Police | Charenton-le-Pont | 16/02
Réagir Par

Renfort de policiers : Charenton-le-Pont s’impatiente

Confronté à un manque d’effectif constant, le commissariat de Charenton-le-Pont n’a, d’après le syndicat Alliance, plus de patrouille police-secours depuis 6 mois. 

Début janvier, une nouvelle cohorte de 95 gardiens de la paix issus des 239e et 240e promotions a permis d’abonder les effectifs de plusieurs commissariats comme par exemple celui de Champigny-sur-Marne, qui attendait son tour depuis un moment. D’autres, comme Maisons-Alfort, Alfortville ou Charenton-Le-Pont attendent encore.

A Charenton-le-Pont, on commence à s’impatienter. «Concrètement, les gardiens de la paix ne peuvent pas poser de congés aux périodes qu’ils souhaitent et subissent le planning, des patrouilles sont davantage espacées, voire supprimées et les affaires sont traitées moins rapidement. Nous réclamons 7 nouveaux collègues à Charenton pour que les gardiens de la paix du commissariat n’aient plus à travailler à flux tendu. Cela permettrait de remettre en place 3 patrouilles de police-secours», avance Christophe Ragondet, délégué départemental pour le syndicat Alliance.

«J’ai bon espoir que ma commune bénéficie de l’affectation de nouveaux agents à l’occasion des prochaines promotions suite à mes récentes interventions auprès du préfet du Val-de-Marne et du cabinet du ministre de l’Intérieur. Je suis particulièrement sensible au nombre de policiers nationaux œuvrant dans ma commune pour la sécurité publique, dans un contexte national marqué par le risque majeur d’attentats», abonde Hervé Gicquel, maire LR de Charenton-le-Pont.

47 policiers de la 242e promotion sont désormais attendus dans le Val-de-Marne, dont 8 au Kremlin-Bicêtre. Dans la foulée, les élèves des 241e et 243e promotion sortiront de l’école pour rejoindre leur affectation. «Objectivement nous pourrions avoir à la fin de l’année un nombre satisfaisant de gardiens de la paix dans le département», reconnaît Christophe Ragondet, signalant que le seuil nécessaire pour rééquilibrer les effectifs et fonctionner de façon optimale est à portée de main. Pour atteindre ce plafond théorique fixé autour de 2600 agents, il faudrait que la Préfecture de police attribue 150 ouvertures de postes au Val-de-Marne, estime le délégué syndical.

 

 

Cet article est publié dans avec comme tags Charenton-le-Pont, Police, recrutement, Sécurité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *