Publicité
Publicité: Forum Export 94
Politique locale | Val de Marne | 07/05/2017
Réagir Par

Résultats des présidentielles 2017 : réactions en Val-de-Marne

Résultats des présidentielles 2017 : réactions en Val-de-Marne © Vchalup
Publicité

Interviews à chaud, communiqués, tribunes, tweets... les réactions des élus du Val-de-Marne suite à l'élection d'Emmanuel Macron à la présidence de la République ce dimanche 7 mai, à gauche, à droite, au centre...

(Page actualisée au fur-et-à mesure des réactions)

A lire aussi : l’intégralité des résultats du second tour de la présidentielle 2017 en Val-de-Marne

Au PS

Jonathan Kienzlen, secrétaire du PS Val-de-Marne

« Je souhaite bonne chance à Emmanuel Macron même si je ne me satisfais pas du fait que Marine Le Pen fasse près de 35% des suffrages. Désormais, la question qui me préoccupe est celle des législatives. J’espère que Jean-Christophe Cambadélis va prendre une position claire afin que chacun ne commence pas à se vendre de manière individuelle. Je souhaite que le PS se positionne sur une plate-forme programmatique qui tienne compte de la diversité des opinions, et qui fera l’appoint ou pas sur les lois proposées par Emmanuel Macron. »

Jean-Yves Le Bouillonnec, député-maire PS de Cachan

Je me réjouis que Marine Le Pen n’ait gagné que 500 voix supplémentaires au second tour à Cachan qui continue de résister au FN. »
De la nécessaire cohérence du PS pour les législatives. « Désormais, nous allons mener le combat des législatives pour Hélène de Comarmond. Je connais bien l’Assemblée nationale et crois qu’il est très compliqué d’extrapoler ce qui va se passer. Personnellement,  je ne crois pas tellement aux sondages d’entre deux tours avec les triangulaires. Il sera notamment plus compliqué de réunir les 12,5% des inscrits aux élections législatives en raison de l’abstention plus importante.En outre, je pense aussi qu’une partie des électeurs vont se replacer dans leur  camp, à droite comme à gauche. Cela va placer ceux qui essaient de construire une nouvelle donne, notamment En Marche, dans une situation aléatoire. Beaucoup d’inconnues demeurent concernant ce mouvement. On ne connaît pas encore ses candidats non plus que le futur premier ministre qui conduira les législatives. Concernant le PS, il reste de toutes façons en difficulté puisqu’il est partagé entre les approches de Benoît Hamon et celles de Manuel Valls. Les députés socialistes devront constituer un groupe qui portera des choix collectifs, contrairement à la précédente législature. La responsabilité du groupe PS sera de traduire une cohérence de la position des socialistes. Sans cette exigence, la parole des socialistes n’aura plus de poids et de sens à l’Assemblée. Mieux vaut ne pas être majoritaire à l’Assemblée mais traduire une position qui portera nos convictions dans le débat politique. »
Le PS peut-il s’inscrire dans une majorité présidentielle au cas par cas ? “Certaines des réformes proposées par Emmanuel Macron s’inscrivent dans le prolongement de l’action de François Hollande, d’autres sont en rupture et posent d’énormes problèmes comme par exemple la suppression de la taxe d’habitation qui va poser problème à tous les maires.”
Ce big-bang électoral va-t-il débloquer la situation au sein du PS ?Je suis persuadé qu’à droite comme à gauche, mais aussi au centre, les choses vont devoir se réordonner dans des stratégies non contestables. Personnellement, je suis pour la clarification et l’exigence de mettre fin aux attitudes contradictoires.

Laurent Cathala, député-maire PS sortant de Créteil (ne se représente pas)

“Pour moi, la plus grosse satisfaction de ce scrutin est de constater que le FN ne passe pas les 20% à Créteil. Ensuite, je souhaite bonne chance à Emmanuel Macron.”
Quelle conséquence pour les législatives ?
Après la présidentielle, il y a toujours une dynamique qui porte les candidats de la majorité, mais je ne suis pas certain qu’il en soit de même cette fois-ci compte-tenu du contexte. D’abord, il y a toujours une participation moindre entre l’élection présidentielle et la législative. Ensuite, l’implantation locale des candidats entre en ligne de compte. »
Tout de même, les scores de Mélenchon et Macron dans la circonscription de Créteil mettent-ils en péril le siège du PS alors que vous ne vous représentez pas vous-même?
Le score de Jean-Luc Mélenchon traduit une profonde colère. Il a pris des voix au FN comme au PS, en particulier dans les quartiers populaires. Mais je ne suis pas certain que Jean-Luc Mélenchon, comme Emmanuel Macron, retrouvent tous leurs électeurs aux législatives. Ce-sont des personnalités, et s’il faut décliner des petits Macron et des petits Mélenchon dans 577 circonscriptions, cela sera difficile à trouver ! Bien-sûr que la circonscription de Créteil peut basculer, mais on va faire en sorte qu’elle ne bascule pas, et je vais m’impliquer dans la campagne. Nous allons faire des propositions authentiquement socialistes! »
La situation actuelle va-t-elle conduire à une clarification salvatrice au sein du PS ?
“Je souhaite le positionnement le plus clair possible pour qu’au moins les nôtres puissent nous reconnaître, mais je ne crois pas aux deux gauches inconciliables, celle qui serait de gouvernement et l’autre qui ne le serait pas. Nous sommes tous enclins à gouverner. Le problème est de s’accorder sur la manière de le faire. L’important est que le parti reste fidèle à ses valeurs, s’adapte, se modernise. S’il prend en compte les aspirations des concitoyens mieux que ce qu’il ne l’a fait par le passé, s’il porte un jugement critique sur ce que nous avons fait depuis cinq ans, il y a encore aujourd’hui un tissu d’élus locaux qui lui permettra de résister. Je suis confiant.
Entre 2002 et 2017, le score du FN a fortement progressé. Est-ce le dernier avertissement ?
“La question européenne doit être discutée car elle détermine en grande partie les politiques économiques qui seront menées dans les prochaines années. Si l’on continue à mener des politiques d’austérité, non seulement on n’est pas sûr qu’elles réussissent sur le plan économique, mais en plus on sait qu’elle déstructure la vie démocratique de pays développés, que ce soit en France ou ailleurs en Europe. Cela dépendra de la volonté du président de la République et de sa majorité. Je ne fais pas de procès d’intention mais si l’on ne s’attaque pas à ces questions, que l’on ne développe pas une politique plus volontariste, plus sociale, et que l’on ne redistribue pas davantage au niveau de la feuille de paie, je crains qu’il ne soit plus difficile de contenir l’extrême droite dans cinq ans. Autrement dit : il ne faut pas se louper …

Chez LR

Christian Cambon, sénateur-maire LR de Saint-Maurice et président de LR Val-de-Marne

Je salue l’élection d’Emmanuel Macron comme nouveau président et luu souhaite bonne chance dans la mission difficile qu’il entreprend. L’appel de LR à faire barrage au FN a été entendu partout en France. A Saint-Maurice par exemple, Emmanuel Macron a réalisé près de 83% des suffrages. Ceci étant posé, les autres chiffres de l’élection ce ce soir méritent d’être médités, entre les 11 millions de voix de Français qui se sont portées sur le FN, les 12 millions d’abstention et encore les 4 millions de votes blancs et nuls qui montrent qu’une majorité de François ne se retrouvent pas dans cette élection. Le nouveau président de la République devra en tenir compte pour réunir son pays. Désormais, nous abordons la seconde étape de cette consultation avec les législatives, lors desquelles il va falloir entrer dans le vif des préoccupations des Français et confronter nos opinions. Car même si nous avons voté pour Macron au second tour, les divergences demeurent sur un certain nombre de sujets comme la fiscalité, la sécurité. Sur ces questions, le dialogue démocratique doit reprendre le dessus et les élections législatives mettront en scène des candidats de la droite et du centre pour défendre nos convictions.”
Quel impact de la présidentielle sur les législatives ?
Il est indiscutable que le score de ce second tour confère une certaine dynamique au mouvement du président de la République, mais dans le même temps, un premier sondage ce ce soir indique que 61 % des Français ne souhaitent pas qu’il ait une majorité absolue au parlement! Et lors des législatives, nous n’aurons pas un Emmanuel Macron dans chaque circonscription. Du côté de notre formation politique, nous nous appuyons au contraire sur des élus bien implantés qui ont fait un énorme travail ces dernières années et dont les administrés ont pu apprécier l’implication. »
Etes-vous favorable à ce que la droite participe à une majorité de projet sur certains sujets ?
“Nous nous sommes toujours inscrits dans la perspective de voter certains projets et l’avons fait durant le quinquennat qui s’achève, notamment pour renforcer la sécurité ou le renseignement. Nous étions mêmes enclins à voter la première version de la loi El Khomri avant qu’elle ne soit complètement changée. Dans la situation actuelle, nous soutiendrons tout ce qui ira dans le bon sens et dans l’intérêt des Français. Nous verrons en revanche avec réticence, voire hostilité, le retour de tous les socialistes, anciens ministres et autres personnalités, qui vont tenter de s’engouffrer sur le chemin de la victoire.”

Communiqué de Jacques JP Martin, maire LR de Nogent-sur-Marne et président du territoire Paris Est Marne et Bois

« Je tiens à remercier les Nogentaises et les Nogentais pour leur détermination à défendre nos valeurs républicaines en votant massivement pour E. Macron : 85,47 %. Ils ont rejeté ce soir le repli sur soi et l’aventure. Souhaitons la réussite du nouveau président de la République pour la réussite de la France au service de nos concitoyens qui attendent des actes. Chacune et chacun en consultant les résultats par bureaux pourront mesurer la clarté du message que les Nogentais souhaitent adresser au nouveau président. Cap maintenant sur les législatives pour que la composition du futur parlement soit à l’image de la diversité des attentes des Français qui viennent de le porter à la présidence de la République. Tout commencera lors des élections de juin prochain. Elles seront l’occasion d’un débat de fond sur la politique que devra mener, pour réussir, le nouveau gouvernement. Les défis à relever sont importants car notre société traverse une crise morale qui nécessite un renforcement de la cohésion sociale et le rassemblement de toutes les forces vives du pays. »

Réaction de Marie-Christine Ségui, maire LR d’Ormesson-sur-Marne

« Je ne peux que me réjouir que le score du FN soit dans ma commune plus faible que sur le plan national. J’attends néanmoins de voir comment le nouveau président de la République rassemblera toutes les énergies pour redresser la France et en particulier de voir la politique qu’il mènera vis à vis des collectivités locales qui aujourd’hui ne peuvent quasiment exercer leur rôle auprès de leurs citoyens par manque de moyens notamment financiers  Bien entendu, pour ce qui me concerne je soutiendrai la candidate des républicains sur la 4ème circonscription. » 

Communiqué de Olivier Dosne, maire-conseiller régional LR de Joinville le Pont

« On attendait une démobilisation des français qui  n’a pas eu lieu. Cela démontre qu’ils ont compris l’enjeu de cette élection. C’est particulièrement le cas à Joinville et j’en suis fier. Cependant, nous devons en tirer les leçons.  Je reste convaincu que c’est par l’action et le résultat que nous arriverons à renouer la confiance avec nos concitoyens y compris ceux qui ont voté pour les extrêmes. Aussi, je m’engage dans la campagne des législatives aux côtés de Michel Herbillon pour que le nouveau Président entende le besoin de réforme que le pays attend pour les cinq prochaines années. « 

Jean-Pierre Spilpauer, maire divers droite de Bry-sur-Marne
« A titre personnel, je suis satisfait que Marine Le Pen soit écartée de la présidence de la République, mais je soutiendrai Gilles Carrez, député LR sortant, lors des prochaines législatives. »

A l’UDI

Laurent Lafon, maire-conseiller régional UDI de Vincennes et président de l’UDI Vincennes

“Ce second tour a eu le mérite de la clarté pour signifier le rejet du FN. A Vincennes, près de 90% des personnes ont voté contre le FN, un score assez proche de celui de 2002. Emmanuel Macron a désormais les cartes en main pour diriger le pays et procéder à la réorganisation politique qu’il a annoncée.”
Quel avenir pour la droite et le centre droit après cette séquence électorale ?
“Ce soir, nous sommes entrés dans le temps de l’élection législative qui se fera sur la base d’un accord LR-UDI. Nous verrons ensuite, au regard du scrutin de juin quelle réorganisation mener à droite et au centre. Je ne pense pas que l’on puisse s’économiser une profonde réflexion et des changements dans l’organisation politique, alors que le représentant de la droite et du centre s’est retrouvé éliminé dès le premier tour de l’élection présidentielle, mais nous en discuterons après les législatives. D’ici là, nous saurons aussi quelles sont les positions du nouveau président de la République, les réformes qu’il proposera au pays, la majorité dont il disposera ou non. Compte-tenu du fait que le débat avant l’élection présidentielle a été biaisé et que l’on a très peu parlé du fonds, un certain nombre d’inconnues demeurent concernant les réformes qu’Emmanuel Macron souhaite mener, qui devraient être levées dans les jours qui viennent.”

Déclaration de l’UDI Limeil-Brévannes

« L’élection présidentielle que nous avons vécue est historique. Un homme de moins de 40 ans, sans mandat électif et en dehors des partis est élu président de la république. Quoiqu’on en dise c’est une chance pour la France. Un espoir de renouvellement, une promesse… Cet espoir un tiers des français y a cru, un autre tiers n’y croit pas et un tiers n’y croit plus. Quelque ai été notre choix dimanche dans l’isoloir, qu’on ne s’y trompe pas, une profonde mutation est en marche et il n’y aura pas de retour en arrière. Car en vérité quand une majorité de français choisit de ne plus faire confiance à ses dirigeants historiques en renvoyant dos à dos les grands partis politiques, de ne plus privilégier l’expérience d’années de gouvernance c’est qu’on est déjà sur un vote extrême. Pour que ce dernier espoir partagé par des millions de Français que les choses s’améliorent dans notre pays n’est pas disparu dans 5 ans, la France doit à présent se doter d’un gouvernement à la mesure de la tâche et d’un premier ministre capable d’offrir au nouveau président de la république un rajeunissement de la classe politique, une expérience dans la gouvernance et de lui apporter ce qu’il n’a pas réussi à trouver au sein de son nouveau mouvement et qui l’a coupé d’une partie des Français. Parce qu’une cohabitation éclairée est ce qui se rapproche le plus d’un gouvernement d’unité nationale l’UDI de Limeil-Brévannes choisit donc de soutenir dans cet esprit François Baroin. Pas un parti, un homme, et par là d’appeler à voter aux législatives pour l’un de ses représentants issu de la coalition du centre et de la droite. »

AU PCF

Laurence Cohen, sénatrice PCF du Val-de-Marne

Déclaration de Pascal Savoldelli, vp du Conseil départemental et candidat aux législatives

« Je me félicite de la mobilisation des électeurs de la 10eme circonscription, et particulièrement de celle des électeurs de gauche qui se sont massivement rassemblés pour barrer la route à l’extrême-droite, en particulier à Ivry, Gentilly, Le Kremlin Bicêtre et Vitry. Mme Le Pen réalise moins de 20 % sur la circonscription. Ensemble nous avons empêché la candidate de l’ultralibéralisme et de la xénophobie, de la haine et de la division, d’accéder à l’Elysée. Le nouveau Président de la République ne peut en aucun cas penser que son résultat est dû à une adhésion massive des Français à sa politique. Les voix de celles et ceux qui, dans nos quartiers et dans nos villes, ont fait barrage, avec raison, au Front national. Son projet pour la France n’est pas le nôtre, il n’est pas celui des habitants de nos villes. Porteur de graves régressions sociales et démocratiques, de déréglementation forcenée et d’affaiblissement des services publics, le projet de Monsieur Macron est minoritaire dans le pays, et plus encore dans nos villes ? Une formidable aspiration au changement s’est exprimée au 1er tour, en particulier dans le score de Jean-Luc Mélenchon qu’avec le PCF, nous avions décidé de soutenir par l’engagement de toutes nos forces militantes, par nos parrainages et par les moyens financiers importants mobilisés pour sa campagne. Cet engagement  décisif s’est traduit par un très beau résultat, plaçant très largement en tête notre candidat dans la circonscription (36 % des voix contre 25 % à E. Macron). La dynamique impulsée à Ivry, à Gentilly, au Kremlin Bicêtre et à Vitry doit s’exprimer dès aujourd’hui dans les luttes, qui vont devoir prendre toute l’ampleur nécessaire face à la politique de régression promise par le nouveau Président. J’en serai, comme je l’ai été face à toutes les mauvais coups portés aux familles et au monde du travail lors du précédent quinquennat, combattus avec force par les Député-e-s communistes et du Front de Gauche. Elle doit également se traduire dès les 11 et 18 juin prochain par l’élection, sur la 10ème circonscription, d’un Député combatif, rassembleur et respectueux des attentes des électeurs de gauche, qui sont ici très largement majoritaires. Comme je le suis au Conseil départemental où nous faisons la preuve que la gauche peut mettre en oeuvre des politiques de progrès et de justice sociale, je serai cet élu dont nous avons besoin à l’Assemblée nationale et dans nos 4 villes. Pour relever ce défi et être à la hauteur de l’espoir levé le 23 avril, l’union de toutes les forces qui ont contribué au très bon score de Jean-Luc Mélenchon, celles décisives du PCF, celles d’Ensemble, de la France Insoumise, d’écologistes est indispensable. Elle doit permettre le rassemblement de tous les électeurs de gauche et écologistes, trahis par le Député sortant et déterminés à combattre le projet de régression sociale d’E. Macron. J’entends être un acteur inlassable de la construction d’une gauche debout, courageuse, déterminée à affronter la finance et ceux qui accaparent tous les pouvoirs, cette gauche capable de porter la justice sociale, le renouveau démocratique, la transition écologique, le développement des services publics au coeur de ses combats. Face aux divisions qui guettent et menacent les intérêts populaires, j’entends rassembler très largement cette gauche nouvelle à Gentilly, à Ivry, au Kremlin Bicêtre et à Ivry, pour la faire gagner face à Macron et à ses politiques, face à la droite et à l’extrême-droite qui, en aucun cas, ne peuvent offrir une alternative de progrès. »

Au PRG

Roger-Gérard Schwartzenberg, député PRG sortant

Au MRC

 Jean-Marc Nicolle, maire MRC du Kremlin-Bicêtre

« Marine Le Pen fait encore une fois un score très inférieur à son score national, ce qui montre que notre ville reste solidaire. On verra la suite concernant Emmanuel Macron. Aura-t-il une majorité ou pas et quels signes donnera-t-il en ce sens? »

Communiqué de Jean-Luc Laurent, député de la 10e circonscription et président du MRC

« Aujourd’hui, les Français ont répondu présent en repoussant largement la candidate du Front National. Des millions de Français n’avaient aucun doute en glissant le bulletin Macron dans l’urne aujourd’hui pour faire battre Marine Le Pen. MAis plus de 10 millions de voix se sont portées sur elle au second tour de cette élection présidentielle. D’autres ont choisi de renvoyer dos à dos les deux candidats en s’abstenant ou en votant blanc ou nul. On mesure à ces chiffres l’ampleur de la crise politique que nous vivons Nos villes de Gentilly, Ivry-sur-Seine, le Kremlin-Bicêtre et Vitry-sur-Seine  ont été au rendez-vous en repoussant encore plus nettement le Front National. Les citoyens des quatre communes ont démontré leur attachement aux principes démocratiques et à la véritable identité de la France: un pays ouvert qui donne une place à chacun, une République égalitaire qui ne trie pas ses nationaux.  Emmanuel Macron a été élu aujourd’hui Président de la République. Quoiqu’en disent les sondages sur l’adhésion, le vote utile dès le premier tour et le vote résigné au second, Emmanuel Macron présidera. Gouvernera-t-il ? Le succès électoral n’est pas une victoire politique. Tout se décidera maintenant aux législatives. En juin, les Français doivent choisir librement les députés qui détermineront l’orientation politique des cinq prochaines années. Député libre et responsable, je porterai à l’Assemblée nationale la voix d’une gauche qui ne renonce pas« .

EELV

Communiqué de Christian Métairie, vice-président du Conseil départemental du Val-de-Marne et maire EELV d’Arcueil

« Je voudrais remercier les arcueillaises et les arcueillais, qui ont permis la tenue des bureaux de vote. Je voudrais remercier aussi le personnel communal qui très nombreux a contribué à l’organisation du scrutin. Je voudrais enfin remercier les élu-es qui se sont mobilisé(es) tout au long de la journée pour suppléer à l’insuffisance d’assesseurs désignés par les candidats. Une fois encore la palme revient au front national qui n’a désigné aucun assesseur sur notre ville. Mais grâce à la mobilisation des autres, le scrutin s’est déroulé dans de parfaites conditions.
Sur notre ville nous pouvons noter une participation restant forte bien qu’inférieure, comme au niveau national, à celle du 1er tour. Nous pouvons noter aussi un nombre de vote blanc significatif. Le score du Front National sur Arcueil reste faible 17.72 %, très inférieur au niveau national mais en progression par rapport au 1er tour. Une progression en voix qui est contenue, à peu près la somme de ses voix et de celle de Nicolas Dupont-Aignant, mais cela reste préoccupant.
Emmanuel Macron est bien sur en tête et largement sur notre ville avec plus de 82% et je crois que nous devons nous féliciter de ce score qui me le front national à un niveau très bas. Mais ce serait une erreur de la part de notre nouveau président de la république de croire que les voix qui se sont portées sur lui sont toutes des voix d’adhésion. Un nombre significatif de ces voix sont des voix d’opposition au Front National sans pour autant être des voix d’approbation.
Ce qui est vrai sur Arcueil l’est aussi au niveau national. Le pire a été évité, rejeté par nos concitoyennes et nos concitoyens. Mais il important de mesurer les risques qu’auraient fait porter l’installation d’un régime «fort» et nationaliste qui nous était proposé. Regardons du côté de la Hongrie ou de la Turquie qui ont en quelques mois perdu tous les garde-fous qu’on croyait intangibles. Gardons enfin à l’esprit l’histoire, et le suivisme passé de nos institutions dans les moments sombres qu’a vécus notre pays. Les plus de 11 millions de voix que va sans doute obtenir Marine le Pen doivent nous interroger et nous faire réagir.
Nous ne pouvons pas construire notre avenir sur la base du populisme et du rejet de l’autre. Nous devons, dès demain matin travailler sans relâche à la reconstruction du désir et de l’espoir de changement économique, écologique, social et sociétal. Cela ne sera possible que sur la base du rassemblement de toutes et de tous ceux qui aspirent à une telle construction : formations politiques, associations, citoyennes et citoyens souhaitant s’engager individuellement.
De ce point de vue, la responsabilité des forces politiques de gauche et écologiste est grande. Il leur revient de proposer des solutions, et dès les prochaines élections législatives afin de permettre une représentation parlementaire à la hauteur des besoins et des attentes. C’est d’abord la responsabilité de la formation et du candidat qui a recueillis le plus de suffrage de la part des électeurs de gauche et écologiste au 1er tour de rassembler largement dans un esprit d’ouverture, seule condition d’un succès même s’il risque d’être tout relatif.
J’aspire pour ma part à un soulèvement de l’intelligence collective, partout et naturellement dans notre ville et pour ma part je m’y engagerais. »

A L’UDE

Bernard Chappellier, responsable UDE 94

« A l’heure où l’extrémisme fait tache d’huile partout dans le monde, la France a choisi sa devise: Liberté Égalité Fraternité en votant massivement pour Emmanuel Macron. Elle a ainsi clairement écarté Marine Le Pen et Dupont -Aignan. Je me félicite de ce résultat et vous donne rendez-vous dans les semaines et mois à venir pour donner à notre président élu les moyens de mettre en oeuvre son programme. « 

Soutiens de En Marche dès le premier tour

Jean-Jacques Bridey

« Je ne vais pas bouder mon plaisir, c’est un bon résultat alors que notre objectif était de 65%, même s’il y a eu pas mal d’abstentions et de blancs et nuls« , savoure député-maire PS de Fresnes, soutien de Macron de la première heure,  depuis le QG de campagne du nouveau président.

Daniel Guérin, conseiller départemental MRC de Villeneuve-le-Roi, Ablon, Orly (soutien de En Marche dès le 1er tour)

« Si je me réjouis evidemment de la victoire d’Emmanuel Macron, le score de Marine Le Pen ne peut satisfaire aucun républicain. Je souhaite aussi que le message de celles et ceux qui se sont déplacés pour voter blanc et nul, exceptionnellement élevé, soit entendu ». 

Communiqué du maire Modem de Chennevières-sur-Marne, Jean-Pierre Barnaud.

« Je souhaite qu’au clivage droite-gauche qui a montré ses limites succède un esprit de large rassemblement permettant  de réunir des forces politiques qui n’avaient pas l’habitude de travailler ensemble. Ce rassemblement très large est la condition pour le succès de la mise en œuvre des réformes nécessaires au pays. Cependant Marine Le Pen a réuni plus de 10 millions de voix et plus d’un quart des français ne se sont pas déplacés dans les bureaux de vote : c’est un message que toute la classe politique doit entendre. Il ne s’agit donc pas de juger les électeurs qui ont voulu exprimer un  vote de colère et de protestation. La tâche de ces prochaines années est colossale mais elle se doit de réussir si nous voulons éviter que la France ne se fracture définitivement. A Chennevières, les élus MoDem, Les Républicains, UDI et les non-inscrits savent travailler de concert pour un projet ayant pour but l’intérêt public. Au niveau local, tout au long de cette campagne, chacun a pu exprimer au sein de la majorité municipale ses convictions sans que la qualité du travail au service des Canavérois ne soit remise en cause. Cette majorité continuera à mener son action quelque puisse être l’évolution de la politique nationale. Au niveau national, je forme le vœu, à titre personnel, qu’à la suite de ce scrutin, un large rassemblement des élus de la Droite et du Centre se retrouve demain aux côtés des futurs élus d’« En marche » pour constituer la nouvelle Majorité Présidentielle. »

Christophe Fogel, élu Modem de Boissy et membre de En Marche

« Je suis très content pour Emmanuel Macron qui atteint quasiment lesdeux-tiers des voix sur le national. Marine Le Pen fait néanmoins un score trop élevé mais l’important est la différence significative et sans ambiguïté! « 

Philipe Vidal, maire-ajoint à Villejuif, ex-PS et soutien de la première heure d’Emmanuel Macron

« Je suis plus que ravi alors que l’on ne nous prenait pas au sérieux il y a un an. Et maintenant, vive les législatives! »

Didier Dousset, maire du Plessis-Trévise et président du Modem 94

« On est capable de faire mieux que le score national et je m’en réjouis! On a beaucoup travaillé en ce sens sur le terrain! »

Merci de votre lecture !

Nous mettons la plupart de nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

C’est pourquoi, au-delà d’un certain nombre d’articles consultés gratuitement sur une période, nous vous proposons de vous abonner.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez aussi contribuer à notre développement
et à notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

21 commentaires pour Résultats des présidentielles 2017 : réactions en Val-de-Marne
Ajouter une photo

N'envoyez que des photos que vous avez prises vous-même, ou libres de tout droit. Les photos sont publiées sous votre responsabilité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *