguée du département des projets. « Ce qu’on essaye de dire à ces filles, c’est de ne pas avoir peur, ne pas se mettre des barrières, ne pas avoir de préjugés. Le plus important, c’est d’obtenir son diplôme d’ingénieur, parce qu’il ouvre toutes les portes« , conseillent ces professionnelles. « En tant que femme, vous avez plus d’atouts aujourd’hui ! » appuie en ce sens Mercedes Alias Le Mal, technicienne en prévention des risques aux Aéroports de Paris.

Du côté des élèves, on n’est pas insensible au parcours de ces femmes. « Finalement, cette rencontre m’a motivée. Ces femmes m’ont l’air épanouies. J’ai beaucoup appris« , confie Hadil, dont la volonté est d’intégrer un DUT en génie biologique. C’est un soutien de sa professeure de SES en seconde qui l’a convaincue de suivre cette voie. « Être une fille ne doit pas être une raison pour ne pas faire ce qu’on aime« , motive Marie, attirée, elle, par des études de commerce. « J’ai maintenant envie d’aller vers le domaine médical« , conclut encore Ikram, après ces échanges. L’année passée déjà, c’est son père qui l’a poussée à aller en filière scientifique. « Je n’ai pas eu peur. J’ai pris cela comme un défi ! » avoue la jeune fille. Tout comme Kiana, l’une de ses camarades : « Maintenant, je suis fière d’être dans cette filière. Cela me donne envie d’avoir ce diplôme d’ingénieur. »

« Cette journée est nécessaire parce que l’écart est encore trop important. On a progressé mais ce n’est pas gagné. Plus on combattra cette forme d’injustice, plus il y aura de filles qui se lancent« , espère Rémy Rohrbach, proviseur de l’établissement. Parmi 60 élèves de terminale S, on compte seulement 19 filles inscrites, alors qu’elles sont beaucoup plus nombreuses (60%) que les garçons (40%) à l’échelle du lycée. « Nos élèves ont besoin d’avoir un réseau pour réussir leurs démarches« , expliquent Martine Odila et Vincent Touyet, les professeurs encadrant l’événement. « Les filles retiennent plus de choses et trouvent plus d’informations avec ce format. C’est un bon moyen de leur dire que quand on veut, on y arrive. »

Le lycée Max Dormoy de Champigny organisera également son propre forum des métiers, ouvert aux filles et aux garçons, le jeudi 8 février, avec notamment la participation d’anciens élèves.

Cette année, la journée nationale « Les Sciences de l’Ingénieur au Féminin a fédéré 15 000 collégiennes et lycéennes, 1 200 techniciennes et ingénieures, dans 220 collèges et lycées. Le lycée de Cachan dans le Val-de-Marne était le deuxième lycée après Max Dormoy à y participer.

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement
et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

4 commentaires pour Des lycéennes futures ingénieures ? Opération séduction à Champigny

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *