Publicité
Publicité: Forfait améthyste Val-de-Marne
Santé | Créteil | 03/12/2017
Réagir Par

Pétition et manif pour la chirurgie hépatique à Mondor

La mobilisation s’accélère pour tenter de conserver le service de chirurgie hépatique au CHU Henri Mondor de Créteil. La coordination de vigilance Mondor a mis en ligne une pétition sur Change.org et prévu une manifestation ce jeudi 14 décembre.

Lancée ce weekend, la pétition avait déjà obtenu plus de 300 signatures ce dimanche soir.

Par ailleurs, un rassemblement est prévu ce jeudi 14 décembre à midi devant l’hôpital pour protester.  Les 6 sénateurs ont également écrit ensemble à la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, pour réclamer un rendez-vous, tandis que le président du Conseil départemental doit solliciter une entrevue avec les directions de l’Ap-Hp et de l’ARS (Agence régionale de santé), indique la coordination.  « Dès à présent, de nombreuses et nombreux autres élu-e-s régionaux, départementaux, maires et conseillers municipaux du Val-de-Marne ont manifesté leur engagement à nos côtés. Comme on peut le voir, un large arc de soutien politique, comparable à 2010/2011, se reforme pour défendre Mondor. Nous travaillons à ce qu’il en soit de même du côté des praticiens et personnels hospitaliers, des enseignants et des chercheurs de l’Université et de la Faculté de Médecine qui seront impactés par une telle décision. Nous nous félicitons que l’intersyndicale compte, à ce jour, la CFDT, la CGT et SUD Santé. Des syndicats du CHIC ont décidé de s’y associer aussi. Des Unions départementales ont exprimé leur solidarité et leur volonté de participer  à nos initiatives. Enfin,  parce que nous avons gagné en 2011 avec les citoyen-ne-s, c’est vers elles et eux que nous allons rapidement nous tourner », motive Fabien Cohen, porte-parole de la coordination, pour motiver la manif de jeudi.

Envisagé au cours de groupes de travail de l’AP-HP parmi d’autres options destinées à réduire les coûts de l’institution hospitalière, le passage de 4 à 3 centres de greffe hépatique a été acté en juillet et officialisé lors de la réunion plénière de la CME de l’AP-HP du 12 septembre. C’est ensuite l’hôpital Mondor qui s’est retrouvé sur la sellette car il réalise moins de 100 greffes par an, contrairement aux centres de La Pitié Salpêtrière (Paris), Paul Brousse (Villejuif) et Beaujon (Hauts-de-Seine). Alors que 3 professeurs tiennent le service à Mondor, un premier a trouvé un nouveau poste et partira fin décembre, tandis que les deux autres devraient partir à Paul Brousse pour fusionner le service. Pour la coordination Mondor, cette suppression d’un des services de pointe de l’hôpital, qui s’inscrit dans le cadre d’une couverture chirurgicale multi-viscérale complète, risque de déstabiliser l’établissement et réduire son aura en menaçant également ses activités de recherche et sa faculté de médecine adossée à l’Upec. Certains craignent que l’hôpital ne se recentre sur le seul site Mondor, avec un projet de centre dé géronto-chirurgie, stratégiquement différent de son positionnement actuel. Lire article détaillé sur la présentation du contexte par la coordination de vigilance, lors de sa conférence de presse de la fin novembre.

En 2011, l’hôpital avait failli perdre son service de chirurgie cardiaque, mais celui-ci avait obtenu un sursis au terme d’une intense mobilisation, soutenue par les élus du Val-de-Marne de tous bords politique. La coordination s’inquiète également du devenir du service de chirurgie cardiaque. Voir ce dossier de 2011.

Voir tout le dossier sur ce sujet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *