Festival | L'haÿ-les-Roses | 04/05/2017
Réagir Par

Parfums de musiques 2017 met le cap sur les Antilles et l’Amérique latine

Parfums de musiques 2017 met le cap sur les Antilles et l’Amérique latine
Publicité

C'est l'un des premiers festivals de musique en plein air à ouvrir le bal aux beaux jours. Parfums de musiques revient à la Roseraie du Val-de-Marne les weekends des 10-11 et 17-18 juin. De quoi se consoler de ne pas pouvoir partir pour voter aux législatives ! Au milieu des roses fraîchement écloses, sont attendus pour cette 15e édition les rythmes du Forro brésilien, du Tango argentin, et encore les notes créoles de la musique afro-péruvienne et du gwo-ka guadeloupéen.

Programme détaillé ci-dessous.

A lire aussi : l’interview de Didier Sendra, directeur du festival et de l’association qui l’organise, l’Adiam 94.

Et aussi, participez au quizz pour gagner des places au premier rang…

 

 

Samedi 10 juin  : le Nordeste brésilien ouvre le festival

Pernambuco Quartet : quand une radio culturelle française crée un quartet
C’est une quadruple découverte d’artistes du Nordeste brésilien, réalisée par Françoise Degeorges, productrice à France-Musique, lors d’un voyage au Brésil pour son émission Couleurs du Monde, qui a donné naissance au quartet Penambuco. Lors de ce périple, la productrice qui a fait successivement connaissance avec quatre artistes singuliers. Lui fut d’abord présenté César Michiles, flûtiste qui a appris le métier des douze ans auprès de Luiz Gonzaga (1912-1989), l’homme qui a popularisé le Forro, danse de couple au rythme binaire de cette région. Puis c’est Antonio Marinho, petit-fils du poète brésilien Lourival Batista, à l’occasion d’une soirée d’improvisation poétique « repentistas », un art également spécifique du Sertao. Vient ensuite le danseur Lucas dos Prazeres, également percussionniste et chanteur, puis Bremo Lira, virtuose de la guitare à douze cordes. «Lors d’une soirée, les quatre musiciens se sont retrouvés à jouer ensemble. C’était un moment si extraordinaire, que je leur ai proposé de se réunir autour d’un répertoire, pour venir jouer en France», explique la productrice.  Une première tournée en France voit le jour fin 2015. Samedi 10 juin, les quatre artistes ouvriront le festival à 17 heures.
Pour se mettre dans l’ambiance, écouter le reportage de France Musique au Nordeste, qui a donné lieu à deux émissions en mars 2015.

https://www.facebook.com/Pernambouc-Quartet-493467067494674/

Dimanche 11 juin  : passion argentine

A 15 heures, c’est la chanteuse de tango Sandra Rumolino, Argentine qui donnera de la voix, accompagnée à la guitare par  Kevin Seddiki, avec pour invité Olivier Ker Ourio, à l’harmonica.

A 17 heures, le Daniel Mille Quintet, composé de trois violoncelles, une contrebasse et un accordéon, rend hommage à Astor Piazzolla (1921-1992), bandonéoniste et compositeur de tango argentin, dans le cadre du Projet Piazzola. Avec Daniel Mille (accordéon), Diego Imbert (contrebasse) et Grégoire Korniluk, Paul Colomb et Frédéric Deville au violoncelle.


https://www.facebook.com/daniel.mille.1?fref=ts

Samedi 17 juin :  l’héritage africain de la musique péruvienne à l’honneur

Pour démarrer le second weekend du festival, c’est une chanteuse et militante de la reconnaissance de l’héritage africain de la musique sud-américaine qui sera sur scène.  Née en 1944 et élévée à Chorillos, au sud de Lima, Susana Baca est à la fois chanteuse et ethnomusicologue,  et s’est toujours attachée à rendre hommage au patrimoine musical afro-péruvien qu’elle a collecté et documenté à l’Instituto Negrocontinuo, fondé avec son mari Ricardo Pereira. Elle a été quelques mois ministre de la culture du Pérou, dans le gouvernement de gauche formé par Ollanta Humala en juillet 2011. Elle a été consacrée en 2002 en obtenant le Latin Grammy Award du meilleur album folk pour  Lamento Negro.

http://www.susanabaca.com

Dimanche 18 juin : cap sur la Guadeloupe

Après avoir démarré sur le continent sud-américain, le festival s’achèvera aux Antilles, en Guadeloupe, avec deux concerts le dimanche 18 juin.

Un premier rendez-vosu est donné avec Soft, le groupe de Fred Deshayes à 15heures

http://www.freddeshayes.com

A 17 heures, le quartet K’Koustik, formé depuis 2006, clôturera le festival en gwo-ka avec Jean-Marc Ferdinand au chant et Ka boula, Joby Julienne au Ka Maké, Alex Jabot à la guitare et Fabrice Fanfant à la contrebasse.

https://www.facebook.com/sontrase

Informations pratiques

Adresse
Roseraie du Val-de-Marne, au théâtre de verdure
Rue Albert Watel à  L’Haÿ-les-Roses
Espace couvert par temps de pluie
www.roseraieduvaldemarne.fr

Accès
En voiture > RN7 ou RN20 ou A86,
puis RD 126, direction Centre ville/Roseraie
En RER > Ligne B, station « Bourg-la-Reine »,
puis bus 172 ou 192, arrêt Sous-préfecture – Eglise de L’Haÿ-les-Roses
En métro > Ligne 7, station « Porte d’Italie », puis bus 186 arrêt Henri Thirard – Léon Jouhaux ou 184 arrêt Sous-préfecture – Eglise de L’Haÿ-les-Roses
Trois parkings à proximité : municipal rue Albert Watel,  sous-préfecture et Dispan de Floran

Restauration
Restauration légère sur place et aires de pique-nique dans le parc où est située la Roseraie

Tarifs
Le festival lui-même est gratuit
Le droit d’entrée à la Roseraie est de 3,10€ plein tarif et 1,55€ tarif réduit

A lire aussi :

Parfums de musiques 2017 : entretien avec Didier Sendra, directeur du festival

Télécharger l'article au format PDF :
Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A lire aussi