Environnement | Champigny-sur-Marne | 22/09/2017
Réagir Par

Les riverains du chantier Grand Paris Express exposent leur colère

Le ballet des camions qui transportent les gravas dès potron-minet, le clap de la plaque d’égout qui claque toute la nuit à chaque passage, les difficultés pour traverser la route en tant que piéton… A Champigny-sur-Marne, les riverains du chantier Grand Paris Express ont organisé une exposition pour 

témoigner de la gêne qu’ils éprouvent au quotidien. Une expo-happening montée sur le pouce avant la 24ème réunion publique de proximité de la SGP (Société du Grand Paris, en charge de la réalisation du nouveau métro grand-parisien) qui se tenait ce mercredi 20 septembre. « Depuis le mois de juin, nous n’avons pas eu de nouvelles informations, on nous a parlé d’une Unité riverains mais rien n’est encore concret concernant les réponses apportées. La seule chose que l’on nous a fait savoir, c’est que les choses vont aller en s’empirant, car le chantier n’en est qu’à ses débuts ! » explique une riveraine en colère, avenue Roger Salengro, face au chantier des travaux d’entonnement. « Au printemps, nous avons souhaité vendre notre appartement car nous souhaitions acheter plus grand pour les enfants. Mais, alors que nous avions déjà fortement baissé le prix, nous avons appris que nous étions susceptibles d’être relogés pendant un temps durant les travaux et avons donc du prévenir le futur acheteur qui a du coup abandonné », regrette l’habitante.

C’est pour marquer le coup que les riverains en colère organisaient cette mini-expo autour d’un apéro. « Nous ne sommes pas contre le métro Grand Paris Express et nous souhaitions que notre démarche reste conviviale. Après la réunion où environ 200 personnes étaient présentes, les gens sont restés discuter longtemps », se réjouit la riveraine, qui entend bien poursuivre la structuration du collectif. Une pétition a déjà été lancée qui a rassemblé quelques 110 signatures.

Déjà une douzaine de sites identifiés par l’Unité riverains

Du côté de la Société du Grand Paris, Christian Garcia, directeur de la gestion territoriale du projet, qui chapeaute l’unité riverains, explique que celle-ci a déjà recruté quelques 7 personnes et s’appuiera à terme sur une quinzaine de collaborateurs. « Nous avons déjà identifié une douzaine de sites les plus exposés aux nuisances des chantiers, à Champigny, Vert-de-Maisons (Maisons-Alfort- Alfortville) et Villejuif. La première étape est celle du diagnostic pour apporter les réponses les plus appropriées« , indique Christian Garcia. Alors que l’unité sera en charge de l’intégralité des sites sensibles du chantier sur l’ensemble de la métropole, il s’agit en effet pour la SGP de mettre en place des outils de mesure et des types de solution qui soient comparables partout.

Merci de votre lecture !

Nous mettons nos articles en ligne gratuitement afin quʼils puissent être lus par tous mais lʼinformation a un coût.

Si cet article vous a intéressé, et si vous souhaitez quʼil y a en ait beaucoup dʼautres, vous pouvez contribuer à notre développement et notre indépendance, soit en vous abonnant, soit en faisant un don, même modeste et ponctuel.

3 commentaires pour Les riverains du chantier Grand Paris Express exposent leur colère

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *