Publicité
Politique | Val de Marne | 12/09
Réagir Par

Même sans investiture, le Modem se sent En marche pour la Sénatoriale

Même sans investiture, le Modem se sent En marche pour la Sénatoriale © Fb

«Nous ne connaissons pas l’assise des grands électeurs d’En Marche. Il me paraissait donc normal qu’une liste MoDem canal historique bien implantée en Val-de-Marne puisse mener la campagne. Cela aurait été une occasion rêvée de faire ce travail en tandem. Malheureusement, l’enjeu local n’a pas été pris en compte et les grands chefs à plume en ont décidé autrement», estime Didier Dousset, président du Modem Val-de-Marne et maire du Plessis-Trévise, qui présentait sa liste ce vendredi.

Deux ans après la formation de la liste d’union LR UDI et MoDem aux régionales, ces trois forces politiques se sont engagées façon puzzle dans ces sénatoriales, et doivent composer avec l’entrée en jeu de LREM face à une gauche qui a serré les rangs pour conserver au moins 3 sièges.

Dans cette élection à l’issue très incertaine, Didier Dousset se présente en candidat non officiel de la majorité présidentielle. «J’ai été l’un des rares maires dans le département à parrainer Emmanuel Macron, j’ai été convaincu par son programme résolument tourné vers l’avenir. Je crois que les Français ont fait le choix du renouveau démocratique et je porterai une voix nouvelle au Sénat si je suis élu», insiste le candidat.

Certes, il y a eu des discussions avec LREM et sa tête de liste Pascale Luciani, mais elles n’ont pas abouti.  

Interrogé sur la présence de Jean-Pierre Barnaud, maire de Chennevières-sur-Marne, sur la liste de Laurent Lafon, Didier Dousset estime par ailleurs qu’il s’agit d’une manière grossière d’instrumentaliser les étiquettes politiques pour feindre le rassemblement. «J’ai beaucoup de respect pour Jean-Pierre Barnaud et son action en tant que maire. C’est un centriste. Mais il a arrêté de s’impliquer au MoDem, nous l’avons plus revu mettre les pieds aux comités départementaux depuis longtemps. Curieusement, il a réadhéré depuis peu. Je pense que Laurent Lafon s’en sert, cela fait bien dans le décor».

Didier Dousset peut en revanche compter sur la présence de la première adjointe, Marie-Christine Dirringer à ses côtés. «Jean-Pierre Barnaud a toujours laissé libre choix à ses conseillers d’aller où il le souhaitaient selon leurs convictions. Ces choix n’auront aucune incidence sur le plan local», indique l’intéressée.

Pas de règlement de compte

« Ma présence sur la liste de Didier Dousset n’est pas en signe d’opposition au maire, Laurent Lafon, avec qui il n’y a pas de règlement de compte. Et il en est de même chose pour Benoit Wossmer à Saint-Maurice», précise le responsable local de CAP 21, Hervé Balle, habitant de Vincennes.

La liste est ensuite composée de Benoit Wossmer, maire-adjoint à Saint-Maurice (UDI), puis Sarah Ganne-Levy (MoDem), enseignante en histoire et conseillère municipale d’opposition à Arcueil. Hervé Balle, responsable départemental de Cap21. Annie Le Franc, conseillère d’opposition à Ivry (Modem), siègeant au CESER. Saïd Hassani, conseiller municipal d’opposition au Kremlin-Bicêtre (Modem), puis Isilda de Amorin, conseillère municipale d’opposition à Champigny-sur-Marne.

A lire aussi 

Sénatoriale Val-de-Marne : Liste Modem de Didier Dousset

 

 

13 commentaires pour Même sans investiture, le Modem se sent En marche pour la Sénatoriale
  • Ils n’ont aucune chance de faire un sénateur … Le MoDem n’a eu que 50 élus aux municipales et la moitié va voter pour Laurent Lafon car ce sont des électeurs de Chennevières dont le Maire est MoDem …

    • Sur Chennevieres c’est Lafon qui a fait la liste , en faisant éliminer par une exclusion en 2014 la cadre du parti radical sortante et autre UDI de la ville : aucune chance pour M. Doussey .

      Par ailleurs, M. lafon a fait éliminer par des exclusions les Modem de Vincennes en 2014 et notamment le responsable de la ville Gilles Garnier et, François de Landes de Saint Palais Modem sortant en 2014.

  • Mr Dousset na pas été capable en tant que président du modem 94 de défendre 3 circ sur 11 au législatives avec LREM alors rester Maire, laisser la place au jeune on a pas besoin de dinosaure du Paléolithique.

    • Aïe, je suis plus vieux que lui …

      Il faut faire comme pour le monde du travail, passé 35 ans, direct à la poubelle ?

      On va rigoler quand la génération suivante va vous coller en maison de retraite !

      • Moi aussi, je ne courre pas après les mandatures pour me faire du fric ce monsieur cumule 3 mandats et il en veut un 4eme(Maire, conseil régionale, conseil de territoire, et maintenant sénateur) vous penser pas qu’il faut laisser la place au autres.

        • Non seulement vos propos ne sont pas très constructifs ni intéressants, mais, en deux messages, vous réussissez l’exploit de cumuler 10 fautes d’orthographe. Cessez de massacrer la langue française, par pitié !!!!

          • Retenez ce petit groupe mû par une insatiable soif de pouvoir : ne sont-ils magnifiques avec leurs explications ?

            Sur le fond, si Jegou n’a pas hésité à virer des Modem sur Vincennes, pourquoi Doussey doit-il garder M. Barnaud au motif qu’il a beaucoup de respect pour lui et son action en tant que maire ? Son action ? le bétonnage intensif sur les coteaux et ailleurs ? l’absence de projet et la prochaine prison sur les emprises ? la mort de la ville complétement endormie ? la saturation du parking et les ambulances de la 1er adjointe ? la fermeture d’une école maternelle pour de l’immobilier ? la délocalisation d’une autre pour vendre à un promoteur l’espace sur les coteaux ? sa mise en examen pour faux et usage de faux ? l’endettement de la ville avec des emprunts ? l’incompétence avérée en 2009 incapable avec la 1er adjointe Dirringer de lire que l’emprunt était indexé sur le franc suisse et d’accuser le maire sortant de l’avoir caché !!!??? ?

            Un centriste, qui refuse à 2 reprises un stand au MEF au forum des associations selon une adhérente du mouvement – que dit Balle à ce sujet ? il trouve cela acceptable lui président du MEF du 94 …

            Quoi qu’il en soit ce centriste là n’a pas hésité à virer Christelle Carcone Modem et présidente des jeunes du Val de Marne au second tour des élections de 2008 : http://www.dailymotion.com/video/x41us0

            Et Lafon lui a fait virer en 2014 la cadre du parti radical sur sa ville. Alors faut bien renvoyer l’ascenseur de temps en temps à ce Modem qui pour prendre la ville n’hésite à dézinguer des « jeunes » centristes pour combler le vide par des anciens à la retraite (exemple les deux maires adjoints du parti radical).

            Selon la 1er adjointe , le maire « a toujours laissé libre choix à ses conseillers d’aller où il le souhaitaient selon leurs convictions » . Parlons des convictions … car pourquoi avoir une liste Modem alors que Pascale Lucuiani a été investie ?

            Preuve que la solidarité féminine n’est qu’un mythe !!!

  • Entre un responsable d’un mirco-parti avec 30 adhérents, et une 1er adjointe qui utilise abusivement le parking de sa ville avec des ambulances … tout cela interroge.

    Balle, était sur la liste de l’ex Modem sortant d’osons Vincennes, il n’était donc pas sur la ville du maire de Vincennes : pourquoi ?

    Il n’était pas plus présent sur la liste des régionales du PS et EELV en dépit des accords avec Cap21. Corinne Lepage, la présidente de Cap 21, avait accepté de soutenir EELV dans cette campagne en Ile-de-France (et uniquement en Ile-de-France).

    Sur les huit têtes de liste départementales EELV François Damerval (Cap 21) dans l’Essonne et Pierre Serne (EELV) dans le Val-de-Marne qui n’a pas intégré le représentant du Val de marne sur sa liste : pourquoi ?

    Donc pas de règlement de compte avec Lafon soit mais avec LREM probablement … pour ne pas avoir eu l’investiture. C’est une liste de revanchard contre la candidature de la seulefemme indépendante et véritablement compétente sur ce territoire : Pascale Luciani.

    Hervé Balle et LRC Cap 21 Val-de-Marne en campagne pour Emmanuel Macron

    • Hervé (Balle) et Pascale (Luciani) sont des personnes que je pense connaître, depuis des années, un peu mieux que certains appariteurs qui se sentent supra-humainement désignés pour asséner aux pauvres moutons que nous serions l’inéluctabilité d’un désastre politique.
      Amen.

      Chacun, à leur aune, ont défendu (et parfois très, voire trop difficilement, je peux en attester) en interne ce qui pourrait permettre au véritable sens d’une démocratie digne de ce nom de s’exprimer. Et je les en remercie, même si je ne suis pas d’accord avec chacune de leurs options politiques et choix riverains.

      L’action effective et constante de l’une et de l’autre, au quotidien, chacun dans leur territoire, devrait mieux mesurer la distance qu’il y a entre le phantasme et le réel. Ils ont dit, ils ont fait, ils ont dit ce qu’ils faisaient, et ils ont fait ce qu’ils disaient. Vous avez mieux ?

      Il est de mauvais aloi , si ce n’est que de pure rhétorique, que de vouloir prétendre que ces deux-ci ne seraient que les jouets entre les mains de ceux que -vous- n’arrivez pas à combattre en face.

      L’arabesque latérale, si elle est une constante de nos milieux, ne saurait éviter de démontrer en ce domaine que vous avez atteint votre seuil d’incompétence.

  • « CAP21 LRC soutient Laurence Abeille (EELV) dans la 6e circonscription
    Soutien de En Marche durant la campagne de la présidentielle, Cap 21-LRC, le mouvement de Corinne Lepage, a pris ses distances avec le nouveau parti, déçu que sa présidente n’ait pas trouvé place au gouvernement et du nombre de ses candidats investis aux législatives. Du coup, les soutiens de la petite formation politique s’effectuent au cas par cas. En Val-de-Marne, le secrétaire départemental du parti, Hervé Balle, habitant de la 6e circonscription, a tranché en faveur de la députée sortante EELV Laurence Abeille. « Je ne peux en aucun cas soutenir des candidats qui n’incarnent aucun renouvellement politique ou seraient des apparatchiks déconnectés des territoires, ce qui est le cas du candidat de la République En Marche ! Au regard du bilan très positif de Laurence Abeille en tant que parlementaire notamment sur les questions de santé environnementale ainsi que son engagement constant auprès des acteurs associatifs de la circonscription, j’ai décidé avec enthousiasme de soutenir sa candidature lors de cette élection législative des 11 et 18 Juin 2017. C’est un choix de raison effectué après une longue réflexion, j’aurai pu décider de me présenter et de solliciter vos suffrages et faire un score honorable comme cela a été le cas lors des précédentes élections, mais l’intérêt général nous invite à nous rassembler », motive le responsable Val-de-Marne. »
    En savoir plus sur https://94.citoyens.com/2017/les-legislatives-en-val-de-marne-a-chaud-le-bref-du-19-mai,19-05-2017.html#WAu8Qm1mdvZhdx8X.99″

  • « j’aurai pu décider de me présenter et de solliciter vos suffrages et faire un score honorable comme cela a été le cas lors des précédentes élections, mais l’intérêt général nous invite à nous rassembler », motive le responsable Val-de-Marne.

    Un score honorable ? moins de 5% pour le canton de Vincennes et gère mieux pour les européennes … puis pour se présenter il faut de l’argent et des militants pour faire campagne, et si j’en crois les échos aucun militants du 94 de Cap21 ne fait campagne et le parti de Corinne Lepage ne participe pas du tout au financement. Il est dès lors bien difficile de trouver des généreux donateurs.

    Il ne semble pas que ce soit l’intérêt général qui pousse balle à être sur une liste – c’est le besoin peut-être légitime puisqu’il est chef du 94 et que personne d’autre ne semble pouvoir le remplacer d’exister pour un poste en 2021 sur Vincennes ou pourquoi sur Chennevieres, le plessis-trevise ou ailleurs 🙂

  • Je trouve votre procédé indigne, Mme DUPUIS.

  • Derf, , c’est surtout bête et méchant car suis pas Peru. et que ce qu’elle indique est condamnable car faux : pas d’exclusion du parti radical Val de Marnais ou de Cap21 ou elle n’a jamais été adhérente mais de l’UDI à la demande de Lafon pour avoir été candidate sur Chennevieres en 2014

    Vous connaissez Duipuis, ? c’est une centriste ? Visiblement pas UDI car elle ne connait pas le statut de ce mouvement : http://parti-udi.fr/wp-content/uploads/2016/09/2015-02-07_UDI_-_Statuts_version_complete_presentee_CN_07-02-15.pdf

    Sinon piqure de rappel pour Duipuis :

    Une tête de liste qui a une investiture UDI, fait ce qu’elle souhaite sur sa liste. Si elle veux « dézinguer » un militant UDI elle a le droit de le faire et le parti radical membre associé de l’UDI ne peut intervenir dans sa stratégie. Il n’y a pas d’accord avec les micros formations parti radical, Fed, nouveau centre pour une liste municipale pour les deux maires ayant eu l’investiture UDI en 2014, Vincennes Lafon et Chennevieres Barnaud. Sur Chennevieres Barnaud l’indique dans un communiqué sur Citoyens94 : »et il n’y a pas eu de négociation entre partis pour décider du nombre de places revenant à chacun,’ https://94.citoyens.com/2014/jean-pierre-barnaud-sapprete-a-lancer-une-liste-plurielle-a-chennevieres,19-01-2014.html.

    Le militant UDI dézingué de la liste investie par l’UDI qui ensuite monte sa liste sur Vincennes ou Chennevieres peut être sanctionné. Et c’est le Chef UDI du département, Lafon qui lance la procédure d’exclusion.

    L’UDI impose ses vues sur tout le s micros partis de celui-ci et Chennevieres ne fait pas exception à la règle. Lafon doit garantir le pluralisme de ce mouvement. Si il n’y avait pas d’accord en 2014 Le patron du parti radical du Val de Marne ne devait pas accepter que les choses ne se fassent pas . C’était l’occasion de reprendre les débats avec Lafon et le Modem. Ce qui n’a pas été possible à l’époque ne le sera pas plus aujourd’hui.

    1 liste Modem l’autre UDI, c’est complètement dépassé. Comment peuvent-ils penser qu’il faut encore consacrer du temps et de l’énergie à régler des comptes alors que si ils veulent exister non seulement il fallait faire grandir l’UDI plutôt que de dézinguer les cadres, mais en plus il fallait trouver la capacité à s’entendre avec le MoDem pour rassembler tous les progressistes sociaux européens.

    Mais ce petit monde là est incapable de se développer, d’ajuster ses différences politiques et de s’unir. Toutes les conditions ne sont dès lors réunies pour être broyé par la montée du populisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *