Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
Politique | Villejuif | 15/05
Réagir Par

Mélenchon regonfle à bloc sa France insoumise à Villejuif

C’est dans la salle comble des Esselières, à Villejuif, que Jean-Luc Mélenchon, a donné  le coup d’envoi des législatives à son nouveau parti, France insoumise (FI). « Résistance ! Résistance ! » ont scandé les candidats qui se retrouvaient lors de cette convention nationale pour affûter leur stratégie.

Dans la salle, des personnalités comme l’humoriste Gérald Dahan ou l’auteur de Merci Patron ! François Ruffin, mais aussi des candidats moins connus, venus de partout, y compris du Val-de-Marne, à l’instar de la plus jeune candidate investie dans le département.

Raphaëlle Martinez, 19 ans et déjà candidate

Raphaëlle Martinez, 19 ans, a été investie dans la 5ème circonscription (Nogent, Le Perreux, Bry et Champigny Est), celle du député sortant Gilles Carrez (LR), élu depuis 1993. « Quatre ans avant ma naissance … » glisse la plus jeune candidate FI du Val-de-Marne. Je n’attends pas quand j’ai envie de faire quelque chose. J’ai eu envie de monter ma boîte, j’ai monté ma boîte et j’ai réussi. J’ai la chance de pouvoir travailler chaque jour avec des gens qui veulent changer le monde et qui n’ont pas attendu. Je pense qu’on a un pouvoir entre nos mains, c’est la détermination » encourage la candidate.  Son engagement politique ne date toutefois pas d’hier. « Je me suis engagée au moment de la création du mouvement. J’étais déjà membre du Parti de Gauche (PG), et encore avant au sein d’associations écologistes et de protection animale. Je milite aussi pour plus de justice sociale et pour les droits des LGBT ».

Emmanuel Macron n’a pas le monopole des startuppers !

Pour autant, Raphaëlle Martinez se « soumet » pour la première fois aux suffrages des Français. « Je suis née à Nogent, j’ai été à l’école à Nogent. Je connais très bien le territoire de la cinquième circonscription. Je suis extrêmement fière de pouvoir porter ce projet. Je suis très contente que l’on puisse être présentée dans notre diversité, qu’il y ait à la fois des jeunes et des entrepreneurs. Emmanuel Macron n’a pas le monopole des start-uppers ! » défie l’insoumise, elle-même fondatrice d’une agence de communication digitale et employée d’une start-up dans le secteur de l’éducation adaptative. Après les présidentielles, la candidate de la France insoumise est décidée à poursuivre le combat. « La stratégie est d’essayer de rassembler les forces de gauche, les écologistes et tous les progressistes. Dans ma circonscription, on a eu un très bon accueil pour les présidentielles. Là, on va redoubler d’efforts pour tracter, coller, faire des réunions publiques avec d’autres candidats du 94. On a moyen d’être au second tour ! » assure-t-elle.

Raphaëlle Martinez, 19 ans, candidate de la France insoumise dans la 5ème circonscription

Des ateliers de préparation à la campagne

Pour commencer à préparer la campagne avec tous les candidats, Raphaëlle Martinez participait à un groupe de travail dont les membres ont été tirés au sort. Les premières idées fusent. « Le porte-à-porte marche très bien ! » essaye de convaincre la jeune candidate. « Je n’en suis pas convaincu » lui répond-on. Puis vient le temps des questions. « Est-ce que les gens lisent les tracts dans la boîte aux lettres ? » s’interroge un candidat de la Mayenne. « Ah, qu’est-ce que je serais content de voir vos ganaches à l’Assemblée Nationale ! » s’exclame Georges, des Pyrénées-Atlantiques, enthousiasmé par la réunion. A une table voisine, c’est le socialiste américain Bernie Sanders, candidat à l’élection présidentielle américaine qui est une source d’inspiration. « Comme Bernie Sanders, je pense qu’il faut utiliser tous les moyens de communication, en commençant par faire campagne sur le web. Nous pouvons créer notre propre média » motive un jeune homme.

Paroles de candidats de la France insoumise en Val-de-Marne

« Nous devons continuer à faire vivre le programme de l’avenir en commun qui a été porté par Jean-Luc Mélenchon et a rassemblé 7 millions de personnes déjà !  » se réjouit François Cocq, élu à Champigny et candidat dans la 2ème circonscription (Champigny, Choisy, Créteil, Orly). L’objectif  : la cohabitation.

« L’aspiration à la cohabitation est en train de monter. Nous avons une contre-proposition qui répond aux intérêts du grand monde et je ne doute pas que les citoyens feront le bon choix le moment venu. Je rappelle que 84% des gens ont voté par adhésion à Jean-Luc Mélenchon. Dans la deuxième circonscription, FI est arrivée largement en tête avec plus de 31% des suffrages. Dans le même temps, les partis du vieux monde sont pour l’un pulvérisé, pour l’autre en totale débandade. Monsieur Macron est très loin dans cette circonscription populaire. Je demande à ce qu’on entende aussi que nous avons fait reculer le Front National qui a perdu plus de 1 000 voix entre l’élection de 2012 et celle de 2017. Je ne doute pas que cette dynamique  confortera ce score aux législatives » parie François Cocq, dont l’une des mesures est de « mettre en place des ateliers législatifs pour que les citoyens puissent se saisir de la loi, la proposer et la co-élaborer avec leur représentant au Parlement. »

Nicolas Georges, candidat de la 3ème circonscription (Villeneuve-le-Roi, Villeneuve-Saint-Georges, Valenton, Boissy-Saint-Léger, plateau briard), et ancien maire adjoint PS de Boissy,  a également le discours conquérant. « Je crois que la France insoumise et l’avenir en commun, c’est un programme clair. C’est une élection nationale. On n’est pas là pour préserver ou privilégier des avantages locaux pour conserver un territoire. Je suis candidat pour gagner l’élection et il y a une vraie chance de la gagner. Jean-Luc Mélenchon est sorti premier de la circonscription. Je pense que les électeurs ont aujourd’hui besoin d’avoir un vote clair, et un vote de contre-pouvoir. Je représenterai ce contre-pouvoir nécessaire. Le député sortant Gérard Scwhartzenberg (PRG) a fait le choix sage de ne pas se représenter. Certains le critiquent mais il a beaucoup apporté à la circonscription. C’était un élu respectable mais il est temps de passer la main. »

« On a eu l’impression après l’élection présidentielle que la France insoumise s’était un peu éteinte. Et puis contrairement à ce qu’on attendait, le nombre de nos militants a doublé. On devient une force politique incroyable. On était plus d’une centaine de militants sur la 11ème lors de la réunion des circonscriptions » se rappelle Soulef Bergounioux, candidate suppléante, enseignante au collège Karl Marx de Villejuif. « Au lendemain de l’élection, 150 000 personnes en plus ont rejoint la France insoumise  » confirme Djamel Arrouche, candidat titulaire pour la 11ème circonscription (Arcueil, Cachan, Villejuif, Gentilly). Ce qui anime aujourd’hui les insoumis, c’est l’esprit de conquête. On vit les élections législatives comme le match retour de la présidentielle. On a l’impression que le débat a été confisqué lors du deuxième tour » estime le candidat.

 

Soulef Bergounioux, candidate suppléante et Djamel Arrouche, candidat titulaire pour les législatives 2017 de la 11ème circonscription du Val-de-Marne sous l’étiquette de la France insoumise

Jean-Luc Mélenchon mise sur la cohabitation

Pour conclure la convention de présentation des candidats, Jean-Luc Mélenchon, ancien candidat FI aux présidentielles, se projette également dans la cohabitation. « Nous devons dire et convaincre que nous pouvons renverser la situation ! Nous pouvons organiser une nouvelle cohabitation pour mettre en échec les macronistes. La cohabitation est une bonne chose. L’économie française ne s’est jamais aussi bien portée que lors du gouvernement Jospin. »

Jean-Luc Mélenchon, lors de son discours à Villejuif pour lancer la campagne des législatives 2017

Salle comble aux Esselières de Villejuif pour le discours de Jean-Luc Mélenchon

Législative 2017 en Val-de-Marne : les résultats détaillés du 2nd tour
4 commentaires pour Mélenchon regonfle à bloc sa France insoumise à Villejuif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *