Communication de marques | Val de Marne | 16/05

Réussir à investir avec le Collège des financeurs : questions à Louis-Marie Calzi, CCI Val-de-Marne

Réussir à investir avec le Collège des financeurs : questions à Louis-Marie Calzi, CCI Val-de-Marne © Dragonstock

Conseils et mode d’emploi pour s’épargner les tâtonnements d’une recherche de financeurs en s’appuyant sur des pros qui vous mettront directement en contact avec des partenaires ciblés.

Attaquer un nouveau marché, diversifier son activité, exporter, s’agrandir… autant de projets de croissance qui nécessitent d’investir et pour lesquels un autofinancement peut s’avérer insuffisant. Pour vous accompagner dans la recherche de financements extérieurs, la CCI Val-de-Marne a mis en place un collège des financeurs, panel diversifié de partenaires correspondant à chaque type de situation. Mode d’emploi avec Louis-Marie Calzi, responsable du département Accompagnement des Entreprises à la CCI Val-de-Marne.

En quoi consiste le Collège des financeurs ?

Il s’agit d’un ensemble de partenaires financiers, banques, sociétés d’investissement, plates-formes participatives, business angels, qui interviennent auprès des PME. La CCI Val-de-Marne a noué des liens de confiance avec ces partenaires, l’objectif étant d’orienter vers eux les entreprises en demande de financement.
Préalablement, notre intervention consiste à évaluer les besoins de l’entreprise, s’acculturer à ses projets de développement et s’assurer de la robustesse de son modèle économique, de sa stratégie et de sa démarche commerciale. Nous l’aidons ensuite à formater son business-plan et son argumentaire en fonction des options de financement retenues, en insistant par exemple sur sa solvabilité auprès des créanciers et sur sa dynamique de croissance auprès des investisseurs.

Quelles sont les premières questions à se poser lorsque l’on recherche un financement extérieur ?

Il faut d’abord distinguer deux types de financement, haut et bas de bilan.

Le financement du bas de bilan correspond à l’emprunt, à court, moyen ou long terme. Dans ce cas, les financeurs peuvent être les banques, en faisant ou non intervenir plusieurs réseaux, avec éventuellement une garantie de la BPI (Banque publique d’investissement). Il ne faut pas négliger non plus les plates-formes de financement participatif. Il en existe actuellement 170 homologuées, généralistes ou spécialisées par métiers ou territoires.
Le financement du haut de bilan correspond à une ouverture du capital en faisant entrer de nouveaux actionnaires, personnes morales ou physiques. Leur objectif qui peut s’inscrire dans un process global d’optimisation fiscale, est la réalisation d’une plus-value à terme,

Le recours à l’un ou l’autre levier, voire des deux, dépend directement du projet à financer et des choix stratégiques du chef d’entreprise, tant opérationnels que patrimoniaux.

Enfin, et ce n’est pas le moins important, inclure un prêt Croissance Initiative CCI dans le plan global de financement, apporte pus de robustesse au dossier et peut mécaniquement diminuer les engagements personnels du dirigeant.

Auriez-vous des exemples de recherches de financement abouties d’entreprises val-de-marnaises ?

Je vais vous donner deux exemples. Le premier concerne une entreprise de services à l’industrie historiquement basée en province. Elle avait établi une tête de pont en Ile-de-France mais n’y était pas connue et ne disposait pas de connexions avec les banquiers locaux. Nous avons effectué un travail d’information sur cette entreprise et sommes intervenus sur la remodélisation de son projet de développement. En effet, celui-ci, dans sa forme initiale, ne présentait pas suffisamment ses priorités et listait tous les projets » en râteau ». Nous l’avons aidée à architecturer son projet. Nous avons ensuite buté sur un problème d’apport en fonds propres qui était perçu comme insuffisant. Cette faiblesse constituant un point dur, nous avons fait connaître le dossier dans l’écosystème de financement et argumenté sur les fondamentaux. Cela nous a permis de trouver suffisamment de haut de bilan pour rassurer sur la question des fonds propres. Au final, nous avons permis à l’entreprise de financer son projet à hauteur de 400 000 euros en financements externes, emprunts compris.

Le second exemple concerne une reprise d’entreprise de services BtoB, avec un plan de développement commercial offensif, le coût global de l’opération portant sur 3 millions d’euros. Sur ce dossier, nous sommes intervenus sur la mise en forme du BP et la définition d’une stratégie de financement à parts égales entre haut et bas de bilan. Il nous fallait donc rassurer car il s’agissait d’un métier “ancien” qui risquait d’être fortement impacté par les nouvelles technologies. Mais il fallait aussi valoriser les nouveaux savoir-faire développés. Cela a fait l’objet de nombreuses discussions, de refus aussi, a pris du temps mais nous y sommes arrivés.

Pouvez-vous nous donner une fourchette des montants financés via le Collège des financeurs ?

Le seuil est à 400 000 euros et les plans de financement vont de 0,5 à 5 millions d’euros avec un restant à financer de 30% à 60%.

Combien coûte la prestation de la CCI ?

Cela dépend du degré d’intervention. L’entretien conseil, qui permet de dégager quelques pistes de réflexion, est gratuit. L’intervention structurée pour ajuster le business-plan s’effectue sur devis et peut aller de 3 à 15 jours en fonction de la taille et de la complexité du dossier, sur une base de 850 euros HT/jour.

Combien de temps faut-il compter pour aboutir dans sa recherche de financement ?

Cela peut se boucler en deux mois comme en un an, en fonction de la complexité des dossiers et des risques induits.
La solution peut aussi être de fractionner le projet et donc son besoin de financement. Un projet de 1 million d’euros peut par exemple être décomposé en deux tranches de 500 000 euros. Une fois les 500 000 euros financés et le projet bien avancé, on peut en démontrer la pertinence et la qualité de l’équipe dirigeante et déclencher le financement de la seconde tranche.

Un conseil ?

Ne pas faire d’apriori et commencer sa recherche par l’argent qui ne coûte rien ou peu telles que subventions, aides publiques…

 

Pour plus d’informations, contactez directement Louis-Marie Calzi au 01 49 56 57 63

Cet article est publié dans avec comme tags